Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnson et Denis Johnson (homonymie).
Denis Johnson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité

Denis Johnson (1918-1993) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent secret américain du Special Operations Executive. Premier américain à être envoyé en France par le SOE, il fut opérateur radio du réseau MARKSMAN d’octobre 1943 à la libération, dans les départements de Haute-Savoie et de l’Ain. Les maquisards le connaissaient sous le pseudo de Paul.

Sommaire

IdentitésModifier

  • État civil : Owen Denis Johnson
  • Comme agent du SOE, section F :
    • Nom de guerre (field name) : « Gaël »
    • Nom de code opérationnel : POET
    • Nom de code du Plan, pour la centrale radio : KIMONO
    • Autre pseudo : capitaine Paul (maquis de l’Ain).

Parcours militaire US : COI puis OSS ; grade : captain. Détaché au SOE, section F.

Pour accéder à une photographie de Denis Johnson, se reporter à la section Sources et liens externes en fin d'article.

FamilleModifier

  • Son père : Owen Johnson (1878-1952), écrivain
  • Son grand-père : Robert Underwood Johnson, ambassadeur des États-Unis en Italie.

Éléments biographiquesModifier

Denis Johnson naît le [1] à Stockbridge, Maine. Il fait ses études à Yale et à Sciences Po de Paris.

Étant reporter à Time magazine au Maroc au début de la guerre, il écrit un rapport de situation complet sur la region et sur la faiblesse de ses défenses, ce qui le conduit à être recruté par l’OSS en avril 1942. Il suit l’entraînement, puis est envoyé sur le terrain.

Mission en France.
Définition de la mission : opérateur radio du réseau MARKSMAN de Richard Heslop « Xavier ».

Dans la nuit du 18/19 octobre 1943, l'équipe du réseau MARKSMAN (Richard Heslop « Xavier » chef du réseau ; Owen Denis Johnson « Gaël », capitaine américain, opérateur radio ; Elizabeth Devereaux-Rochester, courrier) est déposée dans le Jura, sur le terrain ORION, en même temps que Jean Rosenthal « Cantinier », délégué de la France libre.

Il rejoint la Haute-Savoie, puis, en janvier 1944, il arrive au maquis de l'Ain et du Haut-Jura, à la ferme du Fort à Brénod.

Après la guerre, il s'installe à Châtillon-sur-Chalaronne.

Il meurt en 1993. Ses cendres ont été déposées au pied du monument de la prairie d'Échallon.

ReconnaissanceModifier

DistinctionsModifier

MonumentsModifier

  • Le Monument de la prairie d’Échallon a été érigé en reconnaissance pour l'aide apportée par les Ailes Alliées pour la Libération de la France. Ses cendres y ont été déposées[2]. Chaque année, le premier dimanche de juillet, une cérémonie commémorative y est organisée par les anciens des maquis de l’Ain et l’amicale du Haut Jura.

Notes, sources et liens externesModifier

NotesModifier

  1. Source : 2 mai, selon SFRoH, qui indique comme année 1908, en écart par rapport aux autres sources. Point à vérifier.
  2. Les cendres de plusieurs responsables y ont été déposées :
    • Colonel britannique Richard Heslop « Xavier » (1907-1973), chef du réseau MARKSMAN ;
    • Capitaine français Raymond Aubin, dit Alfred Lajoie, (1909-1991) ;
    • Capitaine américain Owen Denis Johnson « Gaël », alias Paul, (1918-1993), opérateur radio du réseau MARKSMAN ;
    • Lieutenant canadien Marcel Veilleux « Yvello » (1921-2004), deuxième opérateur radio du réseau MARKSMAN, à partir de juillet 1944.

Sources et liens externesModifier

  • Fiche Owen Denis Johnson, avec photographie sur le site Special Forces Roll of Honour.
  • Libre Résistance, bulletin d’information et de liaison, anciens des Réseaux de la Section F du S.O.E. (Special Operations Executive), Amicale BUCK, numéro 20, 2e trimestre 2007.
  • Michael R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8) / (EAN 9782847343298). Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004.
    Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France. Une référence essentielle sur le sujet du SOE en France.
  • Hugh Verity, Nous atterrissions de nuit..., préface de Jacques Mallet, 5e édition française, Éditions Vario, 2004. (ISBN 2-913663-10-9)
  • Fabrizio Calvi, OSS, la guerre secrète en France, 1942-1945, les services spéciaux américains, la Résistance et la Gestapo, Hachette, 1990.
  • Site des maquis de l'Ain et du Haut-Jura : [1]
  • Lt. Col. E.G. Boxshall, Chronology of SOE operations with the resistance in France during world war II, 1960, document dactylographié (exemplaire en provenance de la bibliothèque de Pearl Witherington-Cornioley, consultable à la bibliothèque de Valençay). Voir sheet 46, MARKSMAN CIRCUIT.
  • Patrick Veyret, « Le capitaine Owen Denis Johnson, agent des services spéciaux américains », in Histoire de Guerre no 17, juillet-août 2001, p. 54-71.
  • Patrick Veyret, « Owen Denis Johnson, l'ami américain », in Visages de l'Ain no 10, p. 30-33.