Ouvrir le menu principal

Eugène Turbat

personnalité politique française

Eugène Turbat
Fonctions
Maire d'Orléans
Prédécesseur Théophile Chollet
Successeur Claude Levy
Conseiller général du canton d'Orléans-Sud
– ?
Prédécesseur Albert Barbier
Successeur ?
Sénateur du Loiret
Élection
Prédécesseur Fernand Rabier
Biographie
Nom de naissance Eugène, Maxime Turbat
Date de naissance
Lieu de naissance Ardon (Loiret), France
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Orléans (Loiret), France
Nationalité Français
Profession horticulteur-pépiniériste

Eugène Turbat est un horticulteur et un homme politique français de la Troisième République né le à Ardon (Loiret) et décédé le à Orléans[1],[2].

Sommaire

BiographieModifier

Eugène Turbat naît le dans la petite commune d'Ardon située dans la région naturelle de Sologne, à une quinzaine de kilomètres au sud d'Orléans[1].

Il exerce les professions d'horticulteur et pépiniériste. Il est notamment connu pour ses activités de rosiériste au travers de créations de variétés de rosiers hybrides de type polyantha, avec les variétés 'Yvonne Rabier' en 1910 et 'Maman Turbat' en 1911 ou wichuraiana avec les variétés 'Source d'Or' en 1912, 'Louis Sauvage' en 1914[3], 'Fernand Rabier' en 1918 ou encore 'Marie Gouchault' en 1927, variété à la floraison exubérante très prisée en Angleterre. Eugène Turbat est également l'obtenteur du rosier multiflora 'Ghislaine de Féligonde' dont le succès ne se dément pas depuis plus d'un siècle en France comme à l'étranger.

 
Rosier grimpant 'Marie Gouchault' (1927).

Il est élu maire d'Orléans en 1929 et succède à Théophile Chollet[4].

Il devient sénateur du Loiret à la suite de l'élection partielle du en remplacement de son ami Fernand Rabier[1], à qui il avait dédié un rosier grimpant en 1918.

En 1935, il est remplacé au poste de maire d'Orléans par Claude Levy[4].

Son mandat de sénateur s'achève le [2].

Au début de l'occupation allemande, le , il ne prend pas part au vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain[1].

Eugène Turbat a reçu le grade de chevalier de la Légion d'honneur[1].

Une rue d'Orléans porte son nom.

 
En-tête des établissements E. Turbat en 1940.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Jean Jolly, Dictionnaire des parlementaires français : notices biographiques sur les ministres, députés et sénateurs français de 1889 à 1940, Paris, Presses universitaires de France, (lire en ligne), p. 3128
  2. a et b « Ancien sénateur IIIè République Turbat Eugène », sur www.senat.fr, Sénat français (consulté le 1er février 2012)
  3. François Joyaux et Georges Lévêque, La rose, une passion française (1778-1914), Éditions Complexe, , 249 p. (ISBN 9782870278710, lire en ligne), p. 183-185
  4. a et b « Les maires d'Orléans », sur www.francegenweb.org, Robert Weinland pour FranceGenWeb (consulté le 1er février 2012)

Voir aussiModifier