Coutts Lindsay

artiste britannique
Coutts Lindsay
Coutts Lindsay, Vanity Fair, 1883-02-03.jpg
"La Galerie Grosvenor". Caricature de Joseph Middleton Jopling, [1] publiée dans Vanity Fair en 1883.
Titre de noblesse
Baronnet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Période d'activité
Père
James Lindsay (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Anne Trotter (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Margaret Lindsay (d)
Mary Anne Holford (en)
Robert Loyd-LindsayVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Caroline Blanche Elizabeth Fitzroy (d) (à partir de )
Kate Harriet Burfield (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Harriet Euphemia Susan Lindsay (d)
Anne Helen Lindsay (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sir Coutts Lindsay, 2e baronnet ( Kingston upon Thames), est un artiste et aquarelliste britannique.

BiographieModifier

Il est le fils aîné du Lieutenant général Sir James Lindsay, fils de l'hon. Robert Lindsay, deuxième fils de James Lindsay (5e comte de Balcarres). Sa mère est Anne, fille de Sir Coutts Trotter, 1er baronnet, associé principal de la Banque Coutt. Robert Loyd-Lindsay (1er baron Wantage), est son frère cadet. En 1839, il succède comme baronnet à son grand-père maternel (titre qui s'éteint à la mort de Lindsay) [2]. Il entre ensuite dans l'armée, commandant le 1er régiment de la Légion italienne pendant la guerre de Crimée avant de se retirer de la vie militaire pour se consacrer à l'art. De 1862 à 1874, il expose de nombreuses peintures, dont divers portraits réussis. En 1879, lui et sa première épouse, Lady Lindsay (de Balcarres), sont tous deux élus membres de l'Institut des peintres d'aquarelles. Son atelier au 4-5 Cromwell Place est également utilisé par Archibald Stuart-Wortley.

Lui et sa première épouse fondent la galerie Grosvenor (en) en 1877 comme alternative à la Royal Academy. Elle est consacrée à l'exposition d'œuvres des préraphaélites (alors considérés comme trop avancés sur le plan stylistique pour la Royal Academy) et devient le centre du mouvement esthétique jusqu'à sa fermeture en 1890. Son exposition inaugurale, le 1er mai 1877, comprenait le Nocturne de James Whistler en noir et or: la fusée tombante, qui a mené au célèbre procès en diffamation entre Whistler et John Ruskin. Coutts a joué un rôle important dans la carrière des amis de Coutts Whistler et George Frederic Watts en fournissant un lieu accueillant pour l'exposition de leur travail. Cependant, la galerie a décliné après la séparation de Lindsay de sa première femme, et elle a fermé ses portes en 1890. Au cours des 30 années qui ont précédé sa mort, elle a ensuite vécu à Londres et à Venise, réunissant un cercle d'amis, notamment Lawrence Alma-Tadema, George Frederic Watts et Robert Browning et collectionnant un certain nombre de belles peintures (dont certaines laissées à la National Gallery). Elle a également publié plusieurs volumes de poésie, dont From a Venetian Balcony (1903) et Poems of Love and Death (1907).

MariagesModifier

Il s'est marié pour la première fois en 1864 avec l'artiste, romancière et poète Caroline Blanche Elizabeth Fitzroy [3] (née en 1844, décédée le 10 août 1912 à Londres), fille du Rt. Hon. Henry Fitzroy et de son épouse Hannah Mayer de Rothschild (fille de Nathan Meyer Rothschild). Son portrait de Joseph Middleton Jopling est à la National Portrait Gallery de Londres. Sa fille Harriet Euphemia Susan Lindsay épouse Thomas Selby Henrey.

Il se remarie, en 1912, avec Kate Harriet Burfield (décédée en 1937).

ŒuvresModifier

RéférencesModifier

  1. Jopling's original watercolour of Sir Coutts Lindsay, 2nd Bt is in the National Portrait Gallery, London.
  2. thepeerage.com Sir Coutts Lindsay, 2nd Bt
  3. « Author: Lady Caroline Blanche Elizabeth Lindsay (1845–1912) », At the Circulating Library: a database of Victorian fiction, 1837-1901
  • Walkley, Giles, maisons d'artistes à Londres – Aldershot, 1994

Casteras, Susan P., Colleen Denney, The Grosvenor Gallery: a Palace of Art in Victorian England, New Haven, 1996 The Annual Register 1913, p.   95

  • Dictionary of National Biography, Oxford, édition en ligne (consulté en 2004).

Liens externesModifier