Discussion:Réfugiés palestiniens

Ajouter une discussion
Discussions actives
Autres discussions [liste]
  • Admissibilité
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives
  • Commons


Cet article est cruellement incompletModifier

Afin de respecter scrupuleusement le souhaitable principe de neutralité, il me paraît regrettable de ne pas mentionner dans cet article :

  • le simple décompte de l'ensemble des réfugiés palestiniens : il n'y en a pas qu'au Liban !
  • sur la question des supposés "appels arabes à fuir", le résultats des recherches effectuées :
    • pas seulement par Morris, et pas seulement par les israéliens
    • pas seulement (avant 1988 = version israélienne) et (après 1988 = nouvelle version)


Pour information : c'est dès juillet 1959 que Walid Khalidi, que le plus éminent et respecté historien palestinien (né à Jerusalem, chercheur à Princeton, diplômé d'Oxford, enseignant à Oxford et à Harvard) publie son « Why Did the Palestinians Leave? »(Middle East Forum) , où il résume le résultat d’une longue étude détaillée portant sur les propos publics tenus par la ligue arabe à l’époque de l’exode palestinien, dans les journaux et les émissions radiophoniques. Khalidi ne trouva pas une seule trace des supposés « appels arabes » à fuir la Palestine.

Les mêmes conclusions ont été atteintes par Erskine Childers en 1961 (« The Other Exodus », Spectator, 12 mai 1961), après une enquête minutieuse portant sur la totalité des émissions radiophoniques diffusées au Moyen-Orient en 1947 et en 1948, telles que conservées dans les archives sonores d'un institut américain, ainsi que dans celles de la BBC. (il découvrit au contraire que les seuls appels à fuir ayant été diffusés étaient d’origine sioniste, menaçant –en arabe- d’extermination ceux qui resteraient, évoquant des (fausses) épidémies de peste et de cholera, les puissantes armes secrètes possédées par les juifs, etc. …).

Finalement, la même conclusion sera atteinte par l’israélien Benny Morris plus de 35 ans plus tard, avec une exception d'un appel local, jugé non significatif.

De plus, dans l'article une insistance particulière est mise sur les éléments "indiquant" qu'il y aurait eu des appels arabes à fuirs (version traditionnelle israélienne), et strictement AUCUN détail sur tous les développements "prouvant" le contraire : de nombreux (et quelques fois célèbres) débats publics ont eu lieu sur ce sujet, la "position palestinienne" l'emportant systématiquement : non seulement ces supposés "appels à fuir" arabe n'ont JAMAIS été retrouvé (sauf une exception locale, jugée négligeable), non seulement au contraire des "faux appels" (juifs) ont été identifiés (Childers), non seulement l'ensemble de TOUS les enregistrements radiophoniques ont été scannés sans succès, mais les seuls "appels arabes" identifiés ont été, ... des appels A NE SURTOUT PAS FUIR....

S'il est instructif d'indiquer le détail de la position des "appels arabes à fuir" (en l'occurence opinions, témoignages, ... etc. ... sans éléments factuels démontrables), il parait étrange de ne pas citer les nombreuses recherches factuelles, démontrant, preuves à l'appui, leur réfutation ....

Si cet article est incomplet (je suis bien d'accord), à vous de l'enrichir ! Aide:Premiers_pas vous indique quels sont les principes de Wikipédia et comment modifier une page.--Markov (discut.) 12 décembre 2005 à 22:28 (CET)
  • Il y eu en Israel le scandale des fausses archives de l'état d'Israel, des archives furent falsifiées durant des déménagements, nettoyages, et par des chercheurs autorisés à les consulter, Benny Morris a été accusé par l’historien Karsh d'en avoir lui-même falsifié, et devant des preuves de falsification, des historiens et écrivains accusés se rejettent mutuellemenent la paternité des faits" (source: site des archives israeliennes). De nombreux livres éditent des théses politiques en se basant sur ces fausses archives, et de fausses citations (fausses citations de Ben Gourion, Moshe Dayan, Einstein, ..)

De nombreuses revues paraissent en Israel a propos de la falsification des archives de l'état d'Israel, et des fausses citations d ben gourion, moshe dayan, et bien d'autres . c'est un élément important. je rajouterai cette citation authentifiée de Ben Gourion qui a écrit à son fils Amos en 1937 :

« Nous ne souhaitons pas et nous n'avons pas besoin de chasser les arabes et de prendre leur place. Tous nos espoirs reposent sur l'idée-vérifiée tout le long de notre activité sur cette Terre [d'Israël] - qu'il y a suffisamment d'espace dans le pays pour nous et pour les arabes » — Efraim Karsh, Fabricating Israeli history: the « new historians », éditions Frank Cass, New York , 2000, p. 49-507. qu'on peut lire sur google books * Les falsificateurs écrivent, à la place: « Les Arabes doivent partir mais il nous faut l’occasion propice pour le faire, une guerre par exemple », comme Illan Pappé le fait, qui est accusé de falsification.


On sait que les services arabes ont détruit les archives sonores des appels arabes poussant à fuir, et ont détruit le maximum d'archives dévoilant la vérité. cependant, il y a les rapports oraux, des personnes agées palestiniensn, qui décrivent ces appels israéliens a rester, et les appels arabes à partir, et des rappoorts officiels, des israéliens demandant aux palestiniens de ne pas partir, durant ces appels on garantissait les droits civiques complets en Israel. et il y a comme source arabe, toute la presse arabe de 1948, appelant les palestiniens à fuir, pour faciliter le génocide des juifs, est il écrit dans la presse arabe. des preuves donc par les milliers d'exemplaire des journaux de la presse de 1948. puis les livres palestiniens qui décrivent l'appel aux palestiniens de partir, sur ordre des chefs arabes. il y a aussi les sources de washington. la destruction d'archives sonores, ou l'avis d'ecrivains nés israéliens mais politiquement marxistes anti-israéliens, comme Benny Morris, et aussi la création de fausses archives (écrites comme sonores) par des services ou par des radicaux anti-israéliens, ne sont donc pas des arguments suffisants pour nier des faits, il y a suffisament d'elements vérifiables en grand nombre pour corroborer le départ des palestiniens par demande arabe, tandis que les officiels israéliens leur demandaient de rester comme citoyens israéliens.

Des palestiniens déclarent avoirentendu ces appels. non un conseil.. mais un ordre. il ya des témoignages arabes, dans lesquels la légion arabe tirait sur les arabes refusant de partir. c'était un ordre: les populations arabes génaient les armées arabes dans leur avancée. Mais il y a des témoignages écrits: Extrait des Mémoires de Haled alAzrn (1973), Premier Ministre de Syrie en 1948 et 1949, paru à Beyrouth : « [la raison de l’échec arabe en 1948 fut] l'appel des gouvernements arabes aux habitants de la Palestine, pour qu’ils se rendent dans les pays voisins... C’est nous qui les avions encouragés à partir... Nous avons amené la destruction sur un million de réfugiés arabes, en les incitant et en les adjurant de quitter leurs terres, leurs foyers, leur travail et leurs commerces. »

Extrait de « Ma'al Nas” (Avec le peuple 1956): livre de Mahmoud Seif-e-Din Irani, paru à Amman (Jordan Publishing House) : « Soudain, les habitants de Jaffa commencèrent à abandonner leur ville... Nous étions tous trop optimistes, nous avons quitté le pays de notre libre choix, croyant que nous partions pour une courte visite, des vacances et que nous retournerions peu après, comme si rien ne s’était passé. »

30 mai 1955, témoignage arabe palestinien (Falastin, quotidien jordanien): « Nous, les réfugiés, avons le droit de dire aux membres du Conseil de la Ligue arabe: nous avons quitté notre patrie sur la foi de fausses promesses faites par des dirigeants malhonnêtes des Etats arabes. Ils nous ont promis que notre absence ne durerait pas plus de deux semaines, qu’elle serait une sorte de promenade, après quoi nous reviendrions ».

Extrait d’un livre (1955 ) de Edouard Attiya, secrétaire du bureau de la Ligue arabe à Londres, de 1941 à 1950, The Arabs paru à Londres (p 183) : « Cet exode en masse est particulièrement dû à la croyance qu’avaient les Arabes, encouragés en cela par les vantardises et par les déclarations inconscientes de certains chefs arabes, selon lesquelles la défaite des Juifs par les armées des États arabes était l’affaire de quelques semaines .. ».

Extrait de Sirr al Nakhba (Le secret du désastre 1955), livre de Nimr al Hawari, ancien commandant de l’organisation paramilitaire Nedjada, paru à Nazareth : « Les chefs brandirent leurs sabres, prononcèrent des discours enflammés et rédigèrent des articles retentissants. Nous fracasserons le pays à coups de canon, tonna le Premier Ministre d’Irak nous détruirons tout endroit où les Juifs chercheront un abri. Les Arabes devront conduire leurs femmes et leurs enfants dans des régions plus sûres en attendant que les combats se soient apaisés, »

Déclaration du Premier Ministre d’Irak (Presse de Baghdad 15 mars 1948): « Nous écraserons le pays avec nos fusils et nous détruirons tout lieu où les Juifs chercheront refuge. Les Arabes devront emmener leurs femmes et leurs enfants à l’abri pendant le danger, après quoi toute la Palestine sera à eux. »


Ces témoignages écrits ne peuvent être réfutés.

quelques réécrituresModifier

Concernant la partie "la guerre de 1967"

J'ai enlevé ce qui s'y trouvait. C'était une présentation de l'occupation israélienne. Ce qui est hors sujet. j'ai donc renvoyé vers les articles idoines : colonies israéliennes et territoires palestiniens occupés. Par contre, on ne parlait pas de la nouvelle vague de réfugiés. j'ai donc présenté leur situation. Christophe Cagé 24 février 2006 à 12:05 (CET)

Concernant la partie "fuite ou départ volontaire"

La partie n'avait pas de structure interne. Je l'ai donc scindée en 3 parties, pour présenter les 3 thèses en présence. J'ai renforcée celle des "nouveaux historiens israéliens", en particulier avec des citations de Benny Morris. Christophe Cagé 24 février 2006 à 12:05 (CET)

Concernant la partie Démographie

Elle était incomplète : j'ai créé un tableau des chiffres donnés par l'ONU. Christophe Cagé 24 février 2006 à 13:14 (CET)

causes de la fuiteModifier

Bonjour. Je suis en train de réécrire l'article sur la Guerre israélo-arabe de 1948. Evidemment les 2 sujets sont liés. Je pensais venir ici plus tard mais je vois qu'on a commencé à le retravailler :-)

Je pense que si on veut respecter ce que les historiens disent, il ne faut pas chercher à donner une cause mais plusieurs et surtout distinguer les phases d'exode.

1. dec47-jan48

La classe moyenne palestinienne part volontairement 70,000 selon Pappé, 75,000 selon Morris. La raison est : - la non préparation de la société palestinienne à un Etat de guerre. - la confiance dans la possibilité de retour

C'est, selon Pappé, une thèse qui n'est controversée par personne. J'ai mis des liens dans l'article sur la guerre de 1948

  • plan Daleth

Le plan Daleth prévoit de garantir la continuité territoraile de la zone sous controle juif pour se préparer à la l'implication possible des voisins arabes dès mai 1948. En particulier, il faut controler les agglomérations de Haifa, Jaffa et Jérusalem.

2. mar48-avr48 suite aux sièges des zones urbaines : de mémoire, 200,000 à 300,000 réfugiés quittent "volontairement" le pays La Haganah chassent les habitants de certains villages sur la routes de Jérusalem

Les raisons invoquées sont :

suivant Khalidi : - la mise en oeuvre du plan daleth qui serait un plan de nettoyage ethnique; Je ne sais pas s'il s'avance sur l'aspect "volontaire" entre guillements ou non. Morris réfute en soulignant que si l'idée était dans la tête des dirigeants sionistes, ils n'ont pas mis en oeuvre de plan pour y parvenir l'historiographie israélienne conteste en rapportant les déclarations radio de Ben Gourion qui incitait les arabes à ne pas s'enfuit. l'historiographie palestinienne reconteste en disant que les déclarations avaient pour seul objectif de garantir le capital de sympathie auprès du monde occidental

suivant les autres, dont Pappé et Morris : - le siège des villes par la Hagannah - la non garantie de leur sécurité par les Anglais - le peur de massacres suite aux rumeurs amplifiées suivant le massacre de Deir Yassin - l'absence d'une classe dirigeante palestinienne pour assurer la cohésion du peuple

suivant l'historiographie israélienne : - les dirigeants arabes ont appelé à partir. Cette thèse est réfutée par les historiens (ex Yoav Gelber ou Morris) bien que Morris dans son dernier livre, déclare qu'il y a bien eu des appels et plus qu'ils ne pensaient jusque là. Toutefois, il est clair qu'il ne met pas cela dans les causes principales tout en en niant pas l'existence.

3. juillet 48 : La Hagannah mène une offensive pour élargir la bande littorale sous son controle autour de Tel Aviv (elle est de 10 km de large). Ce faisait, elle mène une offensive conjointe contre Lydda (acutellement Lod) et Ramle ainsi que Jérusalem. Abdallah ordonne à la Légion Arabe d'abandonner la zone pour protégéer Jérusalem. La Hagannah gagne facilement mais les Palestiniens ne s'enfuient pas volontairement mais reste. On rapporte des massacres (je n'ai pas les chiffres en tête, je pense "peu" dans la mesure où quelqu'un peut qualifier ainsi un massacre !). 50,000 Palestiniens sont chassés de chez eux.

Suivant Morris : La Hagannah procède à un nettoyage ethnique, dont l'instigation vient des hommes sur le terrain qui "interprètent" des ordres qu'ils n'ont pas reçus. Morris rapporte en parallèle d'autres nettoyages qui font monter le nombre de réfugiés à 100,000 Selon Pappé : La Hagannah procède à un nettoyage ethnique, dont l'instigation est Ben Gourion. Selon Khalidi : c'est la suite naturelle et une preuve supplémentaire du master plan visant à chasser les Palestiniens. L'historiographie israélienne rapporte de la résistance de la part des Palestiniens.

4. campagne de Galilée puis du Neguev

200,000 à 230,000 Suivant Morris et Pappé, c'est un nettoyage ethnique.


TOTAL : 70-75 + 200-300 + 100 + 200-230 = 570-705 Morris rapporte 700-730 ; l'historiographie israélienne 550 ; l'historiographie palestinienne 900.

NB: tout ceci doit être validé par les sources et les citations appropriée. J'ai écrit de mémoire. Il faut que je rassemble mes notes, voire que je vérifie ce que je n'ai pas noté en première lecture et que je rappelle de mémoire...

Ceedjee 1 mars 2006 à 12:38 (CET)

structureModifier

je pense que fuite ou départ volontaire n'est plus d'actualité. Le problème est qu'on est noyé dans des informations contradictoires et que c'est un problème complexe. Je ferais une présentation en 4 étapes en explicitant pour chaque étape l'avis des historiens concernés. Je pense qu'il faut être prudents à ne pas mettre en avant une thèse plutôt que l'autre, ce qui n'est pas facile. Ceedjee 1 mars 2006 à 12:41 (CET)

Article manquant cruellement de sourcesModifier

Je pense qu'il faille prendre le temps de sourcer cet article. Sinon il faudrait nettoyer l'article de tous les faits invérifiable et déplacer ici tous les passages non sourcés.--mario SCOLAS 28 avril 2006 à 15:07 (CEST)

Commentaire rappatrié du corps de l'articleModifier

Il va sans dire que cette définition n'est pas satisfaisante, car cela reviendrait à accorder au seul peuple Palestinien la transmission du statut de "réfugié" de génération en génération. Aujourd'hui, le retour des descendants de descendants des quelques 650.000 Arabes de Palestine, partis pour des raisons diverses pendant le premier conflit Israélo-Arabe de 1948 ( tentative de destruction du jeune Etat d'Israël renaissant par ses voisins ), signifirait l'arrivée de plus de quatre millions d'individus sur une terre dont ils ne connaissent rien, dont ils ne parlent pas la langue, dont ils ne partagent pas la culture. Cette immigration sauvage reviendrait à la destruction pure et simple de l'état d'Israël, fantasme partagé par une majorité de Musulmans du Moyen Orient depuis des décennies. Par ailleurs, nombre d'Arabes ne sont devenus Palestiniens que dans les années quarante, afin de profiter de l'amélioration du niveau de vie apportée par le sionisme, dans une région traditionnellement déserte ou peuplée de nomades.

Introduction de l'articleModifier

Bonjour! Je trouve l'introduction de l'article trés partisant. L'extrait cité ci-dessus est en cause. Entendre que 'une majorité de Musulmans du Moyen Orient ' a pour 'fantasme' la destruction de l'Etat d'Israel n'est pas neutre (et faux qui plus est)! Shagada- 2.05.2007

Définition des réfugiés ?Modifier

L'amateur d'aéroplanes 17 juillet 2007 à 07:47 (CEST) Selon la definition donnée par le UNHCR, la condition de refugié ne s'étend pas aux descendants. Le cas palestinien est une exception, ce qu'il faudrait signalé.

assez d'accord, il faudrait ajouter de la précision sur ce point - cblab (d) 31 mars 2010 à 09:15 (CEST)

55% de la Palestine mandataireModifier

Le souci c'est que la Palestine mandataire incluait la Transjordanie (qui ne devient le Royaume hachémite de Jordanie que le 25 mai 1946), il devient par conséquent difficile de conserver, telle quelle, l'affirmation selon laquelle l'Etat d'Israël était censé occuper 55% de la Palestine mandataire;..?! Il faudrait préciser, je pense, "ce qu'il reste de la Palestine mandataire, après la création du Royaume hachémite de Jordanie" cblab (d) 31 mars 2010 à 09:15 (CEST)


En 1920,pendant le mandat britannique, la Palestine s’étend sur 80% de la Jordanie, 15% du Sinaï et au nord est s'entend jusqu'en Irak. En 1926 la Transjordanie (60% de la Palestine) est rattachée à la Jordanie et le bout du Sinaï va a l’Égypte. En 1926 La Palestine a perdu +/- 70% de sa superficie. le pourcentage de 55% est donc complétement erroné. La superficie qu’Israël occupe sur la Palestine Historique et mandataire est de maximum 15 %.

Déplacer une section sur un autre articleModifier

La section "causes de l'Exode palestiniens de 1948", devrait figurer sur l'article, " exode palestiniens de 1948", dans la section identique ("causes de l'exode" ) de se même article.

--AhGhraba (discuter) 9 mars 2016 à 14:53 (CET)

Revenir à la page « Réfugiés palestiniens ».