Ouvrir le menu principal

Didier Mollard

sauteur à ski français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mollard.

Didier Mollard
Didier Mollard en 2010.
Didier Mollard en 2010.
Discipline et période
Sport pratiqué Saut à ski
Période d'activité 1985-1997
Présentation
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (49 ans)
à Chambéry
Club SC Contamines
Palmarès
Jeux olympiques 0 0 0
Championnats du monde 0 0 0
Mondiaux de vol à ski 0 0 0
Coupe du monde (globes ind.) 0 0 0
Coupe du monde (épreuves ind.) 0 2 4
* Dernière mise à jour :

Didier Mollard, né le à Chambéry (Savoie), est un sauteur à ski français, actif de 1985 à 1997. Il est considéré comme l'un des meilleurs Français de l'histoire de la discipline avec notamment six podiums en Coupe du monde dont une seconde place sur le tremplin d'Holmenkollen à Oslo lors de la saison 1993. Il a pris part à trois éditions des Jeux olympiques d'hiver (1988, 1992 et 1994) et cinq Championnats du monde (de 1987 à 1997), tout proche d'une médaille lors du concours par équipes en 1993 avec une quatrième place aux côtés de Jérôme Gay, Nicolas Jean-Prost et Steve Delaup.

Après sa retraite sportive, il prend la direction d'un restaurant de haute altitude « l’Étape » puis « Le Signal », « La ferme de la Ruelle » et « l’Auberge du Télé ». Il s'engage aussi dans la vie politique en étant élu à l'urbanisme dans la ville des Contamines-Montjoie à partir de 2008.

Sommaire

BiographieModifier

Carrière sportiveModifier

Didier Mollard ses débuts en Coupe du monde à seulement seize ans lors d'une étape à Chamonix le avec une 11e place. Talent très précoce, cet excellent résultat l'amène à disputer la semaine suivante sa première Tournée des quatre tremplins. Il y est la révélation française en terminant meilleur Français et une 14e place finale. Un mois plus tard, il échoue de peu pour monter sur son premier podium avec une quatrième place lors de l'épreuve d'Oberwiesenthal. Avec Frédéric Berger, ils sont les seuls Français à avoir inscrit des points en Coupe du monde cette saison-là.

Lors de la saison 1987, il loin de rééditer ses performances lors de la Tournée et rate ses premiers Championnats du monde avec pour meilleur résultat une 46e place sur grand tremplin. Toutefois, il décroche son premier podium à Örnsköldsvik (Suède) le son premier podium en Coupe du monde avec une troisième place derrière Ari-Pekka Nikkola et Andreas Felder (tous deux champions du monde en 1987, le premier par équipes, le second sur grand tremplin). Il est le troisième Français à monter sur un podium après Bernard Moullier en 1980 et Frédéric Berger en 1985.

Lors de la saison 1988, il est le seul Français à inscrire des points en Coupe du monde. Il monte sur son second podium de sa carrière avec une troisième place à Planica lors de l'ultime épreuve de la saison derrière les Yougoslaves Primož Ulaga et Rajko Lotrič. Il prend part également à ses premiers Jeux olympiques d'hiver à Calgary. Dans une délégation français où il côtoie Frédéric Berger, il prend la 34e place sur petit tremplin et la 26e place sur grand tremplin.

Après une année 1989 en recul, il dispute toute la saison 1990 pour une 35e place mondiale. La nouvelle génération de sauteur français se met petit à petit en place avec les arrivées de Nicolas Jean-Prost puis de Steve Delaup.

Après une saison blanche en 1991, Didier Mollard prépare ses deuxièmes Jeux olympiques qui se déroulent à Albertville. Outsider, il termine à une 8e place sur petit tremplin.

La saison 1993 est la meilleure de sa carrière. Il monte sur le troisième podium de sa carrière à Ruhpolding en décembre 1992 derrière Stephan Zünd et Werner Rathmayr. Il n'est pas le seul Français à monter sur un podium puisqu'une semaine plus tard Delaup connaît les mêmes joies à Sapporo. Deux autres Français marquent également des points cette saison : Jean-Prost et Jérôme Gay. Mollard obtient la 19e place la Tournée des quatre tremplins, son meilleur résultat depuis sa première participation en 1986. Il devient à cette occasion le premier Français à monter sur un podium lors de la Tournée avec une troisième place derrière Andreas Goldberger et Noriaki Kasai à Bischofshofen. Il monte deux autres fois sur un podium cette saison avec deux secondes places, la première fin janvier 1993 à Bad Mitterndorf derrière Jaroslav Sakala puis en mars sur le mythique tremplin d'Holmenkollen à Oslo où premier de la première manche, il doit se contenter de la deuxième place derrière le Norvégien double champion du monde 1993 Espen Bredesen, il déclare plus tard à l'évocation de ce souvenir : « J’ai tout donné, il m’a manqué un ou deux mètres, c’était rien du tout. J’étais heureux sur le podium, mais aussi terriblement déçu d’être passé à côté de quelque chose de merveilleux. Car pour nous, sauteurs, gagner à Holmenkollen, c’est au moins aussi important qu’une médaille olympique ! »[1]. Il clôt sa saison à une 7e place au général, suivi de Delaup (12e), Jean-Prost (27e) et Gay (38e). Cette génération est tout près d'un exploit retentissant aux Championnats du monde 1993 de Falun dans l'épreuve par équipes en prenant la 4e place derrière les Norvégiens, les Tchécoslovaques et les Autrichiens.

À partir de 1994, sa carrière est en retrait, bien qu'il reste le meilleur Français avec plusieurs top-10 et une 22e place au général. Il participe à ses troisième Jeux olympiques à Lillehammer, il y obtient une 10e place sur grand tremplin et une 17e place sur petit tremplin, et enfin une 6e place dans l'épreuve par équipe aux côtés de Delaup, Jean-Prost et du champion du monde junior 1994 Nicolas Dessum.

Ses trois dernières années sont composées de coups d'éclats avec des 5e place en Coupe du monde à Lahti et Kuopio en 1995, ou encore à Falun en 1996. Dessum et Jean-Prost prennent alors le leadership de l'équipe de France. Il réalise un dernier coup d'éclat lors des Championnats du monde 1997 à Trondheim avec une 6e place sur petit tremplin. Il prend en fin de saison 1997 sa retraite sportive à 27 ans.

Après carrière sportiveModifier

 
Cadeau de la municipalité des Contamines, remis à Coline Mattel remis par Didier Mollard.

Après sa retraite sportive, il prend la direction d'un restaurant de haute altitude en 2001 « l’Étape » puis « Le Signal », « La ferme de la Ruelle » et « l’Auberge du Télé », suivant les traces de son père responsable de la SOGERA (Société de Gestion des Restaurants d’Altitude) des Contamines. Il s'engage aussi dans la vie politique locale en étant élu à l'urbanisme dans la ville des Contamines-Montjoie à partir de 2008. Toujours en contact avec son sport, il a assisté à l'éclosion de Coline Mattel, originaire comme lui de la station des Contamines.

Didier Mollard est également directeur général de la société d'équipement des Contamines-Montjoie Hauteluce, qui gère les remontées mécaniques de domaine skiable[2].

PalmarèsModifier

Jeux olympiques d'hiverModifier

Dans l'histoire des Jeux olympiques, Didier Mollard est le deuxième meilleur performeur en saut à ski français avec une 8e sur petit tremplin en 1992, seul Steve Delaup avec une 6e place sur grand tremplin en 1992 a fait mieux.

Épreuve / Édition Individuel Par équipes
Petit tremplin Grand tremplin Petit tremplin Grand tremplin
JO 1988
  Calgary
34e 26e
JO 1992
  Albertville
8e 40e 8e
JO 1994
  Lillehammer
17e 10e 6e

Légende :

  • — : pas de participation à l'épreuve

Championnats du mondeModifier

Dans l'histoire des Championnats du monde, Didier Mollard est le troisième meilleur performeur en saut à ski français avec une 6e sur petit tremplin en 1997 (tout comme Nicolas Jean-Prost sur grand tremplin en 1995), seul Nicolas Dessum avec une 5e place sur grand tremplin en 1997 a fait mieux, ainsi que Coline Mattel, médaillée de bronze à Oslo en 2011. Il a failli monter sur un podium lors de l'épreuve par équipes en 1993 avec une quatrième place aux côtés de Jérôme Gay, Nicolas Jean-Prost et Steve Delaup.

Épreuve / Édition Individuel Par équipes
Petit tremplin Grand tremplin Petit tremplin Grand tremplin
Mondiaux 1987
  Oberstdorf
51e 46e
Mondiaux 1989
  Lahti
28e 55e
Mondiaux 1991
  Val di Fiemme
53e 46e
Mondiaux 1993
  Falun
21e 21e 4e
Mondiaux 1997
  Trondheim
6e 21e

Légende :

  • — : pas de participation à l'épreuve

Championnats du monde de vol à skiModifier

Épreuve / Édition Individuel
Mondiaux 1990
  Vikersund
34e
Mondiaux 1994
  Planica
29e
Mondiaux 1996
  Tauplitz
33e

Coupe du monde de saut à skiModifier

Différents classements en coupe du mondeModifier

Il est le sauteur à ski français à compter le plus de podiums en Coupe du monde (suivi par Nicolas Dessum avec deux podiums dont une victoire). Toutefois, Coline Mattel a plus de places d'honneur, avec huit podiums, dont deux victoires (sept podiums en 2013 au 20 février 2013).

Saison / Épreuve Général Quatre tremplins
Class. Points Class. Points
1986 29e 23 14e 732,6
1987 39e 15 94e 203,4
1988 40e 20 87e 241
1989 64e 2 91e 162
1990 35e 22 65e 350
1991 - - - -
1992 33e 22 41e 399,5
1993 7e 114 19e 705,4
1994 22e 178 27e 542,8
1995 28e 129 35e 362,3
1996 42e 105 55e 202,5
1997 39e 102 52e 232

RéférenceModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « Le Mozart des hauts fourneaux », sur ledauphine.com, (consulté le 31 décembre 2012)
  2. « Interview aux Contamines-Montjoie », sur remontees-mecaniques.net, (consulté le 22 janvier 2018).

Liens externesModifier