Deinotheriidae

Deinotheriidae
Description de cette image, également commentée ci-après
Reconstitution de Deinotherium bozasi
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Proboscidea
Sous-ordre  Plesielephantiformes

Famille

 Deinotheriidae
Bonaparte, 1845

Genres de rang inférieur

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après
Répartition des deinotheriidés selon les fossiles.

Les Deinotheriidae (venant du grec ancien et signifiant « terribles bêtes ») sont une famille fossile de proboscidiens ayant vécu durant l'ère Tertiaire, de l'Oligocène au Pléistocène.

Ils sont assez semblables à des éléphants modernes mais dont les dents développées sont les incisives inférieures. Il vivaient en Afrique avant de se répandre en Asie, et étaient particulièrement abondants durant le Pliocène. Ils ont disparu lors du Pléistocène, au cours des périodes glaciaires qui ont marqué cette époque géologique.

AnatomieModifier

Les Deinotheriidae avaient une allure éléphantine, avec une posture graviportale (membres parasagittaux, en colonne, digitigrades à autopode sérié). Ce sont les premiers proboscidiens à être doté d'une telle posture. Le crâne est cependant plus bas, moins important et plus allongé que chez les éléphantimorphes; les narines ne sont pas aussi reculées que chez les éléphants et le cou est plus allongé, aussi les Deinotheriidae sont considérés comme avoir possédé une morphologie intermédiaire entre des proboscidiens plus basaux comme Moeritherium, Numidotherium ou Daouitherium; et les éléphantiformes qui existent aujourd'hui, représentés par l'éléphant d'Afrique Loxodonta africana et l'éléphant d'Asie Elephas maximus. Les fosses nasales sont larges, ce qui suggère l’existence d'une trompe, probablement plus courte que celle des éléphants actuels. Il existe des défenses inférieures à croissance continue, dirigées vers le bas, qui pouvaient leur servir à gratter le sol et à déterrer des plantes. les molaires sont de type lophodonte, c'est-à-dire avec des crêtes et typique d'un régime herbivore. Des dents lophodontes sont souvent observées chez les Proboscidiens fossiles; les éléphants actuels ainsi que les Stégodontes fossiles possèdent quant à eux des dents multilamellaires formées par multiplication des lobes et des lophides depuis un stade vraisemblablement lophodonte. Les incisives et canines supérieures sont perdues.

GenresModifier

Trois genres sont connus: Chilgatherium et les deinotheriinés Prodeinotherium et Deinotherium, tous trois très semblables. Chacun de ces genres a supplanté son prédécesseur avant de se faire à son tour supplanter. Ils étaient de très grands herbivores : Chilgatherium (le plus ancien et le plus basal) avait la taille d'un hippopotame et le plus grand d'entre eux, Deinotherium giganteum du Miocène moyen, atteignait 3,5 m au garrot. Au sein des mammifères terrestres, seuls les indricotheriidae et d'autres proboscidiens ont atteint de telles tailles.

RéférencesModifier

  • Prehistoric mammals, Alan Turner et Mauricio Anton, National Geographic
  • L'origine et l'évolution des éléphants, Emmanuel Gheerbrand et Pascal Tassy, Comptes Rendus Palevol, Volume 8, numéro 2-3, pages 281-294 (), Doi : 10.1016/j.crpv.2008.08.003
  • Une brève histoire des mammifères, Jean-Louis Hartenberger, Belin pour la Science.