Culture des Vases à Bouche carrée

Culture des Vases à Bouche carrée

Définition
Autres noms

Des variantes selon la langue :

  • Culture des vases à embouchure carrée (en français)
  • Cultura dei Vasi à Bocca Quadrata (en italien) souvent abrégé en VBQ
  • Square Mouthed Pottery (en anglais) abrégé parfois en SMP
Caractéristiques
Répartition géographique nord de l'Italie
Période de 5100 à 3800 av. J.-C. environ
Tendance climatique Atlantique

Subdivisions

3 phases

  • style géométrico-linéaire
  • style à méandres et spirales
  • style à incisions et impressions

La culture des Vases à Bouche carrée a été caractérisée en 1946 par Luigi Bernabò Brea à partir du mobilier archéologique du site des Arene Candide en Ligurie[1],[2]. Elle correspond aux phases médianes du Néolithique du nord de l'Italie[3]. Elle se développe d'abord en Ligurie et dans l'ouest de l'Émilie[4] avant de s'étendre à la majeure partie de l'Italie du Nord.

Culture des Vases à Bouche carrée : en vert
Statue de femme assise, Vicofertile (Parme)

Chronologie et répartition géographiqueModifier

ChronologieModifier

On dispose de très nombreuses datations radiocarbones pour situer cette culture. Elle apparaît autour de 5100 av. J.-C. et ses derniers aspects sont présents jusque vers 3800 av. J.-C. Lawrence Barfield a identifié trois phases distinctes, perceptibles dans la forme et les décors de la poterie[4] :

  • une phase archaïque, qui est désignée sous les noms de phase de Finale-Quinzano, style géométrico-linéaire, ou encore phase I. Elle se développe entre 5100 et 4100 av. J.-C.
  • une phase médiane, qui apparaît sous les noms de phase de Rivoli-Chiozza, de style à méandres et spirales ou encore de phase II. Elle apparaît vers 4700 av. J.-C. et est encore attestée vers 3800 av. J.-C.
  • une phase récente, désignée sous les noms de phase de Rivoli-Castelnuovo, de style à incisions et impressions, ou encore de phase III. Elle est documentée à partir de 4400/4300 av. J.-C. et se prolonge jusque vers 3800 av. J.-C.

Ces phases sont donc au moins en partie contemporaines. Il existe toutefois des différences importantes dans leur répartition géographique.

Répartition géographiqueModifier

La culture des Vases à Bouche carrée est présente dans la majeure partie de l'Italie du Nord et ponctuellement au-delà[3].

La céramique des Vases à Bouche carrée est attestée ponctuellement au-delà de ces régions, par exemple sur l'île de Lipari[6] et en Sardaigne[7].

Mode de vieModifier

Durant la culture des Vases à Bouche carrée, l'agriculture est pleinement développée[4]. Les principales espèces cultivées sont l'orge, le blé et les légumineuses. Des espèces sauvages sont néanmoins également exploitées, par exemple les noisetiers, les cornouillers, la vigne et les châtaignes d'eau. Il existe des différences régionales assez importantes dans les espèces cultivées qui s'expliquent sans doute par les différences dans le milieu environnemental dans lequel se développent les villages[4]. Les principales espèces animales domestiquées sont les bovidés, les moutons, les chèvres et les porcs. La fréquence de ces différentes espèces diffère selon les sites. La chasse, notamment du cerf et du chevreuil, est encore assez bien attestée[4]. Le lait des bovins, des chèvres et des moutons est déjà exploité[4]. Outre ces activités de subsistance, des activités artisanales sont bien développées, par exemple la production textile dont témoignent des fusaïoles et des pesons[3]. La réalisation de l'outillage en roche taillée et en roche polie implique également en partie des activités artisanales spécialisées. Ces biens sont parfois échangés sur de longues distances. D'autres éléments, comme les coquillages marins, témoignent également d'échanges assez lointains.


Occupation du territoire et habitatModifier

Différents milieux écologiques sont occupés. Les zones de piémont et la montagne sont de plus en plus fréquentées au cours du temps, sans doute en raison de l'accroissement de la population et en raison du développement du pastoralisme[4]. Des grottes et des abris sous roche sont occupés au moins de manière temporaire, mais la population vit avant tout dans des villages. Certains sont très vastes, comme La Razza di Campegine en Émilie-Romagne. Ce dernier, à l'image de plusieurs d'entre eux, est entouré d'une palissade[8]. Au sein de ces villages, on trouve différentes structures, notamment des habitations et des structures de stockage. Des fours pour la production de la céramique sont également connus[9]. L'architecture est essentiellement réalisée à base de bois. Dans certains sites en zones humides sont même connus des pavements en bois.

Productions matériellesModifier

CéramiqueModifier

Comme son nom l'indique, la culture des Vases à Bouche carrée est définie d'abord par la présence de vases dont l'embouchure affecte la forme d'un carré. Le fond des vases est plat. Les vases ont des parois d'épaisseur très variable. Parmi les poteries produites durant cette culture, sont présentes dans plusieurs sites des exemplaires en argile figuline, c'est-à-dire épurée, qui témoignent d'un investissement technique important[9]. Une telle céramique apparaît dans les différentes phases[3]. Les formes et les décors sont relativement variés et permettent de différencier les trois phases reconnues par L. H. Barfield.

  • style géométrico-linéaire : les gobelets ont des longs cols et des embouchures carrées, les anses sont en forme de ruban. Les motifs décoratifs sont réalisés sur le bord, sur la panse, sur l'anse et sur les pieds des vases. Ces décors sont constitués de lignes, de réticules, de triangles, de losanges, d'impressions en taches. Ils sont surtout réalisés par des gravures sur la paroi[3].
  • style à méandres et spirales : les types les plus fréquents sont les écuelles ouvertes à embouchure carrées, les plats à bord plat, les gobelets et les grands vases. Les anses sont toujours en forme de ruban verticaux sur la panse des vases, parfois elles sont tubulaires. Les décors, disposés sur le bord, la panse et le pied des poteries, sont constitués de motifs serpentiformes, de méandres, de spirales, de festons, et d'impressions en taches simples et en trainées. Comme dans la phase précédente, ils sont essentiellement réalisés par gravure sur les parois des vases, mais les techniques de l'excision et de l'incision se développent[3]. À partir de cette phase sont visibles des influences des cultures dalmates de Danilo et de Hvar dans les décors des poteries[4].
  • style à incisions et impressions : on retrouve dans ce style des écuelles ouvertes à embouchure carrée, des vases à embouchure carrée à 4 becs, des bols profonds, des vases à profil sinueux, des vases à col court, des petites marmites à col court, des grands vases à profil ovoïde, des vases tronconiques, des vases de dimensions petites et moyennes. Les anses sont en forme de ruban vertical, comme dans les styles précédents, mais on retrouve aussi des anses tubulaires, et parfois en forme de bobines. Les décors sont réalisés par gravure et excision, mais aussi par incisions et impressions, d'où le nom de ce style. On observe parfois des incrustations de pâtes blanches dans les zones gravées, excisées ou incisées, ce qui donne une certaine polychromie aux vases. Dans certains cas, des décors constitués d'applications d'argile sur les pots sont documentés[3].


Outillage en roche tailléeModifier

Les matières premières et leur circulationModifier

Durant la culture des Vases à Bouche carrée plusieurs matières premières sont exploitées assez intensément, notamment le silex des gisements des Monts Lessins (it)[10],[11],[12]. Ce dernier est distribué au moins jusqu'à la Ligurie[13]. Cette matière circulait au moins en partie sous la forme de blocs dont la qualité avait été testée préalablement et sous la forme de prénucléus[14]. Outre ce silex, on trouve également dans certains sites, notamment dans les régions les plus occidentales, du silex issu des gisements bédouliens du Vaucluse. Une telle matière première est attestée par exemple dans des tombes dans l'ouest de l'Émilie[15]. L'obsidienne issue des gisements du Monte Arci en Sardaigne, de Palmarola et de Lipari demeure très rare[16],[17],[18] mais est distribuée jusque dans les Alpes. Ainsi, à La Vela dans la région de Trente a été découvert un élément en obsidienne de Lipari[19]. D'autres matières premières sont attestées de manière exceptionnelle, comme le cristal de roche. Certains sites ont visiblement eu un rôle particulier dans ces échanges. Ainsi à Gaione, en Émilie ont été découverts dans le même site des éléments en silex des Monts Lessins, en quartz, en stéatite, en jadéite et en obsidienne provenant des trois gisements évoqués plus haut[20]. Le site de la Rocca de Rivoli dans la région de Vérone a également sans doute eu un rôle important dans l'exploitation et la distribution du silex des Monts Lessins[4]. Il est certain que la circulation de ces matières premières a favorisé la circulation des idées sur l'ensemble de l'Italie du nord[4].

Techniques de débitage et types de supportsModifier

Les lames semblent plus fréquentes dans les premières phases de cette culture[3]. Elles sont réalisées par percussion indirecte, et peut-être par pression pour certains éléments[14]. Les éclats sont les supports privilégiés pour la réalisation des outils.

Les types d'outilsModifier

Les types d'outils varient selon les sites et les activités auxquelles ils sont dévolus. Certains sont toutefois assez généralisés. On trouve ainsi de longs grattoirs, des perçoirs, des troncatures, des rhombes, des éléments de faucille et des lames retouchées. Il existe des variations selon les phases considérées.

  • style géométrico-linéaire ; les foliacées sont abondantes. Il s'agit de pointes avec un pédoncule ou alors à base droite. Dans cette phase, est encore attesté le procédé du microburin[14] qui permet de fractionner les lames. La présence de cette dernière pourrait suggérer des traditions issues du Néolithique ancien, et avant cela du Mésolithique.
  • style à méandres et spirales ; les foliacées à base droite, vraisemblablement employées comme pointes de flèche, sont moins nombreuses. Des pointes bifaciales en forme d'amande et en forme d'ogive apparaissent.
  • style à incisions et impressions ; durant cette phase, se développent les grattoirs à front convexe. Les foliacées sont de dimensions plus allongées.

Outillage en os et bois de cervidéModifier

L'outillage en os et en bois de cervidé est dominé par les sagaies à pédoncule, les pointes et les poinçons. On note également la présence de grandes spatules en bois de cerf et de petites spatules triangulaires. Des éléments de parure sont également réalisés dans les mêmes matériaux[3].


Outillage en pierre polieModifier

Dans les marges géographiques de la culture des Vases à Bouche carrée, les gisements de jadéitite du Mont Viso et d'éclogite du Mont Beigua (it) sont exploités de manière importante durant cette période[21]. La roche extraite est employée pour la réalisation de haches polies, dont certaines de grandes dimensions qui sont distribuées sur toute l'Europe de l'Ouest jusqu'au nord de l'Écosse[22]. Des haches de dimensions plus limitées dans les mêmes matériaux ont été réalisées dans plusieurs sites de la culture des Vases à Bouche carrée[23].


MétallurgieModifier

Des objets en cuivre ont été découverts dans plusieurs sites. Il s'agit pour l'essentiel de poinçons et d'alênes. Ainsi, à Bannia-Palazine di Sopra dans la région de Pordenone (Frioul-Vénétie Julienne), une pointe de métal a été retrouvée dans une structure datée entre 4490 et 3390 av. J.-C.[4]. Plusieurs haches dans le même matériau sont supposés provenir des mêmes contextes[24],[25], bien que certains chercheurs remettent en doute leur attribution à cette période[26]. Ces haches ne seraient pas antérieure à la seconde phase, c'est-à-dire le style à méandre et spirales[27]. Les éléments attestant de la réalisation de ces objets sur place sont rares. Toutefois, à Neto Via Verga près de Sesto Fiorentino en Toscane, la présence d'un creuset et d'une petite lame en cuivre montre la pratique de la métallurgie sur place[28].


Figurines, tampons et éléments de parureModifier

Durant toute la culture des Vases à Bouche carrée sont attestés des figurines féminines et des tampons, appelés aussi pintaderas[29]. Durant les deux premières phases, la tête de ces figurines est de forme cylindrique et leur torse est en forme de cintre. Durant la seconde phase, apparaissent des tampons en forme de rouleau. La dernière phase voit le développement de figurines avec les cheveux sur les épaules et les bras repliés sur la poitrine. Les tampons sont alors rectangulaire ou en rouleaux. Ces éléments, notamment les figurines, montrent des similarités fortes avec des exemplaires contemporains des Balkans[3]. Les éléments de parure, c'est-à-dire les colliers et les bracelets, ont essentiellement été découverts dans des sépultures[30] . Certains pendentifs et des éléments de colliers ou de bracelets ont été réalisés à partir de dents humaines et animales perforées et à partir de coquillage marin, dont des spondyles. Des éléments en stéatite sont également documentés. On connaît en outre de rares anneaux réalisés dans des roches dures[31],[32].

Pratiques funéraires et rituellesModifier

Les pratiques funéraires et rituelles sont bien documentées. De vastes cimetières ont été découverts, notamment en Émilie-Romagne[33]. Des nécropoles en grotte sont également connues, par exemple aux Arene Candide en Ligurie où une trentaine de tombes ont été exhumées[3]. Les sépultures sont généralement liées au habitat, bien que dans certains cas, comme à Le Mose en Émilie-Romagne, elles en sont clairement séparées[33],[34]. Dans les cimetières de plein air, les tombes sont généralement des fosses creusées en pleine terre dans lesquelles sont placées un seul individu[15]. Dans certains cas, de l'ocre est déposé à l'intérieur. La présence d'objets dans les sépultures est fréquente sans être systématique. Ces derniers sont plus ou moins fréquents. En Émilie-Romagne, plus les tombes sont récentes, plus le mobilier est abondant[33]. Il s'agit de vases, de haches polies dont certaines brûlées[23], de lames de silex[35], d'outils en os. On trouve également des éléments d'origine lointaine ou inspirés d'éléments exogènes. Ainsi, des vases de type Serra d'Alto et des herminettes de type haches en forme de bottier (de) d'Europe centrale sont attestés dans plusieurs sites[15],[36],[3].


Sites principauxModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Bernabò Brea L., 1946, I- Gli scavi nella caverna delle Arene Candide, Parte I Gli strati con ceramiche di Luigi B. Brea, Collezione di Monografie Preistoriche ed Archaeologiche, Edita dall'Istituto di Studi Liguri, Col concorso del comune di Genova, Istituto di Studi Liguri, Bordighera
  2. a et b Bernabò Brea L., 1956, Gli scavi nella caverna delle Arene Candide, vol. II: Campagne di scavo 1948-1959, Istituto Internazionale di Studi Liguri, Collezione di monografie preistoriche e archeologiche, Bordighera
  3. a b c d e f g h i j k et l Bagolini B., Pedrotti A., 1998, L’Italie septentrionale, in Guilaine J. (Dir.), Atlas du Néolithique européen. L’Europe occidentale, ERAUL, Paris, p. 233-341
  4. a b c d e f g h i j et k Mottes E., Petrucci G., Rottoli M., Visentini P., 2009, Evolution of the square mouthed pottery culture in Trentino-Alto Adige, Veneto and Friuli: cultural, chronological, palaeoeconomic and environmental aspects, Gortania. Geologia, Paleontologia, Paletnologia, vol. 31, p. 97-124
  5. Rey P.-J., Le site du Chenet des Pierres aux Moulins de Bozel (Savoie, France) : une nouvelle séquence néolithique alpine, in Alpis Graia Archéologie sans frontières autour du col du Petit-Saint-Bernard, projet Interreg IIIA, atti del seminario, Aoste 2-4 mars 2006, p. 361-370
  6. Bernabò Brea L. B., 1987, Il Neolitico nelle isole eolie, in Bagolini B., Cremonesi G., Radmilli A. M., Il Neolitico in Italia, Atti della XXVI Riunione Scientifica, Firenze, 7-10 novembre 1985, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Firenze, vol. 1, p. 351-360
  7. Tanda G., 1976, Sa Ucca de Su Tintirriolù (Mara), Notiziario, Rivista di Scienze Preistoriche, vol. XXXI, p. 325
  8. a et b Bernabò Brea M., Miari M., Steffè G., 2011, Il Neolitico dell’Emilia Romagna, in Collectif, Preistoria e Protostoria dell’Emilia-Romagna, Atti della XLV Riunione Scientifica, Modena, 26-31 ottobre 2010, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Firenze
  9. a et b Spataro M., 2002, The First Farming Communities of the Adriatic: Pottery Production and Circulation in the Early and Middle Neolithic, Quaderni della Società per la Preistoria e Protostoria della Regione Friuli-Venezia Giulia, Quaderno 9, Svevo
  10. Barfield L. H., 1990, The lithic factors : a study of the relationship between stone sources and human settlement in the Monte Lessini and the Southern Alps, in Biagi P. (Ed.), The Neolithisation of the Alpine Region, Monografie di Natura Bresciana, vol. 13, p. 147-157
  11. Barfield L. H., 1999, Neolithic and Copper Age flint exploitation in Northern Italy in Della Casa Ph. (Ed.), Prehistoric alpine environment society and economy, Papers of the International Colloquium, Paese 97 in Zürich, Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie, 55, p. 245-252
  12. Barfield L., 2000, Commercio e scambio nel Neolitico dell’Italia settentrionale, in Pessina A., Muscio G., La Neolitizzazione, Tra Oriente e Occidente, Edizioni del Museo Friulano di Storia Naturale, Comune di Udine, p. 55-56
  13. Negrino F., Starnini E., 2006, Modelli di sfruttamento e circolazione delle materie prime per l’industria litica scheggiata tra Paleolitico inferiore ed Età del Rame in Liguria, in AA.VV., Materie prime e scambi nella presistoria italiana, Atti della XXXIX Riunione Scientifica nel cinquantenario della fondazione dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Firenze, 25-27 novembre 2004, Firenze 2006, vol. 1, p. 283-298
  14. a b c et d Dal Santo N., Mazzieri P., 2010, Il sito di VBQ iniziale di Ponte Ghiara (Parma). Le industrie litiche e ceramiche, Origini, vol. XXXII, p. 105-160
  15. a b et c Bernabò Brea M., Maffi M., Mazzieri P., Salvadei L., 2010, Testimonianze funerarie della gente dei Vasi a Bocca Quadrata in Emilia occidentale. Archeologia e antropologia, Rivista di Scienze Preistoriche, vol. LX, p. 63-126
  16. Vaquer J., 2007, Le rôle de la zone nord tyrrhénienne dans la diffusion de l’obsidienne en Méditerranée nord-occidentale au Néolithique, in D'Anna A., Cesari J., Ogel L., Vaquer J. (Dir.), Corse et Sardaigne préhistoriques : relations et échanges dans le contexte méditerranéen, Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques 128e, (Bastia 2003) colloque « la Corse dans les relations et échanges en Méditerranée occidentale pendant la préhistoire et la protohistoire », Éditions du CTHS - Association des Chercheurs en Sciences humaines - Domaine corse, Documents préhistoriques n. 22, Paris, p. 99-119
  17. Thorpe O. W., Warren S. E., Barfield L. H., 1979, The sources and distribution of archaeological obsidian in Northern Italy, Preistoria Alpina, p. 73-92
  18. Pessina A., Radi G., 2006, La diffusione dell’ossidiana nell’Italia centro-settentrionale, in AA.VV., Materie prime e scambi nella presistoria italiana, Atti della XXXIX Riunione Scientifica nel cinquantenario della fondazione dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Firenze, 25-27 novembre 2004, vol. 1, p. 435-460
  19. Ammerman A. J., 2002, L’ossidiana nei siti neolitici dell’Italia settentrionale, in Collectif, Preistoria e protostoria del Trentino Alto Adige/Südtirol, in ricordo di Bernardino Bagolini, Atti della XXXIII Riunione Scientifica, Trento, 21-24 ottobre 1997, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, Museo Tridentino di Scienze Naturali, Firenze, vol. 1, p. 415-422
  20. Cassano M. S., 1993, La facies Serra d'Alto : Intensificazione delle Attività produttive e aspetti del rituale, Origini, vol. 17, p. 221-253
  21. Pétrequin P., Cassen S., Gauthier E., Klassen L., Pailler Y., Sheridan A., 2012, Chapitre 11 – Typologie, chronologie et répartition des grandes haches alpines en Europe occidentale, in Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M., Jade. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Presses universitaires de Franche-Comté, Centre de Recherche archéologique de la Vallée de l’Ain, Besançon, Gray, Tome 1, p. 574-727
  22. Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M., 2012, Jade. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Presses universitaires de Franche-Comté, Centre de Recherche archéologique de la Vallée de l’Ain, Besançon, Gray, 2 tomes
  23. a et b Bernabò Brea M., Errera M., Mazzieri P., Occhi S., Pétrequin P., 2012, Chapitre 14 – Les haches alpines dans la culture des VBQ en Emilie occidentale : contexte, typologie, chronologie et origine des matières premières, in Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M., Jade. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Presses universitaires de Franche-Comté, Centre de Recherche archéologique de la Vallée de l’Ain, Besançon, Gray, Tome 2, p. 822-871
  24. Barfield L. H., 1998, The chalcolithic in Italy: considerations of metal typology and cultural interaction, in Bagolini B., Lo Schiavo F. (Eds), Metallurgy: origins and technology, The Copper Age in the Near East and Europe, UISPP 1996 n. 13, Colloquium XIX, Ed. ABACO, Forlì, p. 65-74
  25. Klassen L., Cassen S., Pétrequin P., 2012, Chapitre 27 – Alpine axes and early metallurgy, in Pétrequin P., Cassen S., Errera M., Klassen L., Sheridan A., Pétrequin A.-M., Jade. Grandes haches alpines du Néolithique européen. Ve et IVe millénaires av. J.-C., Presses universitaires de Franche-Comté, Centre de Recherche archéologique de la Vallée de l’Ain, Besançon, Gray, Tome 2, p. 1280-1309
  26. De Marinis R. C., 1992, La piu antica metallurgia nell’Italia settentrionale, in Höpfel F., Platzer W., Spindler K. (Eds), Der Mann im Eis. Bericht über das Internationale Symposium 1992 in Innsbruck, Eigenverlag der Universität Innsbruck, Innsbruck, p. 389-409
  27. Pearce M., 2007, Bright Blades and Red Metal, essays on north Italian prehistoric metalwork, Accordia Specialist Studies on Italy, vol. 14, Accordia Research Institute, University of London, London
  28. a et b Volante N., 2003, Neto-Via Verga (Sesto Fiorentino) : la produzione vascolare dell’area 1, Rivista di Scienze Preistoriche, vol. LIII, p. 375-504
  29. Cauwe N., Dolukhanov P., Kozłowski J., Van Berg P.-L., 2007, Le Néolithique en Europe, Armand Colin, Paris
  30. Micheli R., Mazzieri P., The circle and the square: steatite exploitation for personal ornaments manufacturing during the middle Neolithic in Northern Italy, in Borrell M., Borrell F., Bosch J., Clop X., Molist M., Xarxes al Neolític. Circulaciò i intercanvi de matèries, productes i idees a la Mediterrània occidental (VII-III millenni aC). Congrés internacional, Rubricatum, vol. 5, p. 233-240
  31. Tanda G., 1977, Gli anelloni litici italiani, Preistoria Alpina, vol. 13, p. 111-155
  32. Micheli R., Raw materials, personal ornaments and neolithic groups: some observations on stone bracelets of the Early Neolithic of Northern Italy, in Borrell M., Borrell F., Bosch J., Clop X., Molist M., Xarxes al Neolític. Circulaciò i intercanvi de matèries, productes i idees a la Mediterrània occidental (VII-III millenni aC). Congrés internacional, Rubricatum, vol. 5, p. 241-248
  33. a b et c Bernabò Brea M., Salvadei L., Maffi M., Mazzieri P., Mutti A., Sandias M., 2006, Le necropoli dei vasi a bocca quadrata dell’Emilia occidentale : rapporti con gli abitati, rituali, corredi, dati antropologici, in Pessina A., Visentini P., Preistoria dell’Italia settentrionale, Studi in ricordo di Bernardino Bagolini, Atti del Convegno, Udine, 23-24 settembre 2005, Edizioni del Museo Friulano di Storia Naturale, Udine, p. 169-187
  34. Bernabò Brea M., Maffi M., Ferrari E., Guarisco F., 2005, I siti mesolitici e neolitici di Le Mose (Piacenza), Bollettino Storico Piacentino, vol. C, 1, p. 11-52
  35. a et b Degasperi N., Mottes E., Rottoli M., 2006, Recenti indagini nel sito neolitico de La Vela di Trento, in Pessina A., Visentini P., Preistoria dell’Italia settentrionale, Studi in ricordo di Bernardino Bagolini, Atti del Convegno, Udine, 23-24 settembre 2005, Edizioni del Museo Friulano di Storia Naturale, Udine, p. 143-168
  36. Mazzieri P., Colombo M., Bernabò Brea M., Grifoni Cremonesi R., 2012, Contatti e scambi tra la cultura Serra d'Alto e i Vasi a Bocca Quadrata : il caso delle ollette tipo San Martino, in Borrell M., Borrell F., Bosch J., Clop X., Molist M., Xarxes al Neolític. Circulaciò i intercanvi de matèries, productes i idees a la Mediterrània occidental (VII-III millenni aC). Congrés internacional, Rubricatum, vol. 5, p. 351-361
  37. Bagolini B., Barfield L. H., 1971, Il neolitico di Chiozza di Scandiano nell’ambito delle culture padane, Studi Trentini di Scienze Naturali, Sez. B, vol. XLVII, n. 1, p. 3-74
  38. Bagolini B., Barfield L. H., Broglio A., 1973, Notizie preliminari delle ricerche sull'insediamento neolitico di Fimon-Molino Casarotto (Vicenza), Rivista di Scienze Preistoriche, vol. 28, p. 161-215
  39. Fusco V., 1976-77, La stazione preistorica dell’Isolino di Varese, Sibrium, vol. 13, p. 1- 27
  40. Mottes E., 2007, Spirali del tempo, meandri del passato, Gli scavi archeologici a La Vela di Trento dal 1960 al 2007, Giunta della Provincia Autonoma di Trento, Soprintendenza per i Beni Archeologici, Trento
  41. Cazzella A., Cremaschi M., Moscoloni M., Sala B., 1976, Siti neolitici in località Razza di Campegine (Reggio Emilia), Preistoria Alpina, vol. 12, p. 79-126

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :