Edward Montagu (2e comte de Sandwich)

politicien britannique

Edward Montagu, 2e comte de Sandwich (/48 - )[1] est un noble britannique.

Edward Montagu
Image dans Infobox.
Fonctions
Membre du Parlement de 1661 à 1679
Dover (d)
-
Membre du Parlement d'Angleterre
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
Sépulture
Church of All Saints, Barnwell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Mère
Jemima Crew (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Sidney Wortley Montagu
Lady Jemima Montagu (d)
Lady Anne Montagu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Lady Anne Boyle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Edward Montagu
Elizabeth Montagu (d)
Richard Montagu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

BiographieModifier

Il est né à Hinchinbrooke, Huntingdonshire, Angleterre fils d'Édouard Montagu (1er comte de Sandwich) et Jemima Crew. Il est titré vicomte Hinchingbrooke de 1660 à 1672. Il fait ses études principalement à Paris, où il vit avec son cousin Walter Montagu (en), même s'il est dit "ne pas avoir été un grand érudit". Il épouse Lady Anne Boyle, fille de Richard Boyle (1er comte de Burlington) et Elizabeth Clifford, 2e baronne Clifford. Ils ont trois enfants : Edward Montagu (3e comte de Sandwich), Richard Montagu et Elizabeth Montagu. Anne meurt en 1671. Leur fils aîné est fou. Même s'il n'y a pas de preuve que la maladie soit héréditaire, il semble que le premier comte ait souffert de dépression dans ses dernières années.

En 1681, Edward est nommé Lord Lieutenant du Huntingdonshire à son retour de l'étranger, mais il ne prend jamais le poste, qui est exercé successivement par Robert Bruce (1er comte de Ailesbury) et Thomas Bruce (2e comte d'Ailesbury). Le 1er comte a également exercé pour lui, de la même façon, le poste de Lord Lieutenant du Cambridgeshire en 1685, mais la nomination est annulé après la mort d'Ailesbury, la même année.

Le biographe de son père le décrit comme "un jeune homme constante, pas très robuste, qui n'aurait jamais mis la Tamise à feu."[2] Son bref mariage avec Anne semble avoir été assez heureux: sa mère a beaucoup apprécié sa belle-fille.[3]

RéférencesModifier

  1. « boylefamily » [archive du ]
  2. Ollard, Richard Cromwell's Earl Harper Collins London 1994 p. 248
  3. Ollard p. 248