Ouvrir le menu principal
Coupe claire en Colombie-Britannique

La déforestation au Canada représente la plus grande partie de la perte de forêts au niveau mondial[1],[2]. La forêt intacte[3] y a diminué de 7,3 % entre 2000 et 2013.

Sur la seule année 2005, 56 000 hectares de forêt ont été détruits. Le taux de déboisement (proportion de la surface déboisée sur la surface totale) est cependant relativement faible (0,02 %)[4] compte tenu de la très grande surface des massifs forestiers canadiens (348 millions d’hectares).

Causes et impactsModifier

La déforestation au Canada a des impacts importants sur la biodiversité (habitat des espèces sauvages), sur la qualité de l'eau et des sols, ainsi que sur les changements climatiques[4]. Le caribou par exemple est une des victimes de cette déforestation au Québec[5].

Les industries papetières qui exploitent la forêt canadienne ont été mises en cause par un rapport de Greenpeace publié en 2007[6].

L'exploitation des sables bitumineux (principalement en Alberta) conduit à une déforestation de zones étendues et à la destruction de tourbières[7].

En 2010 la Colombie-Britannique a introduit une loi appelée Zero Net Deforestation Act qui a pour objectif de protéger les forêts[8].

Le phénomène de déforestation et ses différents impacts est l'objet d'études, en particulier dans l'Ontario[9].

La déforestation se traduit par une érosion de la biocapacité du Canada, que l'on peut observer sur les statistiques globales, de sorte que l'excédent écologique du Canada décroît depuis les années 1960[10] .

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier