Edoardo Bennato

chanteur de musique rock
Edoardo Bennato
PERX0133 03.jpg
Edoardo Bennato en concert (1980)
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Fratrie
Eugenio Bennato
Giorgio Zito (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Trio Bennato (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Instruments
Labels
Parade (d), Cheyenne Records (d), Ri-Fi (en), Five Record, Virgin Dischi s.r.l. (d), Numero Uno, Dischi Ricordi S.p.A., RTI Music (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Influencé par
Site web
Discographie
Discographie de Edoardo Bennato (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Edoardo Bennato, né le à Naples, est un auteur-compositeur-interprète italien. Il a dix-sept albums à son actif.

BiographieModifier

Les débuts et les années 1960Modifier

Fils de Carlo Bennato, employé à Italsider, et d'Adele Zito, femme au foyer, frère aîné de Eugenio et Giorgio, enfant de musique, d'une part poussé par sa mère, qui encourage les enfants à jouer et les envoie aux cours d'un professeur d'accordéon[1], de l'autre par le rock'n'roll, qui le fascine depuis son arrivée en Italie, grâce aussi aux soldats américains stationnés à Naples[2](en particulier le jeune Edoardo est impressionné par Paul Anka, Chuck Berry, Elvis Presley et Neil Sedaka, d'autres influences sur Bennato viennent de chanteurs napolitains tels que Renato Carosone, Aurelio Fierro et, surtout pour la façon de chanter, Peppino di Capri[3]). Avec ses frères il forme en 1958 le Trio Bennato , dans lequel Edoardo chante et joue de la guitare, Eugenio joue de l'accordéon et Giorgio la percussion[4]; les trois frères commencent à se produire dans diverses villes locales (le Circolo Canottieri, le dopolavoro de l'usine Italsider, le Théâtre méditerranéen et autres), en 1959 ils sont appelés en tant qu'invités dans l'émission télévisée Notre petit monde , créée par Zietta Liù :[4] est la première apparition à la télévision pour Bennato et ses frères.

 
Le Trio Bennato

La même année en juillet, grâce au propriétaire Aldo Grimaldi, les trois frères présentent une série de spectacles lors d'une croisière vers Amérique du Sud puis vers Venezuela , apparaissant également dans l'émission télévisée "Lo show de las doces", diffusée par "Canal 7".

En 1965 Bennato est diplômé du lycée artistique de Naples, et après avoir participé au Festival de Castrocaro 1965 sans se qualifier pour la finale[5],[6], décide de s'installer à Milan pour fréquenter la Faculté de Architecture de Polytechnic, mais aussi pour entrer en contact avec le monde de la discographie: dans ce but, sur proposition de sa mère, il contacte Dischi Ricordi, dont il est le directeur artistique Vincenzo Micocci, qui s'intéresse à l'artiste. Vincenzo Micocci décide de retourner à Rome et de fonder Parade (avec Carlo Rossi et Ennio Morricone), pour dont Bennato est mis sous contrat par ce label, pour lequel il enregistre le premier single, C'était seulement un rêve / Les ombres.

Dans un premier temps, Micocci essaie de proposer "C'était juste un rêve" à Bobby Solo mais, à défaut d'opération, il décide de le faire enregistrer par Bennato lui-même. Au dos est insérée la chanson `` Le ombre , où Edoardo joue de l'harmonica, devenant ainsi le premier chanteur italien à jouer de cet instrument, les deux chansons sont écrites en ce qui concerne le texte avec Alessandro Portelli (en), professeur de littérature anglo-américaine à Université Sapienza de Rome et musicologue. Le disque, sorti en 1966, n'a pas rencontré le succès espéré.

Bennato reprit ses études à Milan, et là il trouva un jeune auteur-compositeur-interprète qu'il avait déjà rencontré lors de ses séjours à Rome, Herbert Pagani, présenté par Mia Martini; Pagani s'intéresse à sa musique, lui écrit des paroles à la hauteur, et c'est ainsi que sont nés les tubes de Cheers with Glasses (1968), Ahi le Hawaii (1969) et Fuoco bianco . (1970), chanté par Pagani. Entre-temps, il est diplômé en architecture.


Le succès commercial de ces disques fait que Numero Uno, la nouvelle maison de disques fondée par Mogol et Lucio Battisti, le met sous contrat, grâce notamment au intuition de Alessandro Colombini, lui faisant enregistrer un single, Marylou / La fine del mondo ( Marylou est écrit avec son frère Eugenio, avec un texte de Mogol), avec un influences du rock'n'roll des années cinquante, en particulier de Elvis Presley[7]; la chanson au dos, La fine del mondo, est écrite par Edoardo sur un texte d'Herbert Pagani.

Les années 1970 et le succèsModifier

DiscographieModifier

Albums studioModifier

  • 1973 - Non farti cadere le braccia (Ricordi, SMRL 6109)
  • 1974 - I buoni e i cattivi (Ricordi, SMRL 6129)
  • 1975 - Io che non sono l'imperatore (Ricordi, SMRL 6149)
  • 1976 - La torre di Babele (Ricordi, SMRL 6190)
  • 1977 - Burattino senza fili (Ricordi, SMRL 6209)
  • 1980 - Uffà! Uffà! (Ricordi, SMRL 6169)
  • 1980 - Sono solo canzonette (Ricordi, SMRL 6279)
  • 1983 - È arrivato un bastimento (Ricordi EB5509)
  • 1985 - Kaiwanna (Ricordi)
  • 1987 - OK Italia (Virgin, EBLP 09)
  • 1989 - Abbi dubbi (Virgin, EBLP 955)
  • 1992 - Il paese dei balocchi (Virgin)
  • 1994 - Se son rose fioriranno (Virgin) (re-sorti en 1995 avec 2 chansons supplémentaires)
  • 1995 - Le ragazze fanno grandi sogni (Virgin)
  • 1998 - Sbandato (Warner Music)
  • 2003 - L'uomo occidentale (Warner Music)
  • 2010 - Le vie del rock sono infinite (Universal)

RéférencesModifier

  1. « Musichetta », sur Peter Pan le musical,
  2. « StackPath », sur magazine.snav.it, (consulté le )
  3. (it) « Edoardo Bennato - BIOGRAFIA », sur www.musicalstore.it (consulté le )
  4. a et b Donadio 2011, p. 23.
  5. (it) « Festival di Castrocaro 2017: finale in diretta su Rai 1 sabato 26 agosto », sur Cube Magazine, (consulté le )
  6. (it) « Festival di Castrocaro, polemica sull'ospitata di Patty Pravo: "Cosa c'entra?" », sur ForlìToday, (consulté le )
  7. Donadio 2011, p. 50.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier