Dauphin (S633)

Sous-marin de classe Narval

Le Dauphin est un sous-marin de la Marine nationale française. Ce navire, construit à l'arsenal de Cherbourg, qui appartient à la classe océanique Narval, est lancé en 1955. Puis il est refondu à la base sous-marine de Lorient en 1966, enfin il devient un navire d'expérimentation en 1984. Il est condamné en et finit coulé comme cible le [2].

Dauphin
Image illustrative de l’article Dauphin (S633)
De droite à gauche, les sous-marins Dauphin et Espadon avec leur navire de soutien logistique le Rhône dans le port de La Pallice en juillet 1969.
Type sous-marin
Classe Narval
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Commanditaire Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Architecte Gérard de Dinechin[1]
Chantier naval
Quille posée 1953
Lancement
Armé
Mise en service
Statut  : condamné
 : coulé comme cible
Équipage
Équipage 7 officiers,
32 officier-mariniers,
25 quartiers-maîtres et matelots
Caractéristiques techniques
Longueur 78,37 m
Maître-bau 5,21 à 7,82 m
Tirant d'eau 12 m
Déplacement
  • en surface : 1 626 t
  • en plongée : 1 930 t
Propulsion
  • en surface : 1 diesel-électrique
  • en plongée
    • avant 1966 : 2 diesels Schneider 7 cylindres] 2 temps (2 x 2 200)
    • après 1966 : 3 diesels SEMT Pielstick 12PA4-185

2 moteurs électriques principaux et 2 moteurs électriques de croisière
1 hélice

Puissance
  • en surface : 35,5 ch x 2
  • en plongée : 1 500 ch x 2
Vitesse
  • en surface : 16 nœuds (30 km/h)
  • en plongée : 18 nœuds (33 km/h)
Profondeur 200 m (immersion de destruction : 400 m)
Caractéristiques militaires
Armement
  • avant 1966 : 8 tubes lance-torpilles de 550 mm ( 6 à l'avant, 2 à l'arrière)
  • après 1966 : 6 tubes avec 14 torpilles de réserve
Électronique
  • sonar écoute passive DSUV2
  • sonars avec enregistreurs graphiques
  • télémètre acoustique Nautilus
  • 1 intercepteur de direction
  • 1 intercepteur de fréquence
Rayon d'action 15 000 milles marins au schnorchel à 8 nœuds (15 km/h)
Carrière
Pavillon Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale

CaractéristiquesModifier

 
Kiosques de l'Espadon et du Dauphin lors de leur escale à la base sous-marine de La Rochelle.

HistoireModifier

Le , il part de Lorient avec la Galatée et fait escale à Funchal. Il revient à Lorient le [3].

Le , le Dauphin quitte la base sous-marine de Lorient avec le Narval et le Rhône pour effectuer des exercices dans le golfe de Gascogne et pour participer à l'exercice franco-espagnol « Finisterex ». Des escales ont lieu à Vilagarcía de Arousa, à Vigo et à Marín. Le retour à Lorient a lieu le [4].

Navire d'expérimentationModifier

Pour mettre au point les sonars de la classe Le Triomphant, la DCN obtient de la Marine nationale que le sous-marin à propulsion classique Dauphin soit transformé en bateau d'expérimentation. Une première refonte a lieu entre 1984 et 1986 : les tubes lance-torpilles sont supprimés et remplacés par une antenne sonar sphérique protégée par un dôme hémisphérique en PVC. Le sous-marin reçoit également une antenne remorquée pour la réception des communications en très longue fréquence. Une deuxième transformation a lieu entre 1989 et 1990 avec l'installation d'antennes sonar latérales et l'ajout d'un treuil d'antenne remorquée à très basse fréquence (ETBF). Le Dauphin dispose ainsi de l'ensemble des équipements d'écoute sonar des futurs SNLE. Entre 1986 et 1989 puis entre 1990 et 1992, des essais en mer totalisant plus de cinq cents jours sont réalisés pour valider la tenue mécanique et les capacités des sonars ainsi que la réception des communications[5].

Numéros de coqueModifier

  • Coque no S 633
  • Coque no Q 694

CommandantsModifier

Divers commandants se succèdent :

BibliographieModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Les sous-marins d'escadre type Narval
  2. Sous-marin d'escadre Dauphin.
  3. Sous-marins français et accidents.
  4. Sous-marins français et accidents.
  5. Jean-Luc Delaeter, « Sous-marin de type Narval IV : un sous-marin océanique », sur sous-mama.org,
  6. « Parcours de vies dans la Royale : Officiers et anciens élèves », sur ecole.nav.traditions.free.fr (site personnel) (consulté le ), Bernard Louzeau (1929 - …).
  7. « Parcours de vies dans la Royale : Officiers et anciens élèves », sur ecole.nav.traditions.free.fr (site personnel) (consulté le ), Yves de La Brosse (1929 - …).