Ouvrir le menu principal

Belval
Esch-Belval
Belval en 2010
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Canton Esch-sur-Alzette
Commune Esch-sur-Alzette
Étapes d’urbanisation années 1990
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 08″ nord, 5° 56′ 48″ est
Superficie 120 ha = 1,2 km2
Transport
Gare Belval-Université et Belval-Lycée
Bus TICE
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Belval

Géolocalisation sur la carte : Canton d'Esch-sur-Alzette

Voir sur la carte administrative du Canton d'Esch-sur-Alzette
City locator 14.svg
Belval
Liens
Site web www.belval.lu/fr

Esch-Belval, de son vrai nom, Belval est un nouveau quartier urbain situé sur les communes d'Esch-sur-Alzette et de Sanem au Grand-Duché de Luxembourg.

Ce nouveau site est issu de la reconversion de l'ancienne usine sidérurgique de Belval à la suite de l'abandon de la production d'acier au Luxembourg qui l'a laissé en état de friche industrielle. Le projet accueille d'ores-et-déjà le campus principal de l’Université du Luxembourg, la Rockhal ainsi que plusieurs entreprises du secteur tertiaire et de nombreux logements multi-culturels.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Le site de Belval est situé à l'ouest d'Esch-sur-Alzette, dans le sud du Grand-Duché de Luxembourg. Le site jouxte, sur sa partie sud, la frontière entre la France et le Luxembourg avec le département de la Moselle.

  Ehlerange Soleuvre  
Belvaux N Esch-sur-Alzette
O    Esch-Belval    E
S
Rédange (F) Villerupt (F) Audun-le-Tiche (F)

Histoire du siteModifier

 
Le site d’Esch-Belval en 1991

Vers 1850 : La zone récréative située entre Belvaux et Esch est particulièrement appréciée et pleine de mystère. La forêt «Escher Bësch», également appelée bois du «Clair-Chêne», qui relie les deux cités, est le théâtre de nombreuses légendes. En 1868, Joseph Steichen, conseiller à la Cour supérieure de justice à Luxembourg, découvre à Belval une source d‘eau minérale d’une qualité exceptionnelle. Cette eau devenue célèbre pour ses vertus curatives est mise en bouteille et commercialisée à partir de 1893. Elle rencontre un franc succès non seulement au sein du Grand-Duché, mais également en Belgique et aux Pays-Bas; sa production atteint un nombre record de plus de 30 000 bouteilles dès la première année. En 1909, la forêt Escher Bësch est défrichée pour faire place à une usine sidérurgique alors à la pointe de la modernité. Le site comprenant hauts-fourneaux, aciérie et usine de laminage prend en charge toutes les phases de production de l’acier, du minerai de fer au produit fini. En 1913, plus de 3 000 travailleurs produisent au total 400 000 tonnes de fonte, 360 000 tonnes d’acier et 297 000 tonnes de produits laminés.

L’ère sidérurgiqueModifier

Entre 1909 et 1912, la compagnie Gelsenkirchener Bergwerks A.G. construisit une nouvelle aciérie moderne à Esch-sur-Alzette : l’usine Adolf-Emil.

En 1911, la société ARBED est créé par la fusion des 3 sidérurgistes les plus importants du Luxembourg (Aciéries Réunies de Burbach-Eich-Dudelange)

Le 30 avril, Jean Monnet, l’un des pères fondateurs de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier, procède à la première coulée européenne symbolique à Belval.

En 1994, l'Arbed prit la décision de changer le mode de production des produits longs dans les sites luxembourgeois. La production d'acier devra se faire dès lors dans des fours électriques, alimentés en partie en ferraille recyclée.

En 1995, l’un des trois derniers hauts-fourneaux est vendu au groupe sidérurgique chinois Kisco. Pendant cinq mois, 240 travailleurs chinois démontent plus de 10 000 tonnes d’acier, numérotent et emballent chaque pièce, pour ensuite reconstruire le colosse, durant 20 autres mois, sur son nouveau site de Kunming, dans la province du Yunnan.

Avec l'arrêt du dernier haut-fourneau de Esch-Belval en juillet 1997, 120 ha ont été libérés et donc ouverts à une reconversion constituant un lieu avec un potentiel de développement économique pour le Luxembourg et de l’ensemble de la Région Sud.

Le projet BelvalModifier

L’État luxembourgeois et le groupe sidérurgique Arbed (aujourd’hui ArcelorMittal) fondent ensemble la société de développement Agora. Sa mission est de planifier et de réaliser un quartier urbain moderne et dynamique sur l’ancien site industriel de Belval.

En 2001, un concours international d’urbanisme a été mis en place pour prendre les meilleurs choix sur le projet Belval[1]. Conjointement avec le Ministère de l’Intérieur, Agora lance un concours d’urbanisme pour l'élaboration d’un Masterplan qui servira de fondement au développement du nouveau quartier urbain.

Après une analyse détaillée des projets concentrée sur les critères de rentabilité, de phasage et de viabilisation, un Comité de Concertation dirigé par le Ministre de l’Intérieur a décidé, le , de poursuivre la planification sur la base du projet du bureau Jo Coenen & Co de Maastricht[2].

En 2002, création du Fonds Belval. En tant qu’établissement public le Fonds est chargé de la réalisation de la « Cité des Sciences, de la Recherche et de l’Innovation », c’est-à-dire de la mise en œuvre du programme immobilier d’investissement public à Belval.

En juin 2002, le festival Steel Works réunit plus de 10 000 personnes à Belval. Sont présents, entre autres, Nina Hagen et le groupe Indochine.

À travers ses différents quartiers, le projet[3] permettra à terme d’accueillir plus de 5 000 habitants et plus de 20 000 occupants ou utilisateurs quotidiens. Le nouvel ensemble urbain porte sur une surface développée de près de 1,3 million de m² sur 69 hectares constructibles. Une proportion importante (30 % des surfaces) est réservée aux espaces verts et places publiques.

Les conditions de sa mise en œuvre lui confèrent un fort potentiel de développement grâce notamment :

  • au respect des idées directrices formulées dès l’origine par les initiateurs du projet ;
  • à une insertion harmonieuse dans le tissu urbain des communes d’Esch et de Sanem ;
  • au soutien actif de l’État à travers un important programme de décentralisation de fonctions administratives et la mise en œuvre d’une politique d’enseignement secondaire et supérieur ambitieuse développée dans le contexte de la création de l’Université du Luxembourg et du Lycée technique de Belval.

Centre national de la culture industrielleModifier

Deux hauts fourneaux se dressent encore sur le site de Belval, un chantier de conservation les concernant a commencé le [4].

Datant de 1965 et de 1970, les deux hauts fourneaux en question marquent la limite et l’environnement entre Esch-sur-Alzette et Belval. Le gouvernement décida donc de les conserver et délivra une enveloppe budgétaire de 13,93 millions d'euros mise en place pour financer les études et les travaux préparatoires qui devront se dérouler en trois étapes distinctes: l'installation du chantier et le nettoyage du site, la sécurisation de première urgence et, finalement, l'assainissement et la stabilisation des deux tours.

Les hauts-fourneaux serviront à la création du Centre national de la culture industrielle, il s'agira de développer un concept inédit intégrant ces deux témoins du passé industriel dans la vie urbaine du nouveau quartier.

Le , Claude Wiseler, le ministre du développement durable et des infrastructures[5], François Biltgen, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche[6], et Octavie Modert, ministre de la culture[7], présentent les plans de conservation des hauts fourneaux qui prévoient de conserver l’intégralité du premier haut fourneau et la silhouette du second. Le a lieu l'ouverture officielle du chantier de conservation[8]

Installations implantées sur le siteModifier

 
Complexe les Terres Rouges - Siège de RBC Investor Services

EntreprisesModifier

  • RBC Investor Services
  • Laboratoires Ketterthill - Laboratoires d'analyses médicales, depuis 2015[10]

DivertissementsModifier

  • La Rockhal - Salle de concert
  • Cinéma CinéBelval multiplex de 1500 places - Bâtiment Plaza 1

ShoppingModifier

  • Belval Plaza 1 et 2 - Centre commercial
     
    Place de l'Académie; à droite, Plaza 2 (2011)

LogementsModifier

Éducation et rechercheModifier

TransportModifier

 
La gare Belval-Université

AirModifier

RailModifier

Esch-Belval est desservi par deux gares ferroviaires exploités par les Chemins de Fer Luxembourgeois :

Un nouveau tronçon ferroviaire était à l'étude (Cessange - Esch-Belval) qui aurait permis de relier directement la ville de Luxembourg au site de Esch-Belval[17] mais il n'y a plus eu de suite jusqu'à l'annonce en mars 2018 de la création d'une ligne de tramway entre la capitale et Esch-Belval à une échéance de 10 à 15 ans[18].

RouteModifier

AutoroutesModifier

Lignes de busModifier

Belval est desservi par les lignes du TICE.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Histoire du site Belval
  2. Bureau d'étude Jo Coenen & Co
  3. « L’avenir est au sud — Belval-Ouest »
  4. Mise en route en 2004
  5. Ministre du développement durable et des infrastructures
  6. Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche
  7. Ministre de la culture
  8. Annonce par les trois ministres
  9. a et b [1]
  10. « Laboratoire d'analyses médicales | Laboratoires Ketterthill », sur www.ketterthill.lu (consulté le 5 juillet 2016)
  11. Logements en cours de création
  12. Dès la finalisation de la Maison du Savoir, l’Université déménagera sur un nouveau site, à Esch-Belval. La création d’un campus unique constitue un challenge de taille où la participation des étudiants est recherchée par la direction. (Wikipedia FR Université du Luxembourg)
  13. http://www.luxembourg.public.lu/fr/actualites/2015/09/22-belval/index.html
  14. CEPS/INSTEAD — Rapport d'activité 2011
  15. Gare Belval-Université
  16. Gare Belval-Lycée
  17. ! Article de 2008 ! Ainsi, parallèlement à la liaison autoroutière entre la ville de Luxembourg et Esch-sur-Alzette qui trouvera son prolongement naturel par un raccordement direct sur le site de Belval-Ouest et une jonction avec le réseau français, les échanges avec la capitale et le réseau régional de transport public seront renforcés par la création d’une desserte ferroviaire cadencée équipée de matériel léger.Page 14
  18. Erwan Nonet, « En tram de Luxembourg… jusqu’à Belval ! », sur http://www.lequotidien.lu, (consulté le 29 mars 2018)