Ernst Steinitz

mathématicien allemand

Ernst Steinitz () est un mathématicien allemand.

Ernst Steinitz
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
KielVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Wrocław New Jewish Cemetery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Œuvres principales
Lemme de Steinitz, Steinitz's theorem (d), Q55621519Voir et modifier les données sur Wikidata
Tombstone Ernst Steinitz Wroclaw.png
Pierre tombale de Ernst Steinitz au cimetière juif de Wrocław (rue Lotnicza).

BiographieModifier

Steinitz est né à Laurahütte (Siemianowice Śląskie), province de Silésie, Royaume de Prusse. Fils de Sigismund Steinitz, un charbonnier juif et de sa femme Auguste Cohen, il eut deux frères. Il fit ses études à l'université de Breslau, où il passa sa thèse[1] en 1894, et à l'université de Berlin. Il occupa ensuite des postes à Charlottenberg (devenu l'université technique de Berlin), à Breslau, et à l'université de Kiel, où il mourut en 1928. Steinitz avait épousé Martha Steinitz et ils ont eu un fils.

TravauxModifier

La thèse de Steinitz portait sur les configurations projectives ; il y démontrait entre autres que toute description abstraite d'une structure d'incidence de trois lignes par point et trois points par ligne peut être réalisée par une configuration de trois lignes du plan euclidien, dont au moins deux lignes droites. Sa thèse contenait aussi une preuve du théorème de König, sur l'existence d'un couplage complet pour tout graphe régulier biparti, formulé dans le langage des configurations[2].

En 1910, Steinitz publie dans le journal de Crelle un article qui aura beaucoup d'impact : Algebraische Theorie der Körper (Théorie algébrique des corps)[3]. Dans cet article, il étudie la théorie axiomatique des corps commutatifs et définit des concepts importants comme ceux de corps premier, corps parfait et degré de transcendance d'une extension de corps. Il démontre que tout corps possède une clôture algébrique.

Steinitz a aussi fait des contributions fondamentales à la théorie des polyèdres : le théorème de Steinitz pour les polyèdres (en) dit que les 1-squelettes de polyèdres convexes sont exactement les graphes planaires 3-connexes. Son travail dans ce domaine a été publié après sa mort, en 1934, dans le livre Vorlesungen über die Theorie der Polyeder unter Einschluss der Elemente der Topologie[4] de Hans Rademacher.

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ernst Steinitz » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Ernst Steinitz », sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  2. (en) Harald Gropp, F. W. Levi (1888-1966) and E. Steinitz (1871-1928), posters exposés au congrès international des mathématiciens de 1998 à Berlin, et à la 6e conférence slovène internationale sur la théorie des graphes, Bled'07, et citant H. Röhl, Ernst Steinitz, eine Darstellung seines mathematischen Werkes (1962) Staatsexamenarbeit Keil.
  3. (de) Ernst Steinitz, « Algebraische Theorie der Körper », J. reine angew. Math., vol. 137,‎ , p. 167-309 (lire en ligne).
  4. (en) A. W. Tucker, « Review: Vorlesungen über die Theorie der Polyeder unter Einschluss der Elemente der Topologie by Ernst Steinitz, edited and completed by H. Rademacher; Lehrbuch der Topologie by H. Seifert and W. Threlfall (de) », Bull. Amer. Math. Soc., vol. 41, no 7,‎ , p. 468-471 (lire en ligne).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier