Dent de dragon

mur en béton, utilisé pour contrer les chars d'assaut

Les dents de dragon sont un moyen de défense antichar constitué de blocs de béton de forme pyramidale destinés à entraver la progression des engins motorisés. Ils furent largement employés sur les lignes de fortifications de la Seconde Guerre mondiale dont la ligne Siegfried et aussi le Mur de l'Atlantique[1],[2],[3]; tous ces ouvrages sont encore visibles de nos jours.

Dents de dragon de la ligne Siegfred, près d'Aix-la-Chapelle en Allemagne.

De très nombreuses lignes d'obstacles antichars furent aussi construites en Suisse entre 1937 et 1941[4]. La forme triangulaire des blocs de béton constituant ces obstacles les fit surnommer Toblerone, en référence à la marque de chocolats. La ligne fortifiée de la Promenthouse, érigée des rives du lac Léman au pied du Jura et qui compte plus de 2 700 blocs de béton de neuf tonnes sur une longueur de quelque dix kilomètres, est aujourd’hui connue sous le nom de ligne des Toblerones.

GalerieModifier

RéférenceModifier

  1. Luc Brauer, « Les défenses du Mur de l'Atlantique », sur http://museegrandbunker.com/ (consulté le )
  2. « Sur les traces du débarquement à Sword beach », sur https://www.caenlamer-tourisme.fr/ (consulté le )
  3. « Historique du mur de l'atlantique », sur https://atlantikwall.pagesperso-orange.fr/ (consulté le )
  4. [PDF] « Position de barrage Promenthouse », DDPS, Monuments militaires dans les cantons de Vaud et Genève, 2006, p. 28.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :