Do`â’ Komayl

le Do`â’ Komayl (arabe : دعاء كميل L’invocation de Komayl) est le recueil d’invocations le plus répandu dans le rite Chiite[1].L’auteur, Komayl Ibn ziyâd (Kumayl ibn Zyad, mort en 702) compagnon et disciple de Ali ibn Abi Talib, a reçu ces prières directement de Ali.Le Do`â’ Komayl est récité traditionnellement tous les jeudis soir, de préférence en assemblée. Ainsi que la veille du 15 du mois de shâabân en mémoire du Douzième Imam[1].Ce Do`â’ enseigne que quiconque accomplit ses devoirs envers Allah sera pardonné[2].

CitationModifier

Do`â’ Komayl est l’un des plus célèbres Do`â’ en Islam.De nombreux uléma qui ont mentionné l’invocation de kumail dans leurs écrits [3]:

  1. Mohammad Ibn al-Hassan al-Tûsî (385-460 H.) dans “Miçbâh al-Motahajjid”.
  2. Ali Ibn Tâwûs (589-664 H.) dans “Al-Iqbâl”.
  3. Ibrâhim Ibn Ali al-Kaf`amî dans “Al-Miçbâh” et dans “Al-Balad al-Amîn”.
  4. Al-Majlicî (1037-1111 H.) écrit, dans “Zâd al-Ma`âd”, que ce Do`â’ est l’une des meilleures supplications. Cette “Prière de demande“ figure également dans les principaux recueils et livres de Do`â’. La lecture de ce Do`â’ a lieu surtout le soir de la veille de la mi-mois de Cha`bân, ainsi qu’à la veille au soir de chaque vendredi (jeudi soir) .

Dans de nombreux pays, des groupes de Musulmans se réunissent spécialement dans des assemblées de lecture de Do`â’ Komayl tous les jeudis soir[3].

Les points des vuModifier

Evariste Lévi-Provençal écrit dans son livre Arabica: « Le grand nombre de textes expliquant la signification de cette invocation (Do`â’ komayl) témoigne de son importance dans la piété Chiite .Dans cette prière, l’accent est mis sur la toute puissance et la souveraineté de Dieu, l’homme est le responsable de ses malheurs : « Je me suis rendu injuste envers moi-même et j’ai péché par ignorance … [4]» .

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Évelyne Martini,La prière
  2. L'islâm: les valeurs communes au judéo-christianisme, Diane Steigerwald
  3. a et b Le texte du Du’â’ Kumayl,Bostani
  4. Evariste Lévi-Provençal,Arabica, Volume 41