Ouvrir le menu principal

Escherichia est un genre de bactéries de la famille des Enterobacteriaceae, qui colonise l'intestin de l'homme et d'autres animaux. L'espèce la plus répandue est E. coli.

Sommaire

DescriptionModifier

Le genre Escherichia rassemble des bacilles droits, à Gram négatif, non sporulés, parfois capsulés, immobiles ou mobiles grâce à une ciliature péritriche, aéro-anaérobies, à métabolisme respiratoire et fermentaire, fermentant le glucose avec production de gaz (quelques souches de Escherichia coli, autrefois qualifiées de Alkalescens-Dispar, ne produisent pas de gaz), oxydase négative, catalase positive et nitrate réductase positive.

Escherichia est une espèce parasite de très nombreux organismes vivants, par exemple :

  • Escherichia blattae, que l'on retrouve dans l'intestin de blatte ;
  • Escherichia fergusonii, retrouvé dans l'intestin du poulet mais aussi chez les rapaces qui ont été élevés en captivité ;
  • Escherichia hermannii : bactérie qui a été retrouvée dans l'environnement comme la plupart des Escherichia donc au niveau des plantes, du sol et de l'eau.

Des bactéries du genre Escherichia peuvent être à l'origine d'infections intestinales pouvant provoquer des diarrhées, mais elles peuvent aussi dans certaines circonstances infecter d'autres organes comme la peau, les voies respiratoires, le sang, le liquide céphalo-rachidien.

MorphologieModifier

Les colonies sont de forme circulaire, de taille irrégulière, de couleur blanc-opaque ; l'élévation est bossue surface brillante ; la consistance est gluante.

RésistanceModifier

Le genre Escherichia est sensible aux antibiotiques tels que les pénicillines du groupe A mais elles peuvent développer une résistance à cet antibiotique s'il y a une longue exposition ou une exposition répétée à une pénicilline A. Ces bactéries sont détruites à partir de 70 °C mais résistent parfaitement à la congélation.

Les traitements par bactériophagiques sont généralement efficaces, en conjonction ou non avec des antibiotiques.[1]

HistoriqueModifier

Jusqu'aux années 1962, le genre Escherichia, du nom de Theodor Escherich, était décrit comme une espèce de bactéries Bacterium coli commune, car en 1919 ces bactéries étaient nommées sous le nom de Bacillus coli ou de Bacterium coli.

Mais en 1983, de nouvelles espèces vont être découvertes comme Escherichia hermannii et Escherichia vulneris, puis en 1985 Escherichia fergusonii. En 2003 une nouvelle souche est découverte, Escherichia albertii. Ces différentes souches ont toutes différentes origines, elles sont dans la plupart des cas commensales de l'intestin comme Escherichia coli chez l'homme ou Escherichia blattae chez la blatte. Elles peuvent être aussi saprophytes de l'environnement comme le genre Escherichia hermannii ; ainsi que le genre Escherichia vulneris, décelé dans les urines, le pus, le sang, les selles, etc.

PathologieModifier

Escherichia est une espèce qui a fait beaucoup parler dans les médias comme le cas en octobre 2005 où des steaks hachés contaminés avaient intoxiqué beaucoup d'enfants.

Escherichia coli sérotype 0157:H7, du groupe entéro-hémorragique (EHEC), est une souche très virulente, et il suffit d'un faible nombre pour entrainer des troubles au niveau de la santé, se définissant surtout par des diarrhées pouvant devenir sanglantes[2]. Chez la personne âgée et le jeune enfant, elle peut entraîner un syndrome hémolytique-urémique, c'est-à-dire une défaillance rénale aiguë nécessitant des dialyses, une anémie hémolytique et une thrombopénie. Elle peut entraîner la mort ou laisser des séquelles rénales chroniques.

UtilisationModifier

En médécineModifier

Le sérogroupage est une technique immunologique consistant à la mise en évidence d'antigènes structuraux bactériens ou viraux permettant le diagnostic de sérovars. Cette expérience va faire réagir les antigènes O de E.Coli avec le sérum utilisé pour détecter une agglutination, s'il y a agglutination alors la viande ou autres qui est observé est contaminé à Escherichia coli.

EnvironnementaleModifier

Certaines espèces du genre Escherichia pourraient être utilisées pour aider à nettoyer l'environnement car nous avons remarqué qu'une souche de Escherichia hermannii s'est avérée capable de dégrader les chlorobenzènes et elle pourrait être utilisée pour la dépollution de l'environnement.

Liste d'espècesModifier

Liens internesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Sandra Chibani-Chennoufi, Josette Sidoti, Anne Bruttin et Elizabeth Kutter, « In vitro and in vivo bacteriolytic activities of Escherichia coli phages: implications for phage therapy », Antimicrobial Agents and Chemotherapy, vol. 48, no 7,‎ , p. 2558–2569 (ISSN 0066-4804, PMID 15215109, PMCID PMC434175, DOI 10.1128/AAC.48.7.2558-2569.2004, lire en ligne, consulté le 14 mars 2019)
  2. « Institut national de la santé publique du Québec - Fiches synthèses sur l'eau potable et la santé humaine - Escherichia coli. », sur http://www.inspq.qc.ca (consulté le 15 mars 15)
  3. World Register of Marine Species, consulté le 30 déc. 2010
  4. ITIS, consulté le 30 déc. 2010

Liens externesModifier