Cours de la République (Villeurbanne)

voie de Villeurbanne, en France
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Cours de la République.

Cours de la République
Situation
Coordonnées 45° 46′ 03″ nord, 4° 52′ 26″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Villeurbanne
Début Rue Francis-de-Pressensé
Fin Place Albert-Thomas
Morphologie
Type Rue
Histoire
Anciens noms Cours Napoléon
Géolocalisation sur la carte : Villeurbanne
(Voir situation sur carte : Villeurbanne)
Cours de la République

Le cours de la République est une voie publique de Villeurbanne, ville du département du Rhône, en France.

Situation et accèsModifier

Le cours de la République est desservi par la station République - Villeurbanne de la ligne A du métro de Lyon.

Voies adjacentes

En partant du nord, le cours de la République croise les voies suivantes :

  • rue Francis-de-Pressensé ;
  • cours Émile-Zola ;
  • rue Dedieu ;
  • rue Anatole-France ;
  • rue Louis-Becker ;
  • cours Tolstoï ;
  • rue du 4-Août-1789 ;
  • place Albert-Thomas.

Origine du nomModifier

Elle porte ce nom en l'honneur du républicanisme, idéologie politique et conception de la liberté

HistoriqueModifier

 
La place de la Cité au début du XXe siècle, actuelle place Albert-Thomas.

La voie qui constituera plus tard le cours de la République apparait sur un plan de Villeurbanne de 1843 et porte le nom de cours Napoléon[1]. Cette voie, qualifiée de « prestigieuse »[1], relie la place de la Cité-Napoléon, actuelle place Albert-Thomas, au chemin de la Rue-Neuve, actuelle rue Francis-de-Pressensé[1]. Par délibération du conseil municipal du , la statue de Napoléon Ier qui se situe du la place est enlevée et la place et le cours du même nom sont débaptisés[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Plusieurs monuments et lieux villeurbanais remarquables se situent sur le cours Tolstoï. On compte parmi ceux-ci :

  • n⁰ 25 : sur la façade de l'immeuble situé à ce numéro, une plaque rappelle le souvenir de Louis et Marguerite Adam, victimes de la barbarie nazie[1] ;
  • n⁰ 51 : sur la façade de l'immeuble situé à ce numéro, une plaque rappelle le souvenir de Michel Yatzenko, fusillé à cet endroit, en date du , par les Allemands[1] ;
  • n⁰ 59 : Lazare Goujon, maire de Villeurbanne, a habité dans l'immeuble situé à ce numéro ;
  • n⁰ 80 : Totem de Villeurbanne, sculpture de Guy de Rougemont, symbole de la ville de Villeurbanne[2].

BibliographieModifier

  • Bruno Permezel et Marcel Avet, Villeurbanne, 27e ville de France : Histoire des rues, histoire des noms, Lyon, BGA Pernezel, , 263 p. (ISBN 978-2909929026)

Notes, sources et référencesModifier

  1. a b c d e et f (Avet et Permezel, p. 213)
  2. (Avet et Permezel, p. 235)