Courrendlin

commune du canton du Jura, Suisse

Courrendlin
Courrendlin
Le village de Courrendlin depuis la forêt de la Cendre.
Blason de Courrendlin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton du Jura Jura
District Delémont
Localité(s) Choindez, Rebeuvelier, Vellerat
Communes limitrophes Châtillon, Rossemaison, Delémont, Courroux, Roches (BE)
Maire Joël Burkhalter
NPA 2830 Courrendlin, Vellerat
2832 Rebeuvelier
N° OFS 6708
Démographie
Gentilé Les Pieutchais; les Courrengelles et Courrengeaux
Population
permanente
3 064 hab. (31 décembre 2018)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 20′ 18″ nord, 7° 22′ 22″ est
Altitude 436 m
Superficie 21,53 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Courrendlin
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton du Jura
Voir sur la carte administrative du Canton du Jura
City locator 14.svg
Courrendlin
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Courrendlin
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Courrendlin
Liens
Site web www.courrendlin.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Courrendlin (ancien nom allemand : Rennendorf) est une commune suisse du canton du Jura.

GéographieModifier

 
Photo aérienne (1955)

La commune de Courrendlin se situe dans la vallée de la Birse, à 4 km à vol d’oiseau, au sud de Delémont, à la sortie de la cluse de Choindez. Son territoire s'étend de la plaine de Delémont, à 436 m d'altitude, au Montchaibeux (627 m d'altitude) au Montchemin (870 m d’altitude), Forêt de la Cendre (la Peute Roche 1 010 m), Les Vieux Ponts (1 120 m), point le plus élevé de la commune 1 300 m mont Raimeux.

Le site industriel de Choindez et les localités de Rebeuvelier et de Vellerat font également partie de la commune de Courrendlin.

HistoireModifier

 
La « Tour de l'Horloge ».

Le lieu est mentionné pour la première fois en 866, sous le nom de Randelana Cortis. Dès le IXe siècle, il appartient à la prévôté de Moutier-Grandval.

De 1797 à 1815, Courrendlin a fait partie de la France, dans le département du Mont-Terrible, puis dans celui du Haut-Rhin. À la suite d'une décision du Congrès de Vienne, en 1815, Courrendlin a été rattaché au canton de Berne, au sein du district de Moutier.

Durant les plébiscites ayant conduit à la création du canton du Jura, les habitants de Courrendlin ont toujours manifesté leur intention de faire partie du Jura. Mais comme la commune se trouvait dans le district de Moutier, ils ont dû se prononcer à une nouvelle reprise le , et ils ont confirmé leurs votes précédents. En 1976, la commune de Courrendlin était rattachée au district de Delémont et, dès le 1er janvier 1979, elle fit partie, avec ce district, du nouveau canton du Jura.

Les familles Chalverat, Champion, Fromaigeat, Girardin, Greppin, Jardin, Périnat, Riard, Sauvain, Scherrer, Seuret , Wüthrich, Haefliger, Gigon, Christen, Chariatte et Minger sont originaires de Courrendlin.

Le , les citoyens de Courrendlin ont accepté avec 75 % de « oui », l'intégration des communes de Rebeuvelier et de Vellerat au [3].

ÉconomieModifier

 
Vieille maison rurale.

D'abord village rural, Courrendlin s'est développé industriellement au milieu du XIXe siècle, avec l’implantation, en 1843, de la fonderie Von Roll à Choindez. D’autres petites et moyennes entreprises du secteur mécanique sont présentes dans la commune et une carrière de calcaire est exploitée à la sortie de la cluse de Choindez.

TransportsModifier

 
Pont de l'autoroute à Choindez.

PersonnalitésModifier

MonumentsModifier

  • Chapelle Saint-Barthélémy (IXe siècle) - ancienne église du village, située à l'extrémité nord de celui-ci.
  • Église catholique-romaine Saints Germain et Randoald, de style baroque (1755)
  • Tour de l'horloge. Située au centre du village, son rôle originel reste inconnu malgré les recherches effectuées par différents historiens. Pour certains, l’éloignement de l’ancienne église paroissiale expliquerait la présence de la Tour. Plus proche du centre du village, elle aurait été construite afin d’appeler les fidèles à l’office ou encore afin de faire entendre le tocsin à tous les habitants. Pour d’autres, elle constituerait le seul et unique vestige de l'ancien Château des nobles de Courrendlin. On a aussi émis l’hypothèse qu’elle aurait pu servir de poste de douane entre la Prévôté et les états de l’évêque de Bâle ou encore qu’elle aurait fait office de geôle. L'horloge elle-même est datée de 1697.

TourismeModifier

  • Le casino du groupe français Lucien Barrière, ouvert en 2005[7].

SportModifier

  • Courrendlin possède une piste de BMX qui se situe à côté de l'école secondaire.
  • Le village est doté d'un terrain de foot qui se situe à la sortie du village direction Delémont.
  • 3 terrains de tennis sont également disponibles, près du temple.

DiversModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Marie Mauron, Le Casino du Jura : son histoire, Delémont, 2004
  • Stéphane Tendon, Des Romands et des Alémaniques à la frontière des langues : les cas de Von Roll à Choindez (JU) et de Ciba-Geigy à Marly (FR), Courrendlin, Éditions Communication Jurassienne et Européenne, 2004.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier