Ouvrir le menu principal
Ephraim Oshry
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion

Ephraim Oshry (Kupiškis[1], août 1914 - New York, [2],[3],[4],[5],[6]) est un rabbin lituanien ayant vécu durant la Shoah en Lituanie, où il agit comme décisionnaire. Après la Seconde Guerre mondiale, il écrit un important ouvrage sur le judaïsme lituanien anéanti par les nazis. C'est un des rares rabbins européens et possek ayant survécu à la Shoah et qui témoigne.

Éléments biographiquesModifier

Ephraim Oshry[7] est né en 1914 à Kupiškis, dans le nord-est de la Lituanie.

Dans le Ghetto de KaunasModifier

Le 23 juin 1941, les nazis occupent Kaunas, la deuxième ville en importance de Lituanie, et créent le Ghetto de Kaunas et Camp d'extermination de Kaunas (le Neuvième fort)[8].

Les nazis chargent le rabbin Oshry de la responsabilité des archives juives de Kaunas. L'intention des allemands était de créer une exposition des artefacts de la race juive disparue. Le rabbin Ephraim Oshry utilise ces archives à d'autres fins : pour répondre aux questions extrêmement difficiles, souvent de vie ou de mort, qu'on lui adresse de toute part sur la nature humaine, Dieu, et l'éthique juive, activité qu'il va maintenir jusqu'à son emprisonnement en août 1944. Il garde une copie des questions et des réponses (Responsa)[9],[10] dans des containers, qu'il récupère à la fin de la guerre[11].

Kaunas est libéré en août 1944.

Le rabbin Ephraim Oshry a perdu son épouse et ses enfants dans les camps. Il se remarie en 1949 avec Frieda Greenzwieg, une survivante d'Auschwitz[12].

Sa mère et ses deux sœurs sont mortes durant la Shoah[13].

Après la Seconde Guerre mondialeModifier

En 1949, le rabbin Ephraim Oshry et son épouse, Frieda Greenzwieg, s'établissent à Rome, en Italie. Il y crée la Yeshiva Méor HaGolah[14] pour des enfants orphelins réfugiés.

En 1950, le rabbin Ephraim Oshri s'établit avec sa famille à Montréal, au Québec (Canada. Il s'installe avec tous les étudiants de sa yeshiva.

Le Lower East SideModifier

En 1952, le rabbin Ephraim Oshry quitte Montréal et s'installe dans le Lower East Side de Manhattan à New York.

Avec le rabbin Moshe Feinstein, le rabbin Ephraim Oshry est pendant de nombreuses années une des grandes figures du Lower East Side[15].

Le Beth Hamedrash HagadolModifier

En 1952, le rabbin Ephraim Oshry prend la direction de la Communauté du Beth Hamedrash Hagadol (Grande Maison d'Études[16],[17],[18]), un des sites historiques du Lower East Side, qu'il dirige pendant 51 ans.

Il crée aussi dans le East Bronx une yeshiva pour garçons et une yeshiva pour filles.

Une yeshiva à Monsey (État de New York) porte son nom : Yeshiva Shaar Ephraim[19].

Le rabbin Ephraim Oshry décède à New York, le 28 septembre 2003, le deuxième jour de Roch Hachana, le 2 Tishri[20]. Il est survécu par son épouse et neuf enfants (trois filles et six fils). II avait 89 ans.

ŒuvresModifier

  • Ephraim Oshry. Divrei Efraim, 1949. En Hébreu[21].
  • Ephraim Oshry. Sh'eilos UTeshuvos MiMa'makim (Questions et réponses des profondeurs), 1959-1979, 5 volumes en hébreu.
  • Ephraim Oshry. Ozar ha-Pesah, 1965. En hébreu.
  • Ephraim Oshry. Imrei Efraim, 1968. En hébreu.
  • Ephraim Oshry. Hasidei Efraim, 1975. En hébreu.
  • (en)Ephraim Oshry. Annihilation of Lithuanian Jewry. Judaica Press, 1995 (ISBN 978-1-880582-18-3).
  • (en)Ephraim Oshry. Responsa from the Holocaust. B. Goldman & Y. Leiman, Editors. Judaica Press, 2001 (ISBN 978-1-880582-71-8).
  • Ephraim Oshry. La Torah au cœur des ténèbres. Traduction par Marc Meir Maslowski. Albin Michel: Paris, 2011[22],[23] (ISBN 978-2-226-21922-0).

ResponsaModifier

Exemples de Responsa du rabbin Ephraim Oshry[24],[25],[26],[27],[28],[29],[30],[31],[32],[33],[34],[35],[36],[37],[38],[39],[40],[41] :

  • Question : Une veuve démunie peut-elle extraire l'or des dents de son mari ? Réponse : Non, ce serait désacraliser son corps[42].
  • Question : Peut-on faire une césarienne sur une femme décédée ? Réponse : Si par cette action on sauve une vie, désacraliser la défunte est une moindre priorité[42].
  • Question : Est-ce que les survivants de la Shoah doivent enlever leurs tatouages (numéros) ? Réponse : [le rabbin Ephraim Oshry est lui-même un survivant] Non, ils doivent les garder en tant que symbole honorifique[43].

HonneursModifier

Les volumes de Responsa du rabbin Ephraim Oshry lui valent deux National Jewish Book Awards.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Kupiskis, Lithuania.
  2. (en) Douglas Martin. Obituaries. Ephraim Oshry, 89, a Scholar In Secret During the Holocaust. The New York Times, October 05, 2003.
  3. (en) Steve Lipman. Rabbi Ephraim Oshry, 89, Wrote Holocaust Responsa. The Jewish Week. 10/10/03.
  4. (en) Rabbi who held secret services in Lithuania during WWII dies. Haaretz, October 5, 2003.
  5. (en) Life In Legacy - Week of October 4, 2003.
  6. (en) Kupisher Society. Johannesburg, South Africa. Wednesday, August 11, 1954. Photo of Rabbi Ephraim Oshry. No. 36.
  7. Oshry Family.
  8. (en) Rabbi Ephraim Oshry conducts a memorial service at Fort IX ten months after the liberation. With him are four participants in the Christmas 1943 escape from the fortress. Photo. United States Holocaust Memorial Museum.
  9. (en) Holocaust Responsa in the Kovno Ghetto (1941-1944). Teaching Unit (Teacher's Guide). Ephraim Kaye.
  10. Holocaust Responsa Project. A Comprehensive Database of Scholarly Responsa pertaining to the Holocaust. Bar Ilan Holocaust Responsa Project.
  11. (en) Ephraim Oshry (1914-2003). Find A Grave Memorial.
  12. (en) Rabbi Ephraim Oshry, 89, religious scholar dies.
  13. (en) Ephraim Oshry, rabbi helped Jews in Nazi occupation. AP. boston.com.
  14. Sara Esther Crispe. There Are No Answers...Only Responses.
  15. (en) Richard Bernstein. Immigration Magnet; The Lower East Side Changes Its Face. The New York Times, June 28, 1994.
  16. (en) Beth Hamedrash Hagadol (Great House of Study).
  17. (en) Shaila K. Dewan. Synagogue From 1800's Is Damaged In a Fire. The New York Times, December 7, 2001.
  18. (en) Candace Taylor. Lower East Side Is at a Crossroads. The New York Sun, July 17, 2008.
  19. (en) Yeshiva Shaar Ephraim, Monsey, N.Y.
  20. (en) 2 Tishrei. Rav Ephraim Oshry (1908-2003).
  21. (en) Oshry, Ephraim. Jewish Virtual Library.
  22. La Torah au cœur des ténèbres.
  23. La Torah au cœur des ténèbres. Résumé. Quatrième de couverture.
  24. (en) Rabbi Ephraim Oshry. The Holocaust. Responsa from the Holocaust.
  25. (en) Ephraim Oshry. Video. Voices Of The Past. The Rohr Jewish Learning Institute.
  26. (en) Ephraim Oshry. Responsa From the Holocaust. OU.
  27. (en) Responsa Regarding Saving Yourself & Your Children in the Holocaust. Jewish Virtual Library.
  28. (en) Michael Nevins, M.D. Moral Dilemmas Faced by Jewish Doctors During the Holocaust. Jewish Virtual Library.
  29. (en) Holocaust Responsa. Audio-Video. YU Torah Online. Thursday, April 19,2012. 1 h 3 min 26 s. Rabbi Barry Gelman.
  30. (en) Sarah Shapiro. Why Is This Child Different? Torah.org.
  31. (en) She'eilos U'Teshuvos Mi'maamakim. abbi Cohen. Cong. Tifereth Israel of Passaic, NJ. iTunes and podcasts.
  32. (en) Michael Grodin. Holocaust Responsa. The Elie Wiesel Center for Judaic Studies Lehrhaus. Boston University.
  33. (en) R Ephraim Oshry. Audio-Video. October 28, 2007. Rabbi Aaron Rakeffet-Rothkoff. YU Israel. YU Torah Online. 1 h 32 min 23 s.
  34. (en) Responsa literature.
  35. (en) Faith and Halacha. zachor.
  36. (en) Sara Esther Crispe. The Ability to Question.
  37. (en) Responsa. Fulfilling the mitzvah of the four cups. Zachor.
  38. (en) Matters of life and death. Kovno Ghetto. Faith and Halacha.
  39. (en) Responsa from the Holocaust.
  40. (en) Remembering the Fallen, From the Talmud to the Holocaust.
  41. (en) Ephraim Kaye. Holocaust Responsa in the Kovno Ghetto 1941-1944. Wednesday, October 13, 1999.
  42. a et b Voir Martin, 2003.
  43. Voir note 13 sur (en) Rabbi Yehuda Spitz, « The Tattoo Taboo and Permanent Make-Up Too by Rabbi Yehuda Spitz », Ohr Somayach,‎ (lire en ligne, consulté le 24 février 2018)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier