Ouvrir le menu principal

L’esperpento est un courant littéraire du XXe siècle.

DescriptionModifier

Bien que l'utilisation du néologisme « esperpento » ne soit pas exclusive à Ramón María del Valle-Inclán et lui soit antérieure, il est indissociable, dès 1920, de sa production littéraire, qu'il s'agisse de romans ou de pièces de théâtre.

Il est caractérisé par le recours permanent au grotesque. Adopté comme forme d'expression, il s'incarne dans la dégradation des personnages, leur réification, leur transformation en simples signes ou en pantins et leur animalisation (ou du moins le mélange de réalités humaines et animales). Il passe aussi par l'emploi de la langue parlée, ordinaire, quotidienne, investi d'un ensemble d'intertextualités, et son affirmation en tant que langue littéraire à part entière. Le grotesque se ressent à travers un goût certain pour le contraste et le mélange entre le monde réel et le rêve (ou le cauchemar). Entre autres caractéristiques de ce mouvement, il faut mentionner la déformation systématique de la réalité, la caricature, la moquerie et la satire, qui véhiculent une véritable leçon morale. Enfin, la mort y est omniprésente, au point de devenir un personnage à part entière.

Notes et référencesModifier