Enharmonie

équivalence entre deux notes de musique de même hauteur mais de notations différentes

Dans la musique tonale à tempérament égal, une enharmonie est l'équivalence pratique de deux notes nommées différemment mais produisant le même son. Des notes enharmoniques ont donc la même hauteur, mais des noms différents. Dans la gamme chromatique les notes enharmoniques ne sont plus identiques mais diffèrent d'un comma.

Ainsi, do ♯ et ré ♭, ou sol ♯ et la ♭ par exemple (il y en a d'autres), sont des enharmonies. Sur un piano, ces sons sont obtenus en frappant la même touche. En solfège, les intervalles de seconde diminuée et de tierce sous-diminuée (sol 𝄪 - si 𝄫 par exemple) sont formés de notes enharmoniques appelées également notes synonymes.

L'enharmonie permet des modulations étonnantes, par l'utilisation d'une note « pivot » qui appartient par enharmonie à deux tonalités très éloignées l'une de l'autre. Dans une pièce pour clavecin intitulée L'enharmonique, Jean-Philippe Rameau exploite ce procédé modulatoire pour la première fois.

Liste des enharmoniesModifier

Tous les sons de la gamme chromatique peuvent, par enharmonie, avoir deux ou même trois noms différents :

1er nom 2e nom 3e nom Exemple musical
sol dièse
(sol ♯)
la bémol
(la ♭)
 
sol double dièse
(sol  )
la si double bémol
(si   ; rare[1])
 
la dièse
(la ♯)
si bémol
(si ♭)
do double bémol
(do   ; rare[1])
 
la double dièse
(la  ) ; rare[1])
si do bémol
(do ♭)
 
si dièse
(si ♯)
do ré double bémol
(ré   ; rare[1])
 
si double dièse
(si   ; rare[1])
do dièse
(do ♯)
ré bémol
(ré ♭)
 
do double dièse
(do  )
mi double bémol
(mi   ; rare[1])
 
ré dièse
(ré ♯)
mi bémol
(mi ♭)
fa double bémol
(fa   ; rare[1])
 
ré double dièse
(ré   ; rare[1])
mi fa bémol
(fa ♭)
 
mi dièse
(mi ♯)
fa sol double bémol
(sol   ; rare[1])
 
mi double dièse
(mi   ; rare[1])
fa dièse
(fa ♯)
sol bémol
(sol ♭)
 
fa double dièse
(fa  )
sol la double bémol
(la   ; rare[1])
 

Gammes enharmoniquesModifier

Les gammes enharmoniques sont des gammes de même hauteur de son, mais de noms différents.

Pour les gammes majeures :

Pour les gammes mineures :

Remarques :

  • pour deux gammes enharmoniques, le nombre de dièses à la clé de la première gamme et le nombre de bémols à la clé de la seconde gamme représentent toujours un total de 12 altérations. Les théoriciens de la musique expliquent ce fait en remarquant qu'une octave comprend douze demi-tons ou encore qu'une succession de douze quintes ascendantes fait passer d'une note (quelconque) à sa note enharmonique ;
  • dix gammes enharmoniques sont inutilisées. Les gammes de sol ♯ majeur, ré ♯ majeur, la ♯ majeur, mi ♯ majeur, si ♯ majeur et leurs relatives mineures ne peuvent pas exister à moins de mettre des doubles dièses car le principe est de pouvoir solfier la gamme en nommant toutes les sept notes ;
  • les dix autres gammes enharmoniques sont aussi inutilisées du fait cette fois de la présence de doubles bémols (fa ♭, si 𝄫, mi 𝄫, la 𝄫, ré 𝄫 et leurs relatives mineures).

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j et k Ces notes n'appartiennent pas aux gammes courantes à sept altérations, mais peuvent faire partie des tons voisins, particulièrement de do ♭ majeur ou la ♭ mineur, ou d'un emprunt modulant comme do ♭ majeurdo ♭ mineur. Elles servent aussi aux instruments transpositeurs comme le hautbois d'amour et la clarinette en la qui, lisant une partition en ut, doivent ajouter 3 bémols à la clé et donc parfois dépasser le cycle des gammes habituelles. Il n'est pas rare d'ailleurs que ces transpositions se fassent par enharmonie, simplifiant ainsi la lecture (en transposant, il peut être plus facile de lire en sol ♯ mineur qu'en la ♭ mineur).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens internesModifier