Culture des rosiers

La culture des rosiers se pratique soit dans un cadre professionnel : pépiniéristes rosiéristes, gestionnaires d'espaces verts publics, soit dans un cadre privé, les jardins de particuliers sont rarement sans rosiers.

Cette activité peut avoir pour objectif la production de fleurs coupées pour le secteur de la fleuristerie ou de plants de rosiers vendus le plus souvent par la filière des jardineries ou des grandes surfaces, ou bien l'ornementation des jardins publics ou privés.

MultiplicationModifier

La multiplication peut s'effectuer par greffage, drageonnage, bouturage, semis et multiplication in-vitro. La presque totalité des rosiers proviennent de pépiniéristes spécialisés.

Les porte-greffes sont des écotypes de rosa canina et rosa rubiginosa qui ont l'inconvénient de drageonner beaucoup, ou rosa indica major qui drageonne peu et rosa coriifolia "frœbelii" qui ne drageonne pas.

PlantationModifier

La plantation s'effectue en automne et hiver (de novembre à mars dans l'hémisphère nord), dans un sol bien défoncé puis reposé, dans une cavité suffisante pour que les racines soient à l'aise et le point de greffe (ou le collet pour les rosiers non greffés) très légèrement enterré. Un arrosage assure le tassement de la terre.

Ces rosiers doivent ensuite être arrosés régulièrement la première année et le pied paillé pour les protéger du froid en hiver.

TailleModifier

En plus de la taille des fleurs fanées, il faut effectuer une taille annuelle, vers fin février pour les remontants, après la floraison pour les autres, qui variera suivant l'espèce, l'âge et l'état du rosier. Il faut surtout supprimer le vieux bois et tailler d'autant plus court qu'il s'agit d'une petite espèce, et laisser de la grandeur aux grimpants qui sinon pourraient redevenir buissons.

TraitementsModifier

Le blanc du rosier se traite par une pulvérisation de soufre et les taches noires de mildiou par une pulvérisation de bouillie bordelaise (on peut sous certaines formes mélanger les deux en traitement préventif).

Les pucerons seront mangés par les coccinelles ou chassés par un arrosage. Les problèmes plus particuliers relèvent du conseil de spécialiste.

FertilisationModifier

Sels minéraux, engrais « spécial rosier » ou cendre de bois.

NotesModifier


Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Le bon jardinier, encyclopédie horticole, La Maison rustique, 152e édition, Paris 1964, (ISBN 2-7066-0044-6)

Liens externesModifier