Ouvrir le menu principal

Homme de Saldanha

(Redirigé depuis Crâne de Saldanha)

Homme de Saldanha
Image illustrative de l’article Homme de Saldanha
Le crâne de Saldanha
Coordonnées 33° 03′ 56″ sud, 18° 21′ 03″ est
Pays Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud
Région Cap-Occidental
Subdivision District de West Coast
Localité voisine Hopefield, Saldanha Bay
Daté de 500 à 600 000 ans
Période géologique Pléistocène moyen
Époque géologique Paléolithique inférieur
Découvert le 8 janvier 1953
Découvreur(s) Keith Jolly et Ronald Singer[1]
Identifié à Homo rhodesiensis

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Homme de Saldanha

Géolocalisation sur la carte : Cap-Occidental

(Voir situation sur carte : Cap-Occidental)
Homme de Saldanha

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

(Voir situation sur carte : Afrique du Sud)
Homme de Saldanha

L'Homme de Saldanha, dit aussi Homme d'Elandsfontein ou de Hopefield, est le nom donné à une calotte crânienne humaine fossile appartenant au genre Homo, découverte en 1953 en Afrique du Sud. Les restes incluent aussi les fragments d'une mandibule humaine.

HistoriqueModifier

Les vestiges fossiles ont été trouvés en surface en 1953 sur un affleurement entre des dunes de sable dans la ferme d'Elandsfontein, près du village de Hopefield, dans la commune de Saldanha Bay[1].

Un peu plus tard, sur un site voisin dénommé Cutting 10, des ossements fossiles de vertébrés ont été découverts, ainsi que des bifaces, nucléus, et éclats appartenant à un acheuléen tardif. La paléofaune de Cutting 10 n'est pas directement associée avec les outils lithiques, mais les chercheurs pensent que les fossiles humains d'Elandsfontein et les outils acheuléens sont probablement contemporains. La faune comprend des bovidés et autres grands herbivores, des spécimens archaïques comme un félin à dents de sabre, un Sivatherium, un gélada géant, et au moins 4 espèces archaïques d'antilopes de type bubale et gnou. De 15 à 48 espèces de mammifères fossiles trouvées à Elandsfontein n'ont pas de descendants actuels, suggérant que cet assemblage de paléofaune a plus de 600 000 ans[2].

DescriptionModifier

La calotte crânienne humaine d'Elandsfontein était en morceaux et très érodée, mais, une fois reconstituée, elle ressemble nettement au crâne de Bodo, découvert en 1976 en Éthiopie et daté de 600 000 ans par datation radiométrique. Les os pariétaux sont plus amples (convexes), et l'os occipital est moins anguleux que chez Homo erectus, ce qui est cohérent avec un volume cérébral plus élevé[2].

DatationModifier

La découverte des fragments fossiles en surface n'a pas permis de proposer une datation fondée sur la stratigraphie. Les fossiles de paléofaune et l'outillage acheuléen trouvés à proximité d'une part, la morphologie du crâne d'autre part, ont conduit les chercheurs à avancer une datation très approximative de 500 à 600 000 ans.

AttributionModifier

Le découvreur Ronald Singer rapprochait le crâne de Saldanha de celui de Kabwe[1], qui a permis de définir en 1921 l'espèce Homo rhodesiensis. Les fossiles connus d'Homo rhodesiensis, découverts dans plusieurs régions d'Afrique, parmi lesquels figure notamment l'Homme de Bodo, sont datés entre 600 000 et environ 200 000 ans.

Phylogénie des espèces récentes du genre Homo, d'après Strait, Grine & Fleagle (2015)[3], et Meyer, Pääbo & al. (2016)[4] :

 Homo  

 Homo antecessor †   






 Homo heidelbergensis




 Homo denisovensis



 Homo neanderthalensis †   






 Homo rhodesiensis



 Homo sapiens    






RéférencesModifier

  1. a b et c (en) Ronald Singer, « The Saldanha skull from Hopefield, South Africa », American Journal of Physical Anthropology, 3e série, vol. 12,‎ (DOI 10.1002/ajpa.1330120309, lire en ligne)
  2. a et b (en) G. Philip Rightmire, Middle and later Pleistocene hominins in Africa and Southwest Asia, PNAS, 22 Septembre 2009, 106 (38) 16046-16050, https://doi.org/10.1073/pnas.0903930106 lire en ligne
  3. (en) David Strait, Frederick Grine et John Fleagle, Analyzing Hominin Phylogeny : Cladistic Approach, in Winfried Henke & Ian Tattersall, Handbook of Paleoanthropology, p. 1989-2014, (ISBN 9783642399787, lire en ligne)
  4. (en) Matthias Meyer, Svante Pääbo et al., « Nuclear DNA sequences from the Middle Pleistocene Sima de los Huesos hominins », Nature, 7595e série, vol. 531,‎ , p. 504-507 (DOI 10.1038/nature17405, lire en ligne)

Voir aussiModifier