Famille Couchet

famille de facteurs de clavecins d'Anvers
(Redirigé depuis Couchet)
Le clavecin Ioannes Couchet, Anvers 1652 du Musée de la Musique (Paris).

La famille Couchet est une famille de facteurs de clavecins anversois, apparentée, héritière et continuatrice de l'activité de la famille des Ruckers.

Ioannes CouchetModifier

Ioannes Couchet (ou Jan Couchet) () était un petit-fils de Hans Ruckers, par sa mère Catharina, épouse de Carel Couchet.

Après la mort de sa mère, il fut pris en apprentissage par son oncle Ioannes Ruckers, et fut admis comme maître à la Guilde de Saint-Luc après la mort de ce dernier en 1642. Les clavecins de Jan Couchet furent peut-être encore plus prisés que ceux des Ruckers (Chambonnières en possédait un, dont il était particulièrement satisfait).

Il en subsiste aujourd'hui (selon G. Grant O'Brien) cinq datés entre 1645 et 1652, parfois ravalés par la suite. Ils sont exposés respectivement dans les musées suivants :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

EnfantsModifier

Trois des sept enfants de Jan Couchet devinrent eux aussi facteurs de clavecins :

Petrus Joannes Couchet fut admis comme maître par la Guilde de Saint Luc en 1655 ou 1656.

Joseph Joannes Couchet devint membre de la Guilde en 1666 ou 1667. Les instruments qui restant de lui sont : un clavecin à simple clavier daté de 1671 (qui est peut-être de Petrus Joannes), qui a été ravalé et muni d'un second clavier par Pascal Taskin en 1778 - un clavecin monoclavier de 1679, un double clavier de 1680, également ravalé par Taskin en 1781. Un autre instrument, non signé, également transformé par Taskin, peut aussi être de lui.

Maria Abraham Couchet fut aussi admis dans la Guilde en 1666 ou 1667.

Les instruments construits par Jan Couchet sont absolument semblables à ceux des Ruckers. Quelques-uns des derniers clavecins signés Ioannes Ruckers ont probablement été construits par Jan Couchet pendant son apprentissage. La famille Couchet continua à apporter des innovations aux modèles développés par les Ruckers. Il n'y a plus de mention de cette famille dans les registres de la Guilde de Saint-Luc après 1693.

DiscographieModifier

Clavecin de Ioannes Couchet, Anvers 1652, ravalé en France en 1701 (collection du Musée de la musique) 

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

  • (en) Frank Hubbard, Three centuries of harpsichord making, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, , 373+41 p. (ISBN 0-674-88845-6), p. 52
  • (en) Donald H. Boalch, Makers of the harpsichord and clavichord 1440-1840, Oxford, Oxford University Press, , 2e éd. (1re éd. 1956), 225 p. (ISBN 0-19-816123-9), p. 26–28
  • (en) Edwin Ripin, Howard Schott, John Barnes, Grant O'Brien, William Dowd, Denzil Wraight, Howard Ferguson et John Caldwell, Early keyboard instruments, New York, W. W. Norton & C°, coll. « The New Grove Musical Instruments Series », , 3e éd., 313 p. (ISBN 0-393-30515-5), p. 31, 251
  • (en) Edward L. Kottick, A history of the harpsichord, Bloomington, Indiana University Press, , 1re éd., 557 p. (ISBN 0-253-34166-3, lire en ligne), p. 104–107
  • (en) George Grant O'Brien, Ruckers : A harpsichord and virginal building tradition, Cambridge, Cambridge University Press, (1re éd. 1990), 346 p. (ISBN 978-0-521-06682-2 et 0-521-06682-4), p. 11
  • Christine Laloue, Le clavecin Couchet : Les arts réunis, Paris, Musée de la musique, , 143 p. (ISBN 979-10-94642-37-5, présentation en ligne)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier