Constantin Weriguine

Constantin Weriguine
Naissance
Saint-Pétersbourg, Empire russe
Décès
Paris, France
Nationalité Française, Russe
Profession

Constantin Weriguine (né le à Saint-Pétersbourg et mort le à Paris) était un parfumeur et aristocrate russe, connu pour son travail chez Chanel et Bourjois, à l’époque où ces maisons étaient couplées.

BiographieModifier

Constantin Weriguine fut le fils d’un propriétaire terrien et ancien hussard de Tsarskoïe. Il fit sa scolarité à Yalta, en Crimée. Après la révolution russe, il passa deux années dans l’Armée blanche. Ensuite, il habitat successivement à Constantinople et à Belgrade, avant de s’installer en France[1]. À l’Université catholique de Lille, il étudia la chimie. Il devint stagiaire chez Les Parfums de Luzy, avant d'obtenir son diplôme d’ingénieur chimique HEI[1].

En 1926, il fut engagé en tant que parfumeur par Ernest Beaux, chez Chanel et Bourjois[2]. Il créa une trentaine de parfums chez Bourjois, dont son célèbre Mais oui (1938). Il assista également Ernest Beaux dans la conception d’une vingtaine de parfums, dont Bois des îles (1926). Lors du départ d’Ernest Beaux de chez Chanel en 1954, il devint l’assistant d’Henri Robert. En 1962, il commença à travailler chez Rhône-Poulenc[3], et trois années plus tard, il publia ses mémoires, Souvenirs et parfums (1965). Il prit sa retraite en 1977, et occupa le poste de vice-président de la Société française des parfumeurs (SFP). Il mourut à Paris en 1982[4].

RéférencesModifier

  1. a et b Weriguine, Constantin. Souvenirs et parfums : Mémoires d'un parfumeur. Plon, Paris. 1965.
  2. Vangreveninge, Valérie. Bourjois, la beauté à l'accent français depuis 1863. Éditions du Chêne, Paris. 2014
  3. Genders, Roy. Perfumes Through the Ages. Putnam, New York. 1972.
  4. Gutsatz, Yuri. Nécrologie: Constantin Weriguine. Société française des parfumeurs, Versailles. 1982.