Edgar Fruitier

comedien

Edgar Fruitier (né à Montréal le ) est un comédien, un mélomane, un animateur de radio et un animateur de télévision québécois.

Edgar Fruitier
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (91 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Joseph Louis Edgard FruitierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

BiographieModifier

Mélomane et grand collectionneur de disques de musique classique, cet autodidacte[1] a animé les Matinales à la chaîne culturelle de Radio-Canada et a présidé plusieurs festivals de musique. Il a été chroniqueur à l'émission Samedi et rien d'autre, sur ICI Radio-Canada Première.

Il a tenu plus de deux cents rôles[2] à la scène et au petit écran. On l'a vu dans de nombreuses émissions de télévision, dont les Belles Histoires des pays d'en Haut et la Boîte à Surprise où il a interprété le personnage Loup-Garou, de la fin des années 1950 à la fin des années 1960. De 1984 à 1988, il anime l'émission Les Grands Esprits à la télévision de Radio-Canada. Au théâtre, il est notamment de la création de la pièce Sonnez les matines, de Félix Leclerc, au Théâtre du Rideau Vert, en 1956. Il jouera dans de nombreuses oeuvres classiques, et des auteurs québécois (Réjean Ducharme, Michel Tremblay). Il est connu de la jeune génération en tant que voix québécoise de M. Burns dans la populaire série de dessins animés Les Simpson.

ProcèsModifier

En 2019, Edgar Fruitier est poursuivi par la justice, pour deux accusations d'attentat à la pudeur contre un mineur[3].

En juillet 2020, il est reconnu coupable de ces deux chefs d'accusation au palais de justice de Longueuil[4].

Filmographie et émissions de radio et de télévisionModifier

ThéâtreModifier

MémoiresModifier

  • Mémoires, propos recueillis par Jean Faucher, avec une préface de Gérard Poirier, éditions Québec Amérique, 2009, 176 pages.
    • « J'ai toujours pensé que toutes les personnes qui se présentent devant le public pour jouer un rôle ou pour chanter ont les mêmes réactions. Tous ont les deux éléments pour se faire connaître, se faire entendre, se faire comprendre : leur voix et leur physique, ou l'élocution et la pantomime. Évidemment, la voix est pour un chanteur plus précieuse que pour un comédien. J'ai eu la joie de pouvoir m'approcher de ces deux activités, le jeu et le chant. Aurais-je la foi que j'en remercierais le Seigneur. » (ch. III, « La scène », p. 56)
    • « La traversée en avion fut très agréable. Du moins pour moi. J'étais fou de joie, pendant tout le vol, qui durait quelque six heures. Je ris sans arrêt jusqu'à l'arrivée. Les autres voyageurs avaient hâte que je modère cette joie et mon rire, dont la sonorité, je le reconnais, est un peu spéciale, peut-être même infernale. Je ne m'en rendais pas compte à ce moment-là. Évidemment, aujourd'hui, quand j'y repense, je trouve que j'avais été épouvantable. » (ch. IV, « Les voyages », p. 58)
    • « Je désirais à tout prix avoir ce disque, alors que je n'avais que douze ou treize ans. [...] J'ai cependant dû abandonner mes recherches alors que j'avais dix-huit ans. Devenu comédien, à trente-cinq ans, je traversai l'Atlantique pour jouer. Et dans chaque ville que je traversais, je prenais le temps d'aller visiter les disquaires pour leur demander mon disque de chansons tchèques. Personne ne l'avait, personne ne connaissait même l'existence de cette Jarmila Novotná. [...] Ce n'est qu'en 1981, après quarante ans de recherches, que ce disque fut de nouveau mis sur le marché chez Pearl. Je pus enfin me le procurer chez HMV, à Montréal, et l'écouter. » (ch. VI, « Radio, musique et rencontres », pp. 93-94)

Notes et référencesModifier

  1. « Edgar Fruitier », sur Ordre national du Québec (consulté le 2 décembre 2019)
  2. Ratmond Bertin, « Fruitier, Edgar », sur L'encyclopédie canadienne (consulté le 2 décembre 2019)
  3. « Edgar Fruitier subira un procès », sur La Presse, (consulté le 23 juillet 2020).
  4. « Edgar Fruitier est coupable de deux chefs d’accusation d’attentat à la pudeur », sur Radio-Canada, (consulté le 23 juillet 2020).

Liens externesModifier