Dasypus hybridus

espèce de mammifères

Tatou hybride

Le Tatou hybride, Dasypus hybridus, est une espèce de tatous de la sous-famille des Dasypodinae. Il a été décrit pas Anselme Gaëtan Desmarest en 1804.

RépartitionModifier

 
Répartition de l'espèce en Amérique du Sud.

Le Tatou hybride vit en Argentine, en Uruguay, au Paraguay et au Brésil.

ReproductionModifier

Une caractéristique remarquable des tatous à long museau réside dans leur mode de reproduction par la polyembryonie obligatoire, unique au sein des Vertébrés. Dans le phénomène de polyembryonie monozygotique, un ovule fécondé unique aboutit à la formation de plusieurs embryons par partition du blastocyste en plusieurs parties égales après son implantation dans l’utérus. Ce mode de reproduction particulier a été rapporté chez les quatre espèces du genre Dasypus où il a été recherché : Dasypus novemcinctus, Dasypus sabanicola, Dasypus kappleri, Dasypus hybridus.

Ainsi, Dasypus sabanicola donne systématiquement naissance à des quadruplés génétiquement identiques. Chez Dasypus hybridus le nombre d’embryons formés peut atteindre un maximum de 12, mais une forte mortalité intra-utérine fait qu’en général seuls sept à huit embryons arrivent à terme. L’apparition de la reproduction par polyembryonie systématique chez les tatous est généralement interprétée comme une réponse physiologique imposée chez ces espèces par la forme particulière de l’utérus ne présentant qu’un seul site d’implantation pour le blastocyste.[1].

L’apparition de la reproduction par polyembryonie systématique chez les tatous est généralement interprétée comme une réponse physiologique imposée par la forme particulière de l’utérus de ces espèces, qui ne présente qu’un seul site d’implantation pour le blastocyste[2].

Notes et référencesModifier

  1. (en) B. Bagatto, D. A. Crossley et W. W. Burggren, « Physiological variability in neonatal armadillo quadruplets: within- and between-litter differences », Journal of Experimental Biology, vol. 203,‎ , p. 1733–1740 (ISSN 0022-0949 et 1477-9145, PMID 10804163, lire en ligne, consulté le 25 mai 2016).
  2. (en) W. J. Loughry, Paulo A. Prodöhl, Colleen M. McDonough et John C. Avise, « Polyembryony in Armadillos: An unusual feature of the female nine-banded armadillo's reproductive tract may explain why her litters consist of four genetically identical offspring », American Scientist, vol. 86, no 3,‎ , p. 274–279 (DOI 10.1511/1998.25.824, JSTOR 27857027)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :