Ouvrir le menu principal

Préparation bactériophagique

(Redirigé depuis Bactériophagique)
Boîte de Pyobactériophage
Boîte de bactériophage russe

Une préparation bactériophagique (ou plus simplement "phagique"), du grec ancien βακτήριον, bakterion (petit bâton), et φάγος, phágos (mangeur), est une solution à usage thérapeutique contenant des virus attaquant les bactéries (on parle de « bactériophages » c'est-à-dire « mangeurs de bactéries »). La préparation bactériophagique peut contenir soit un seul type de bactériophage, soit plusieurs, auquel cas on parle de cocktail bactériophagique.

Les préparations bactériophagiques sont utilisées en phagothérapie. Elles constituent une alternative aux antibiotiques et offrent des possibilités de traitement contre les germes antibio-résistantes, notamment en cas d'infection nosocomiale.

La compréhension des mécanismes et de la dynamique d'apparition de la résistance bactérienne à un (ou plusieurs) bactériophages est essentielle au développement des préparations bactériophagiques. La recherche en la matière est nettement plus développée dans les pays de l'Est qu'en Europe, en raison de l'abandon de cet outil thérapeutique en Occident pendant plusieurs dizaines d'années, au profit de l'antibiothérapie.

HistoireModifier

 
Félix d'Hérelle

Les premières préparations bactériophagiques ont été fabriquées par Félix d'Hérelle après sa découverte d'agents anti-bactériens en 1917 (voir la première évocation de tels agents en 1915 par Frederick Twort).

Durant la Première Guere Mondiale, d'Hérelle remarqua d'abord que les selles de certains poilus qui guérissaient spontanément de la dysenterie contenaient un agent inconnu qui causait des zones claires sur des plaques d'agar ensemencées de Shigella dysenteriae. D'Hérelle remarqua que ces plaques pouvaient être utilisées pour inoculer une culture de Shigella dysenteriae qui se retrouvait complètement lysée (tuée) en une nuit[1],[2]. Il attribue ces plaques à « un microbe invisible antagoniste du bacille dysentérique », qu’il qualifie de bactériophage, du grec phagein (« manger »)[3].

Ces plaques et leur dénombrement en Unités Formant Plaques (UFP) demeurent jusqu'à aujourd'hui la base de mesure du titre des préparations bactériophagiques.

C'est en 1919, à l’Hôpital Necker-Enfants malades de Paris que d'Hérelle a utilisé pour la première fois une préparation bactériophagique pour traiter la dysenterie. D'Hérelle isola d'abord des phages chez certains patients qui guérissaient de la dysenterie. Puis, sous la supervision du Professeur Victor-Henri Hutinel, chef du service de Pédiatrie, d'Hérelle et plusieurs autres internes de l'hôpital avalèrent un soluté contenant ces phages. N'ayant relevé aucun effet adverse, ils administrèrent le soluté à un garçon de 12 ans qui souffrait de dysenterie sévère. L'état du garçon s'améliora immédiatement et la guérison fut complète en l'espace de quelques jours. Trois autres patients furent ensuite traités avec le même succès[2].

Encouragé par cette réussite, d'Hérelle prépara de nouvelles préparations bactériophagiques ciblant Yersinia pestis (Égypte 1925) puis Vibrio cholerae (Inde 1926). Ces nouveaux médicaments contre le choléra et la peste permirent de traiter des milliers de patients en Asie et en Afrique[2],[4].

 
Bactériophagiques des Laboratoires d'Hérelle dans le Vidal 1977

D'Hérelle ouvrit à Paris rue Olivier de Serres un laboratoire commercial, Les Laboratoires du Bactériophage fondé par le Professeur d'Hérelle, qui commercialisait plusieurs cocktails bactériophagiques. Aux États-Unis, la société Eli Lilly développa aussi, dans les années 1940, au moins sept solutions bactériophagiques.

Cependant, l'existence même des virus bactériophages était mise en question, d'autant que la technologie d'imagerie de l'époque ne permettait pas d'en apporter la preuve. Il faudra l’invention du microscope électronique pour permettre à H. Ruska d’observer et de photographier le premier bactériophage en 1940 (un phage actif contre E. coli)[4].

À partir de la seconde guerre mondiale, les antibiotiques se révélant d'un emploi plus facile et moins chers, les solutions bactériophagiques ont rapidement été abandonnées par l'industrie pharmaceutique et la recherche en Occident[4].

 
Georges Eliava

Les bactériophagiques des Laboratoires du Bactériophage ont été disponibles en France de 1928 jusqu'à la fin des années 1970 et figurent dans le dictionnaire Vidal de 1977, en pages 194 et 195, sous les noms suivants :

  • Bacté-coli-phage, Visa 22 SV 1.027
  • Bacté-intesti-phage, 22 SV 1.022
  • Bacté-pyo-phage, 22 SV 1.023
  • Bacté-staphy-phage, 22 SV 1.025
  • Bacté-rhino-phage, 22 SV 1.024

Elles étaient commercialisées au prix de 12 francs la boîte de 30 ampoules de 5 ml, étaient remboursées à 70 % par la Sécurité Sociale et portaient les numéros de Visa d'autorisation indiqués ci-dessus. Selon la notice du Vidal, elles contenaient "par ampoule 5 milliards de bactériophages sélectionnés et adaptés pour détruire par lyse" les pathogènes.[5]

Les collections de bactériophages de l’Institut Pasteur de Paris (Pr J.F. Vieu) et de l’Institut Pasteur de Lyon (Pr J. Guillermet), qui servaient de base à l'assemblage de cocktails bactériophagiques, seront ensuite détruites[6].

L'expérience de Félix d'Hérelle en matière d'utilisation des préparations bactériophagiques a été reprise en France par un de ses élèves, le Docteur André Raiga-Clemenceau, petit neveu de Georges Clemenceau et fondateur de la Société des Amis de Félix d'Hérelle[1]. D'Hérelle disait de lui qu'il avait « les plus belles statistiques du monde[7] ». Celui-ci passe la main en 1976 à son élève le docteur Paul-Hervé Riche, auteur en 2013 du Manuel de phagothérapie à l'usage des médecins du XXIe siècle[5] où il récapitule les expériences et enseignements de ses deux maîtres.

Un autre élève de d'Hérelle, le géorgien Georges Eliava (en), créa en 1933 à Tbilissi « l’Institut du bactériophage », première institution au monde intégralement consacrée au bactériophage et à ses applications thérapeutiques[4]. D'Hérelle le rejoignit et travailla avec lui en Géorgie de 1934 à 1936. Cet institut continua les recherches et développa toute une gamme de préparations bactériophagiques derrière le Rideau de fer. C'est ce qui explique qu'en Géorgie, en Russie mais aussi en Pologne les préparations bactériophagiques soient d'un emploi courant.

Recherches et développements de préparations bactériophagiques en coursModifier

AllemagneModifier

En Allemagne le Recensement Allemand de Microorganismes et de Cultures Cellulaires GmbH (en), ou DSMZ, entreprend de nombreuses recherches en collaboration avec l'Institut Eliava IBMV de Tblissi sur le développement de nouveaux traitements bactériophagiques, notamment contre le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline[8].

Il est leader du projet européen CABRI qui développe des normes méthodologiques de qualité s'appliquant de la collecte de phages[9].

Il mène aussi le projet Phages Collector en coopération avec les universités allemandes suivantes: Université de Braunschweig, Université de Bielefeld, Université de Göttingen, Université de Hohenheim, Université de Saarbrücken et l'École Technique de Südwestfalen, Iserlohn[8]. Ce projet a pour but de réunir le maximum de phages.

Phage4Cure est un projet collectif impliquant le DSMZ, le Fraunhofer Institute for Toxicology and Experimental Medicine ainsi que l'hôpital de la Charité de Berlin avec des fonds provenant du Ministère de l'Education et de la Recherche dont le but est de découvrir des phages actifs contre P. aeruginosa, et de les tester dans des essais cliniques[10],[11].

BelgiqueModifier

La phagothérapie est utilisée à l'hôpital militaire de la Reine Astrid situé à Neder-OverHeembeek[12].

Le Ministère de la Santé (Service Public Fédéral de la Santé Publique) a demandé à l'Agence Fédérale des Médicaments et Produits de Santé(AFMPS) de mettre en place une stratégie nationale pour permettre la réalisation de préparations magistrales pharmaceutiques bactériophagiques spécifiques à chaque patient en s'appuyant sur la réglementation actuelle. Celle-ci autorise l'emploi d'ingrédients actifs qui ne répondent pas aux exigences prévues dans une pharmacopée officielle, telle que la pharmacopée européenne ou la pharmacopée belge, et qui ne sont pas non plus l'objet d'une autorisation du Ministère de la Santé Publique après avis favorable de la Commission Belge de la Pharmacopée, sous réserve que ces ingrédients actifs soient accompagnés d'un certificat d'analyse issu d'un Laboratoire Agréé Belge[13],[14].

Le , il a été décidé que de tels ingrédients peuvent être utilisés par un pharmacien en tant que Principe Actif Pharmaceutique d'une préparation magistrale bactériophagique réalisée en pharmacie sous les conditions suivantes[14]:

  • Les phages doivent être administrés sous forme de préparation magistrale destinée à un patient donné, nommément désigné
  • Les préparations magistrales doivent être administrées sous la responsabilité directe du médecin et du pharmacien
  • Les caractéristiques et qualités du Principe Actif à base de phages doivent être définies dans une monographie interne préparée par le fournisseur
  • Avant que le pharmacien ne puisse utiliser le produit non agréé, il doit s'assurer (sur la base d'un certificat d'analyse fourni par un Laboratoire Agréé Belge) que les composants sont en conformité avec la monographie du fournisseur
  • Bien que cela ne soit pas légalement requis, il est recommandé que le fournisseur soumette la monographie à l'AFMPS pour évaluation

L'Institut Scientifique de Santé Publique rebaptisé Sciensano a été désigné comme Laboratoire Agréé pouvant valablement fournir des certificats d'analyse d'ingrédients actifs à base de phages[14].

CanadaModifier

Au Canada, le Centre de référence pour virus bactériens Félix d'Hérelle de l'Université Laval maintient une banque de phages[15].

États-UnisModifier

L'abondance des publications américaines sur le site de l'US National Library of Medicine concernant le terme "phage therapy" (plusieurs centaines de publications depuis un siècle) témoigne du nombre des études américaines sur le sujet[16].

Des essais cliniques de phase 1 ont eu lieu de 2006 à 2008 au Centre régional de Traitement des Blessures à Lubbock, au Texas, pour évaluer l'innocuité et l'efficacité d'un cocktail viral (WPP-201) de 8 phages contre Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus et Escherichia coli dans le traitement des ulcères de la jambe[17].

En juin 2018, l'Université de Californie à San Diego a ouvert un Centre pour l'Application et la Thérapie Innovante par Phage - Center for Innovative Phage Applications and Therapeutics (IPATH) qui traite les patients sous couvert du programme de soins compassionnels de la FDA[18].

La FDA s'intéresse aussi au sujet et a convoqué les 10 et 11 juillet 2017 un symposium réunissant les parties intéressées à discuter des futures réglementations[19].

Grande-BretagneModifier

L'Institut des Infections et de la Santé Globale de l'Université de Liverpool conduit des recherches sur l'utilisation des phages en thérapie humaine[20]. Les chercheurs ont notamment démontré que la phagothérapie constituait une alternative efficace et sans danger aux antibiotiques dans le traitement des infections pulmonaires à fibrose causées par Pseudomonas Aeruginosa[21].

GéorgieModifier

L'Institut Eliava de bactériophages, de microbiologie et de virologie (IBMV) est considéré comme le premier centre mondial de recherches et de connaissance en phagothérapie. Il reçoit des financements de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA), agence américaine chargée de "protéger les États-Unis et ses intérêts des armes de destruction massive", qui a investi dans la rénovation du bâtiment principal et des laboratoires et qui finance plusieurs projets scientifiques, notamment sur les bactériophages contre le choléra[22]. L'organisation des entités d'Eliava est la suivante: L'Institut IBMV et ses scientifiques financent une organisation à but non lucratif, la Fondation Eliava. Cette Fondation Eliava chapeaute un consortium d'organisations à but lucratif constitué de: (i) Eliava BioPreparations – fabricant de bacteriophagiques, (ii) Eliava Media Production – production de media biologiques, (iii) Eliava Analytical-Diagnostic Center – services de diagnostic pour les patients, (iv) Eliava Phage Therapy Center – traitement des patients, et (v) Eliava Institute Authorized Pharmacy – vente des bactériophagiques élaborés par l'Institut et produits par BioPreparations[23].

PologneModifier

L'Institut d'Immunologie et de Thérapie expérimentale Ludwig Hirszfeld de Wroclaw dépend directement de l'Académie des Sciences de Pologne qui est à l'origine de sa fondation en 1952. Il comprend un Laboratoire de Bactériophages qui entreprend des projets de recherche sur l'isolation de bactériophages, l'étude de leurs propriétés et les applications thérapeutiques.

L'Institut possède plus de 300 variétés de bactériophages actifs contre Staphylococcus aureus, Escherichia, Klebsiella, Enterobacter, Proteus and Pseudomonas. Il rapporte avoir traité depuis 1980 plus de 1 500 victimes d'infections antibio-résistantes[24]. C'est le seul grand centre de la CE à accepter des patients pour une phagothérapie.

RoumanieModifier

L'Institut Cantacuzène (équivalent de l'Institut Pasteur en France) commercialisait encore récemment en Roumanie des cocktails bactériophagiques. mais cette activité a cessé et de plus, le 22 décembre 2017, l'Institut quitte la tutelle du Ministère de la Santé pour passer sous celle du Ministère de la Défense et se consacrer à la recherche sur les vaccins avec le soutien de la Commission Européenne et l'ambition de devenir un leader européen[25].

RussieModifier

 
Flacon de Pseudomonas Bactériophage de la société russe Microgen.

En Russie le conglomérat d'état Microgen a été créée en 2003 par la fusion de 14 entreprises unitaires d'état de l'industrie immunobiologique nationale. Début 2018, la société compte neuf succursales. L'entreprise dépend du ministère de la Santé de la Fédération de Russie. Elle travaille à la modernisation des installations de production existantes conformément aux normes internationales BPF (Bonnes Pratiques de Fabrication)[26]. C'est le seul fabricant de bactériophagiques en Russie. La consommation de bactériophagiques en Russie s'élève à plus de 1 000 000 000 (un milliard) de boîtes de phagiques par an[27]. Cette activité connaît une forte croissance. L'entreprise fabrique aussi d'autres produits microbiologiques tels que des allergènes, des produits sanguins, des toxines et anatoxines, des milieux de culture, des vaccins et de l'interféron[28].

FranceModifier

En France, les bactériophages ne bénéficient pas d'une AMM, l'ANSM considérant qu'il n'existe pas suffisamment d'études cliniques. Elle indique que « L’expérience sur les phages acquise depuis plusieurs années dans certains pays ne peut à elle seule constituer, sur ce principe d’ancienneté, un niveau d’efficacité et de sécurité suffisant répondant aux standards d’évaluation en vigueur ». Toutefois, leur administration est autorisée sous le régime des autorisations temporaires d’utilisation nominatives (ATUn), lorsqu'il n'existe pas d'alternative thérapeutique, la phagothérapie étant considérée comme un enjeu de santé publique. En 2016, ces ATUn sont limitées aux bactéries pour lesquelles il existe des produits disponibles sur le marché, à savoir Escherichia coli et Pseudomonas[29]. Depuis la création initiale du Comité de 2016 ayant émis des avis et préconisations destinées à favoriser la mise à disposition précoce des produits[30], l'ANSM n'a émis, à août 2018, aucune nouvelle publication sur le sujet des phages. De plus les listes 2016, 2017 et 2018 des spécialités autorisées pour ATUn ne contiennent pas de bactériophagique[31].

La recherche au sein de l'Institut Pasteur vise à explorer des voies thérapeutiques alternatives à l'antibiothérapie, compte-tenu à la fois de la montée des phénomènes de résistance aux antibiotiques, et de l'utilisation par le passé de la phagothérapie, avec une première publication en 1993[32]..

L'utilisation de la phagothérapie, prometteuse en raison des bons résultats rencontrés au début du XXe siècle s'accompagne d'une exigence de bonne qualité pharmaceutique[29],[33], même si la littérature ne rapporte aucun cas d'effets secondaires indésirables ou de problème de sécurité en général, à l'exception du risque de transfert de gènes inter-bactéries en cas d'utilisation de phages à cycle lysogénique, raison pour laquelle seuls les phages à cycle lytique sont recommandés[34].

Les entreprises pharmaceutiques n'ont pas forcément intérêt à développer ces produits en raison de la non-brevabilité du vivant[35],[36] Ainsi Jean Carlet, consultant à l'OMS, estime-t-il que "Les laboratoires ont abandonné ce centre d'intérêt parce que le retour sur investissement est jugé trop faible".[37] De même le Dr Dublanchet sur France 2: "Ce n'est pas brevetable et cela ne peut pas intéresser Big Pharma comme on les appelle"[38].

Une seule entreprise privée française s'est lancée dans le domaine: l'entreprise Pherecydes Pharma qui participe à plusieurs projets de recherche internationaux, tels que PhagoBurn, PneumoPhage et Phosa.

  • Le projet collaboratif européen PhagoBurn vise à évaluer la tolérance et l’efficacité des bactériophages pour le traitement des infections cutanées causées par des bactéries sensibles ou résistantes aux antibiotiques chez les grands brûlés[39]. L'étude clinique est conduite par Pherecydes Pharma. PhagoBurn a démarré en juillet 2015 dans 11 centres de grands brûlés situés en France, en Belgique et en Suisse. Coordonné par le Service de santé des armées français (Ministère de la Défense) via l’hôpital d’instruction des armées Percy, PhagoBurn inclut deux autres hôpitaux militaires (Reine Astrid, Bruxelles, et l’hôpital d’instruction des armées Sainte-Anne, Toulon) et huit hôpitaux civils : le CHU de Liège et le Grand-Hôpital de Charleroi-Loverval (Belgique), le CHU vaudois (Suisse), le centre hospitalier Saint Joseph Saint Luc de Lyon, les CHU de Nantes et Bordeaux, le CHR de Metz-Thionville et l’hôpital de la Conception de Marseille (France).
  • Dans le projet PneumoPhage, Pherecydes Pharma est chargé de la mise au point du cocktail de bactériophages et de son processus d’autorisation d’évaluation chez l’homme par les agences réglementaires pharmaceutiques[40].
  • Le projet Phosa, porté par Pherecydes Pharma, vise à développer un cocktail bactériophagique contre les infections ostéoarticulaires (IOA) et de l’ulcère du pied diabétique (UPD) provoquées par le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus)[41].

Préparations bactériophagiques commercialiséesModifier

En 2018, les préparations bactériophagiques sont principalement commercialisées en Russie, en Ukraine et en Géorgie indépendante. La composition des cocktails est modifiée périodiquement afin d'ajouter des bactériophages actifs sur les nouveaux germes émergents[42]. Deux phagiques portant le même nom mais de fabricants différents ne contiennent pas nécessairement les mêmes phages[43]. Les notices des bactériophagiques commercialisés sont disponibles sur internet sur les sites des fabricants[44].

AutricheModifier

Aucun bactériophagique n'est commercialisé à des fins médicales en Autriche. Cependant une entreprise du Tyrol commercialise un kit de test comprenant un cocktail bactériophagique contre différentes bactéries. Ce kit a pour objet de tester l'activité bactériophagique des phages du cocktail.

GéorgieModifier

 
Bactériophagique géorgien en gélules

Des cocktails bactériophagiques de l'Institut Eliava (IBMV) sont disponibles en pharmacie sans ordonnance[45],[46]. Sa filiale Eliava Biopreparations fabrique 6 cocktails[47]. Les cocktails sont mis à jour annuellement en ajoutant des phages ou en adaptant les préparations en fonction des germes prévalents[48] Trois cocktails phagiques sont aussi fabriqués par JSC Biochimpharm. Ils sont conditionnés en flacon, spray, comprimés et gélules[49]. Biochimpharm a ouvert un site internet pour commercialiser ses produits par correspondance.[50] Une troisième entreprise géorgienne, BiopharmL basée à Tbilissi, fabrique aussi des phagiques distribués en pharmacie et qui y sont disponibles sans ordonnance[51]. BioPharmL a créé un partenariat avec Advanced Biophage Technologies International, LLC (ABTI) pour commercialiser ses produits à l'international[52].

PologneModifier

Les préparations bactériophagiques ne sont pas disponibles en pharmacie. Les préparations bactériophagiques ne sont utilisées qu'en contexte hospitalier et sont préparées par l'Institut d'Immunologie et de Thérapie expérimentale Ludwig Hirszfeld de Wroclaw[24]. Celui-ci a ouvert deux succursales de son unité de phagothérapie de Wroclaw : l'une à Czestochowa et l'autre à Cracow.

République TchèqueModifier

La société Bohemia Pharmaceuticals commercialise le Stafal[53],[54],[55] Ce bactériophagique contre le Staphylocoque Doré peut être prescrit en Immuno Allergologie, Otorhinolaryngologie et Chirurgie dans le cadre du Programme Spécifique de Traitement tchèque. Il est fabriqué aux normes BPF par l'entreprise tchèque IMUNA s.r.o.[56].

RussieModifier

Microgen commercialise une large gamme de préparations bactériophagiques sous forme de cocktails disponibles en pharmacie sans ordonnance. Microgen a créé un site dédié aux bactériophages, bacteriofag.ru, à destination du corps médical et qui présente chacune de ses préparations bactériophagiques, avec les notices.

Ces cocktails bactériophagiques sont mis à jour chaque année avec les nouveaux germes prévalents dans les infections. Plus d'un milliard de boîtes sont consommées chaque année en Russie[27].

SlovaquieModifier

Seul le Stafal est commercialisé par l'entreprise tchèque Bohemia Pharm en Slovaquie où il a été enregistré auprès des autorités de santé sous le numéro [45].

 
Phagiques ukrainiens

UkraineModifier

Le groupe ukrainien Pharmex commercialise en pharmacie deux phagiques ukrainiens : pyophage et Intestiphage[57] en flacons de 10, 20 ou 50 mL fabriqués aux normes BPF européennes[58] dans un complexe industriel conçu dès l'origine pour satisfaire à ces nomrmes BPF[59]. Les phagiques russes de Microgen sont aussi vendus en pharmacie en Ukraine.

FranceModifier

 
Sommaire du Médecin d'Alsace et de Lorraine de 1933 avec un article sur l'utilisation des bactériophages

À cause des interdits de l'ANSM, aucune préparation bactériophagique n'est commercialisée en France au début du XXIe siècle[29]. Pourtant les préparations bactériophagiques y étaient utilisées depuis la guerre de 14 à grande échelle jusqu'au développement des antibiotiques et ont continué à être couramment employées pour tout un tas de pathologies et remboursés par la Sécurité Sociale jusqu'en 1978[5] pour finir totalement supplantés par les antibiotiques et tomber dans l'oubli, mais sans que leur soient jamais imputés d'effets secondaires graves[60],[33].

En France, les préparations bactériophagiques ne peuvent être prescrites, au début du XXIe siècle, que dans le cadre d'une Autorisation Temporaire d'Utilisation nominative accordée au cas par cas par l'ANSM: « Les seuls médicaments contenant des bactériophages et dont la connaissance de la qualité pharmaceutique par l’ANSM permettrait leur autorisation dans le cadre d’ATU nominatives sont à ce jour les cocktails de bactériophages anti-Escherichia coli ou anti-Pseudomonas aeruginosa produits par la Société Pherecydes Pharma pour l’essai clinique Phagoburn (CSST 24 mars 2016)[29]. » La première préparation bactériophagique à apparaître dans les sites de référencement des médicaments français est le P. Aeruginosa PHAGE PP113 de Pherecydes Pharma, disponible uniquement sur ATUn[61],[62].

Régulièrement l'Assemblée Nationale comme le Sénat se penchent sur la question et ses membres interrogent le gouvernement sur ses intentions face à la multiplication des bactérie multi-résistantes et à la solution que représentent les bactériophagiques étrangers[63],[64],[65],[66],[67],[68],[69]. Un colloque sur le cadre réglementaire s'est déroulé à l'Assemblée le 18 février 2016[70].

Devant l'absence de solution par le circuit classique de soins, des organisations de patients se sont montées en France pour faciliter l'accès à la phagothérapie et aux préparations bactériophagiques[71],[72],[73]. Une association regroupe les victimes de l'interdiction des bactériophagiques étrangers pour sensibiliser les pouvoirs publics et diffuser des informations sur le nombre de patients concernés[74].

Génie génétiqueModifier

Selon un article publié en 2019, pour la première fois au monde, un groupe de trois phages génétiquement modifiés a été utilisé en vue de soigner une infection pharmaco-résistante chez un patient de 15 ans atteint de fibrose kystique[75]. Ce patient avait développé cette infection nosocomiale suite à Mycobacterium abscessus après une double greffe du poumon.
Une fois le traitement administré, l’état du jeune malade s’est amélioré de façon spectaculaire, sans aucun effet secondaire grave observé[75]. Les auteurs de l'article espèrent que ce type de traitement pourra un jour être adapté à des formes de tuberculoses pharmacorésistantes[75].

C'était aussi la première fois qu'un traitement bactériophagique ciblait le genre Mycobacterium auquel appartiennent les germes causant la tuberculose et la lèpre[75].

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) William C. Summers, Félix d'Hérelle and the origin of Molecular Biology, Yale University Press, 244 p. (ISBN 0-300-07127-2), Page 55
  2. a b et c (en) Laura Bowater, The Microbes Fight Back - Antibiotic Resistance, The Royal Society of Chemistry, 289 p. (ISBN 978-1-78262-167-6, lire en ligne), page 260
  3. Félix d'Hérelle, « Sur un microbe invisible antagoniste des bacilles dysentériques », Comptes rendus de l'Académie des Sciences,‎ , p. Vol. 165, No. 11, pp. 373-375
  4. a b c et d F. Ravat, P. Jault et J. Gabard, « Bactériophages et phagothérapie: utilisation de virus naturels pour traiter les infections bactériennes », Annals of Burns and Fire Disasters, vol. 28, no 1,‎ , p. 13–20 (ISSN 1592-9558, PMID 26668557, PMCID PMC4665175, lire en ligne, consulté le 15 février 2018)
  5. a b et c Docteur Paul-Hervé Riche, Manuel de phagothérapie à l'usage des médecins du XXIe siècle, W3edition.com, , 260 p. (ISBN 978-2-9544885-0-9), pp 236-238
  6. Dublanchet A. et Fruciano E., « Brève histoire de la phagothérapie », Médecine et maladies infectieuses, vol. 38, no 8,‎ , p. 415-20.
  7. Felix d'Hérelle, « Bactériophage et chirurgie. », Bulletins et mémoires de la Société Nationale de Chirurgie,‎ (ISSN 0366-4503)
  8. a et b (en) « DSMZ: Phage trapper project », sur www.dsmz.de (consulté le 15 février 2018)
  9. « LABORATORY PROCEDURES FOR PHAGES », sur www.cabri.org (consulté le 15 février 2018)
  10. (en) « Bacteriophages join the fight against infection - Fraunhofer ITEM », sur Fraunhofer Institute for Toxicology and Experimental Medicine (consulté le 9 janvier 2019)
  11. (en) Christian Willy, Felix Broecker, Karin Moelling et Karin Moelling, « A Wake-Up Call: We Need Phage Therapy Now », Viruses, vol. 10, no 12,‎ , p. 688 (DOI 10.3390/v10120688, lire en ligne, consulté le 9 janvier 2019)
  12. CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE - COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU RENOUVEAU DE LA SOCIÉTÉ - Mardi 05-07-2016; page 20
  13. Alan Fauconnier, « Guidelines for Bacteriophage Product Certification », Methods in Molecular Biology (Clifton, N.J.), vol. 1693,‎ , p. 253–268 (ISSN 1940-6029, PMID 29119445, DOI 10.1007/978-1-4939-7395-8_19, lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)
  14. a b et c (en) Jean-Paul Pirnay, Gilbert Verbeken, Pieter-Jan Ceyssens et Isabelle Huys, « The Magistral Phage », Viruses, vol. 10, no 2,‎ , p. 64 (DOI 10.3390/v10020064, lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)
  15. « Centre de référence pour virus bactériens Félix d'Hérelle de l'Université Laval », sur phage.ulaval.ca
  16. « National Library of Medicine - National Institutes of Health », sur vsearch.nlm.nih.gov (consulté le 5 janvier 2019)
  17. « A Prospective, Randomized Double-Blind Controlled Study of WPP-201 for the Safety and Efficacy of Treatment of Venous Leg Ulcers - ICH GCP - Clinical Trials Registry », sur ichgcp.net (consulté le 5 janvier 2019)
  18. (en-US) « Who We Are - IPATH », sur UC San Diego School of Medicine (consulté le 5 janvier 2019)
  19. (en) Center for Biologics Evaluation and Research, « Workshops, Meetings & Conferences (Biologics) - Bacteriophage Therapy: Scientific and Regulatory Issues Public Workshop », sur www.fda.gov (consulté le 23 mai 2018)
  20. (en) « Phage therapy at the Institute of Infection and Global Health », sur liverpool.ac.uk (consulté le 9 avril 2018)
  21. (en) « Phage therapy shown to kill drug-resistant superbug », sur liverpool.ac.uk (consulté le 9 avril)
  22. Raphaëlle Maruchitch et Anuliina Savolainen, « Les phages, des virus guérisseurs », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 septembre 2018)
  23. « Commercializing Science: Story of the Phage », sur Georgia Today on the Web (consulté le 3 février 2019)
  24. a et b (en) « IITD PAN Wrocław - Bacteriophage research and therapy », sur www.iitd.pan.wroc.pl (consulté le 17 février 2018)
  25. (ro) « L'Institut Cantacuzène, transféré officiellement au Ministère de la Défense. », sur mediafax.ro (consulté le 13 mars 2018)
  26. (en) « Microgen - Stratégie », sur microgen.ru (consulté le 11 mars 2019)
  27. a et b (en) SCIENCE First Hand journal, « Phages Attack », SCIENCE First Hand,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2018)
  28. (ru) « Microgen », sur microgen.ru
  29. a b c et d Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, « Compte rendu de séance du CSST Phagothérapie en date du 24 mars 2016 » [PDF], sur ansm.sante.fr (consulté le 20 février 2018)
  30. « Comité d’Interface entre l’ANSM et les associations de patients et d’usagers du système de santé - Réunion du 27 janvier 2017 »
  31. « ATU nominative - Liste des spécialités autorisées - ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé », sur ansm.sante.fr (consulté le 6 septembre 2018)
  32. « Interactions Bactériophages Bactéries chez l’Animal », sur research.pasteur.fr (consulté le 20 février 2018)
  33. a et b « HEGEL. HEGEL - Vol 4 - no 4 - Qu’est-ce que la phagothérapie ?, Alain Dublanchet », sur documents.irevues.inist.fr (consulté le 17 février 2018)
  34. (en) Letkiewicz, Sławomir, Międzybrodzki, Ryszard, Kłak, Marlena et Jończyk, Ewa, « The perspectives of the application of phage therapy in chronic bacterial prostatitis », FEMS Immunology & Medical Microbiology, vol. 60, no 2,‎ (ISSN 0928-8244, DOI 10.1111/j.1574-695X.2010.00723.x, lire en ligne, consulté le 17 février 2018)
  35. « Les bactériophages, des virus mangeurs de bactéries à la rescousse des antibiotiques », RTBF Info,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)
  36. F. Ravat, P. Jault et J. Gabard, « Bactériophages et phagothérapie: utilisation de virus naturels pour traiter les infections bactériennes », Annals of Burns and Fire Disasters, vol. 28, no 1,‎ , p. 13–20 (ISSN 1592-9558, PMID 26668557, PMCID PMC4665175, lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)
  37. « La phagothérapie refait surface », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2018)
  38. « La phagothérapie, un complément très efficace aux antibiotiques », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2018)
  39. (en) « About Phagoburn », sur phagoburn.eu
  40. (en) « Bacteriophages, a promising therapy », sur pherecydes-pharma.com
  41. « Projet PHOSA - Phagothérapie », sur www.phosa.eu (consulté le 17 février 2018)
  42. (en) Julia Villarroel, Mette Larsen, Mogens Kilstrup, Morten Nielsen, Julia Villarroel, Mette Voldby Larsen, Mogens Kilstrup et Morten Nielsen, « Metagenomic Analysis of Therapeutic PYO Phage Cocktails from 1997 to 2014 », Viruses, vol. 9, no 11,‎ , p. 328 (DOI 10.3390/v9110328, lire en ligne)
  43. Shawna McCallin, Shafiqul A. Sarker, Shamima Sultana, Frank Oechslin et Harald Brüssow, « Metagenome analysis of Russian and Georgian Pyophage cocktails and a placebo-controlled safety trial of single phage versus phage cocktail in healthy Staphylococcus aureus carriers », Environmental Microbiology,‎ (ISSN 1462-2920, PMID 30051571, DOI 10.1111/1462-2920.14310, lire en ligne)
  44. Europhages, « Notices des phagiques commercialisés et classés par fabricant », sur EuroPhages, (consulté le 9 janvier 2019)
  45. a et b Borysowski, Jan,, Międzybrodzki, Ryszard, et Górski, Andrzej,, Phage therapy : current research and applications (ISBN 9781908230744 et 1908230746, OCLC 876882413, lire en ligne), p 167
  46. Lucy L. Furfaro, Matthew S. Payne et Barbara J. Chang, « Bacteriophage Therapy: Clinical Trials and Regulatory Hurdles », Frontiers in Cellular and Infection Microbiology, vol. 8,‎ (ISSN 2235-2988, PMID 30406049, PMCID PMCPMC6205996, DOI 10.3389/fcimb.2018.00376, lire en ligne, consulté le 8 avril 2019)
  47. Camesano, Terri A.,, Nanotechnology to aid chemical and biological defense (ISBN 9789401772181 et 9401772185, OCLC 932002904, lire en ligne)
  48. « Phage therapy for the treatment of human intestinal bacterial infections: soon to be a reality? », sur www.tandfonline.com (DOI 10.1080/17474124.2017.1342534, consulté le 3 février 2019)
  49. (ka) « Produits Biochimpharm », sur biochimpharm.ge (consulté le 21 mars 2018)
  50. « Phages now available online », sur Forbes Georgia (consulté le 3 février 2019)
  51. « Pyobactériophage liquide », sur www.vidal.ge (consulté le 5 avril 2018)
  52. (ka) « About Advanced Biophage Technologies International, LLC (ABTI) », sur abtinternational.org (consulté le 5 avril 2018)
  53. (en) Milada Dvořáčková, Filip Růžička, Martin Benešík et Roman Pantůček, « Antimicrobial effect of commercial phage preparation Stafal® on biofilm and planktonic forms of methicillin-resistant Staphylococcus aureus », Folia Microbiologica, vol. 64, no 1,‎ , p. 121–126 (ISSN 0015-5632 et 1874-9356, DOI 10.1007/s12223-018-0622-3, lire en ligne, consulté le 25 février 2019)
  54. (en) Zuzanna Kaźmierczak, Andrzej Górski et Krystyna Dąbrowska, « Facing Antibiotic Resistance: Staphylococcus aureus Phages as a Medical Tool », Viruses, vol. 6, no 7,‎ , p. 2551–2570 (ISSN 1999-4915, DOI 10.3390/v6072551, lire en ligne, consulté le 25 février 2019)
  55. (en) Dana Štveráková, Ondrej Šedo, Martin Benešík et Zbyněk Zdráhal, « Rapid Identification of Intact Staphylococcal Bacteriophages Using Matrix-Assisted Laser Desorption Ionization-Time-of-Flight Mass Spectrometry », Viruses, vol. 10, no 4,‎ , p. 176 (ISSN 1999-4915, PMID 29617332, PMCID PMC5923470, DOI 10.3390/v10040176, lire en ligne, consulté le 25 février 2019)
  56. (en) « (PDF) Comparison of in vitro lytic activities of three bacteriophage preparations Stafal, Saphylon and Pyobacteriophagum liquidum against methicillin resistant Staphylococcus aureus », sur ResearchGate (consulté le 25 février 2019)
  57. (ru) « Бактериофаги », sur bacteriophages.info (consulté le 8 septembre 2018)
  58. (uk) « PHARMEX GROUP::Центр фармацевтичних розробок », sur pharmex.com.ua (consulté le 25 février 2019)
  59. (en) « PHARMEX GROUP::Main » (consulté le 19 avril 2019)
  60. Stephen T Abedon, Sarah J Kuhl, Bob G Blasdel et Elizabeth Martin Kutter, « Phage treatment of human infections », Bacteriophage, vol. 1, no 2,‎ , p. 66–85 (ISSN 2159-7073, PMID 22334863, PMCID PMC3278644, DOI 10.4161/bact.1.2.15845, lire en ligne, consulté le 7 décembre 2018)
  61. « P-AERUGINOSA-PHAGE-PP1131 », sur doctissimo.fr (consulté le 6 mars 2018)
  62. « P.AERUGINOSA PHAGE PP1131 », sur santemagazine.fr
  63. « 14e législature Question no 43794 », sur assemblee-nationale.fr,
  64. « 14e législature Question no 61452 », sur assemblee-nationale.fr,
  65. « 14e législature Question no 63048 », sur assemblee-nationale.fr,
  66. « Phagothérapie et traitement des infections causées par des bactéries multi-résistantes 14e législature Question écrite no 19495 de Mme Maryvonne Blondin », sur senat.fr,
  67. « Séance du 21 février 2017 (compte rendu intégral des débats) », sur senat.fr,
  68. « Question n°17562 - Assemblée nationale », sur questions.assemblee-nationale.fr (consulté le 14 mai 2019)
  69. « Question n°18415 - Assemblée nationale », sur questions.assemblee-nationale.fr (consulté le 14 mai 2019)
  70. « « La phagothérapie : une réponse à l’antibiorésistance », Colloque (Assemblée nationale-Paris) – Toute La Veille des acteurs de la Santé », sur toute-la.veille-acteurs-sante.fr (consulté le 13 mars 2018)
  71. « Phages Sans Frontières », sur phages-sans-frontieres.com/ (consulté le 12 avril 2018)
  72. « Association Phag Espoirs », sur phagespoirs.unblog.fr (consulté le 12 avril 2018)
  73. « EuroPhages Sauver des vies grâce aux bactériophages », sur europhages.com (consulté le 12 avril 2018)
  74. « Association des Victimes de l'Interdiction des Bactériophagiques Etrangers et de leurs Proches », sur AVIBEP (consulté le 14 mai 2019)
  75. a b c et d Fox A (2019) Engineered phages stymie drug-resistant infection | Science 10 May 2019:Vol. 364, Issue 6440, pp. 518-519 | DOI: 10.1126/science.364.6440.518

Voir aussiModifier