Edward Bouverie Pusey

Homme d'église conservateur de l'église d'Angleterre
Edward Bouverie Pusey
Edward Bouverie Pusey.jpg
Edward Bouverie Pusey
Biographie
Naissance
ou Voir et modifier les données sur Wikidata
Pusey (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion

Edward Bouverie Pusey (né le et décédé le ), est un ecclésiastique anglais, Regius Professor d'hébreu à Christ Church (Oxford) et un des maîtres à penser du Mouvement d'Oxford.

BiographieModifier

Il est né dans le village de Pusey (en) alors dans le Berkshire, de Philip Bouverie, cadet du Vicomte Folkestone. Il fait ses études à Eton College puis à Christ Church à Oxford. Il devient Fellow du Oriel College en 1824 où il rejoint John Henry Newman et John Keble.

De 1825 à 1827, il étudie les langues orientales et la théologie allemande à l'Université de Göttingen. En 1827 il se marie[1]. Sa première publication, en 1828 est une réponse à des conférences de Hugh James Rose à l'Université de Cambridge sur les tendances rationalistes de la théologie allemande. Il y exprime déjà une grande sympathie pour le piétisme allemand qui s'efforce de sauver le Protestantisme de sa décadence. Mais, on interprète son texte comme rationaliste aussi. Il doit publier une réfutation en 1830.

En 1828, il est nommé par le Premier ministre Wellington professeur Regius d'hébreu à Christ Church. En 1830 il offre les œuvres complètes d'Athanase d'Alexandrie, qui appartenaient à Bossuet, à son ami John Henry Newman[2].

À la fin de 1833, il se rapproche de ses collègues qui ont publié les premiers Tracts for the Times, mais il ne rejoint officiellement le « Mouvement d'Oxford » que vers 1835-1836 quand il publie lui aussi un Tract sur le baptême et crée la « Bibliothèque des Pères ». Il commence à étudier les Pères de l'Église et les écrits des prêtres anglicans qui ont maintenu les traditions pré-Réforme. Il fait un prêche en mai 1843 sur l'Eucharistie qui rappelle ces traditions qui ont alors plus ou moins disparu. Cela fait un tel scandale qu'il est interdit de prêche pendant deux ans. L'effet immédiat est que son sermon se vend à 18 000 exemplaires, faisant de Pusey une des personnes les plus influentes de l'Église anglicane, à travers ses livres et ses sermons défendant le courant High Church. Ses sermons « The Entire Absolution of the Penitent » en 1846 ramènent la pratique de la confession dans l'anglicanisme par exemple.

Pusey se trouve alors à participer à toutes les controverses théologiques et universitaires de son temps : la controverse Gorham en 1850, la réforme d'Oxford en 1854, le procès contre les auteurs des Essays and Reviews en 1863 et surtout Benjamin Jowett, la réforme du mariage ou la controverse Farrar sur le châtiment éternel en 1877.

BibliographieModifier

  • James Harrison Rigg, Character and Life-Work of Dr Pusey (1883)
  • B. W. Savile, Dr Pusey, an Historic Sketch, with Some Account of the Oxford Movement (1883)
  • Life of Edward Bouverie Pusey par Henry Parry Liddon (5 vols, 1893-1899)
  • Newman's Apologia
  • Geck, Albrecht (Hg.), Autorität und Glaube. Edward Bouverie Pusey und Friedrich August Gottreu Tholuck im Briefwechsel (1825 - 1865). Teil 1-3: in: Zeitschrift für Neuere Theologiegeschichte 10 (2003), 253-317; 12 (2005), 89-155; 13 (2006), 41-124.
  • Geck, Albrecht, Edward Bouverie Pusey. Hochkirchliche Erweckung, in: Neuner, Peter/Wenz, Gunter (Hgg.), Theologen des 19. Jahrhunderts. Eine Einführung, Darmstadt 2002, 108-126.
  • Geck, Albrecht, « Friendship in Faith. E.B. Pusey (1800-1882) und F.A.G. Tholuck (1799-1877) im Kampf gegen Rationalismus und Pantheismus - Schlaglichter auf eine englisch-deutsche Korrespondenz », in Pietismus und Neuzeit 27 (2001), 91-117.
  • Geck, Albrecht, « The Concept of History in E.B. Pusey’s First Enquiry into German Theology and its German Background », in The Journal of Theological Studies, NS 38/2, Oxford 1987, 387-408.
  • Adolphe Reichard, « Le puseyisme », Thèse, Berger-Levrault, 1859

SourceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Louis Bouyer, Newman sa vie sa spiritualité, préface du cardinal Jean Honoré, Paris, Éditions Cerf, , 485 p. (ISBN 978-2-204-08866-4)
  2. Louis Bouyer, Newman sa vie sa spiritualité, préface du cardinal Jean Honoré, Paris, Éditions Cerf, , 485 p. (ISBN 978-2-204-08866-4)

Liens externesModifier