Ouvrir le menu principal
La Madone Dreyfus (vers 1475-1480), National Gallery of Art

Un tableau de dévotion est un tableau d'art sacré qui appartient[1] à un individu, ou à un groupe restreint, pour son usage de dévotion[2] personnel dans un oratoire privé.

Sommaire

DescriptionModifier

Le tableau de dévotion, constitué d'un ou de plusieurs panneaux[3], est de taille le plus souvent réduite. Ce format et le sujet religieux permettent de définir une œuvre comme tableau de dévotion. Ce n'est pas un objet de vénération comme peut l'être l'icône religieuse, mais de piété privée.

DestinationModifier

S'il existe quelques exemples d'illustrations de dévotion privées dans certains manuscrits du Moyen Âge (les images pieuses, imago pietatis, les canivets brodés, la grande Pietà ronde, commandée par Philippe le Hardi, duc de Bourgogne...), le genre pictural se développe réellement à la pré-Renaissance avec les primitifs italiens du Trecento et ensuite par les primitifs flamands du XVe siècle dans le besoin de communication directe, d'affectivité pure, dans la relation à Dieu.

Objet destiné à un individu ou à un groupe restreint, il représente une sorte d'intercession entre le croyant et Dieu dans l'intimité de la pratique de ses prières. Les commanditaires aisés s'adressent aux meilleurs peintres, qui peuvent également peindre des retables à vocation publique, et que seule la postérité a permis de découvrir.

« On en fit un usage subjectif donnant lieu à la projection dans l'image d'associations personnelles. Ainsi, la figure divine apparaissait comme un interlocuteur avec qui l'on pouvait exprimer son chagrin en manifestant de la compassion et échanger des consolations. La relation intersubjective entre Jésus et le croyant en contemplation présuppose ce qu'il est convenu d'appeler la dévotion (devotio), c'est-à-dire le dialogue religieux qu'une communauté ou un individu entretient avec un interlocuteur imaginé d'une certaine façon. Lorsque cette relation prend appui sur une image qui présente le personnage figuré comme un partenaire vivant, on peut parler de dévotion à l'image. »

— Hans Belting, L'image et son public au Moyen Âge.

Peintres du genreModifier

Ces peintres ont produit des tableaux de dévotion parallèlement à leur pratique du portrait et des scènes religieuses :

La Contre-Réforme catholique renforce, au XVIe siècle, le besoin personnel de ces œuvres de piété :

ŒuvresModifier

Collections publiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Certains experts (comme André Balbo pour les expositions du Louvre en 2012[Lesquelles ?]) et ouvrages (Collectif, Fra Angelico et les maîtres de la lumière, éditions Fonds Mercator et Musée Jacquemart André, 2011, catalogue de l'exposition présentée au musée Jacquemart-André à Paris du 23 septembre 2011 au 16 janvier 2012.) ainsi que la base Joconde précisent « tableau de dévotion privée ».
  2. En religion, la dévotion est une manifestation de la piété privée
  3. En format diptyque ou triptyque, pour faciliter son transport.
  4. Voir les fresques des cellules individuelles des moines du couvent San Marco
  5. La Résurrection de Lazare, œuvre perdue.
  6. Exposition La Peinture à Lyon au XVIIe siècle au musée des beaux-arts de Lyon en 2007.

BibliographieModifier

  • Collectif, Peintures du Grand Siècle au Château Royal de Blois, catalogue de l'exposition du 15 novembre 2008 au 20 octobre 2009 au Château de Blois. Les tableaux de dévotion (salle 1).