Ouvrir le menu principal

Erwin Jaenecke
Naissance 22 avril 1890
Freren
Décès 3 juillet 1960 (à 70 ans)
Cologne
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of Germany (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany (1903–1919).svg Deutsches Reichsheer
War Ensign of Germany (1922–1933).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade Generaloberst
Années de service 1911-1945
Commandement 389e division d'infanterie
17e armée
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer

Le titre de cet article contient les caractères a et e. Dans l'orthographe germanique, ces 2 caractères peuvent être représentés comme ä, le nom peut être représenté comme Erwin Jänecke.

Erwin Jaenecke (22 avril 1890 à Freren – 3 juillet 1960 à Cologne) est un Generaloberst allemand qui a servi au sein de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale.

Pendant la Seconde Guerre mondiale il a servi et combattu en Pologne, en France et en Union soviétique.

Il a été récipiendaire de la croix de chevalier de la Croix de fer. Cette décoration est attribuée pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire avec succès.

BiographieModifier

Erwin Jaenecke a combattu durant la Première Guerre mondiale et a commencé la Deuxième Guerre mondiale comme Oberquartiermeister avec la 8e Armée en Pologne. Plus tard, il sert en Belgique et en France.

Sur le front oriental, il sert comme commandant de la 389e division d'infanterie et plus tard du IV. Armeekorps. Il est blessé à la bataille de Stalingrad et évacué avec les derniers officiers supérieurs.

En avril 1943, il commande en tant que General der Pioniere le LXXXII. Armeekorps, et le 25 juin 1943, la 17e Armée dans le Caucase et plus tard dans la péninsule de Crimée.

Lors d'une rencontre avec Adolf Hitler au Berchtesgaden, Jaenecke insiste pour que son armée de 235 000 hommes soit évacuée de Sébastopol encerclée. Après la perte de la Crimée, il est tenu comme responsable et est arrêté en Roumanie et passe en cour martiale. Seule l'intervention de Heinz Guderian lui sauve la vie. Il est renvoyé de l'armée le 31 janvier 1945.

Le 15 juin 1945, il est arrêté par les Soviétiques et condamné à mort. Sa peine est convertie à 25 ans de travaux forcés. Il est libéré en 1955 et retourne en Allemagne, après l'accord de l'Union soviétique avec Konrad Adenauer.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Scherzer 2007, p. 416.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. (ISBN 3-7909-0284-5).
  • (de) Veit Scherzer, Die Ritterkreuzträger : die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchivs, Ranis/Jena, Scherzers Militaer-Verlag, (réimpr. 2005, 2006), 846 p. (ISBN 3-938-84517-1 et 978-3-938-84517-2, OCLC 891773959).

Liens externesModifier