Ouvrir le menu principal

Consortium belge pour les situations d'urgence

Logo-consortium.gif

Le Consortium belge pour les situations d’urgence ou "Consortium 12-12" est un consortium créé à la fin des années 1970 à la suite d'une famine en Somalie. Sept Organisations non gouvernementales belges actives dans le domaine de l’aide d’urgence s'unissent pour agir chacune suivant sa spécificité pour une meilleure efficacité sur le terrain dans les situations d'urgence, ainsi que pour une plus grande visibilité lors des campagnes de récoltes de fonds en Belgique. Les montants des dons sont répartis entre les organisations en fonction de leurs fonds propres récoltés. Chacune d'entre elles conserve son autonomie dans ses autres champs d'action.

Sommaire

Les organisations membresModifier

Les actionsModifier

Le Consortium est ensuite intervenu dans une série de crises humanitaires majeures :

Action Tsunami 12-12Modifier

À la suite du tremblement de terre du 26 décembre 2004, au milieu de l’océan indien et au raz-de-marée qui touchera les côtes, un grand nombre de victimes se retrouvent sans ressources, les besoins d’aides et de reconstruction sont immenses. La couverture médiatique est sans précédent, l’émoi provoqué par la violence et la soudaineté de la catastrophe ainsi qu'en partie par la présence dans certaines régions touchée de touristes occidentaux est important. Le consortium lance l'opération Tsunami 12-12 (12-12 étant les derniers chiffres du numéro de compte précédé de 8 zéros) la plus importante action de récolte de fond jamais organisée en Belgique. Les dons de particuliers atteindront 53 millions d’euros,la notoriété du consortium devient plus large.

Certains craignent cependant que ce mouvement de solidarité se fasse au détriment de crises moins médiatisées comme celles d’Afrique, où se produit l’équivalent de plusieurs tsunamis silencieux chaque année.

L’importance des sommes récoltées permet aux ONG d’étaler leurs aides sur plusieurs années pour parvenir à une reconstruction durable non seulement des infrastructures, mais aussi du tissu social.

En novembre 2005, dix donateurs tirés au sort ont été invités à se rendre compte sur place du travail accompli grâce aux dons afin de pouvoir en témoigner à leur retour, notamment lors d’une conférence de presse.

Projets réalisés et en cours mars 2006 :

  • Unicef :
  • Indonésie (budget : 6 790 384 €) : Eau potable et équipement sanitaire, soins de santé, accueil d’orphelins et identification d’enfants, reconstruction de familles, protection de l’enfance
  • Sri Lanka (budget : 6 778 643 €) : Eau potable et équipement sanitaire, soins de santé, construction et équipement d’écoles
  • Oxfam Solidarité :
  • Sri Lanka (budget : 900 000 €) : Eau potable et équipement sanitaire, construction de maisons, « cash for work », formation de volontaires, aide aux pêcheurs, activités communautaires
  • Aceh (Indonésie) (budget : 750 000 €) : Eau potable et équipement sanitaire, soins de santé, rations alimentaires, « cash for work », services sociaux, prévention, logement
  • Inde du sud, Andaman, Nicobar (budget : 400 000 €) : Eau potable et équipement sanitaire, construction de maisons, « cash for work », sensibilisation en santé et hygiène, aide aux petites entreprises
  • Dans l’ensemble de la zone (budget : 2 218 000 €) : Reconstruction et programmes structurels
  • Handicap International :
  • Maldives (budget : 1 200 000 €) : Évaluation des besoins des personnes handicapées, fourniture de matériel, réadaptation à base communautaire, soutien aux organisations locales d’aide aux personnes handicapées
  • Sri Lanka (budget : 500 000 €) : Soin des malades et blessés, transfert de connaissance en revalidation physique, collaboration à l’intégration sociale complète des personnes handicapées
  • Indonésie (budget : 1 700 000 €) : Aide aux structures de soin orthopédiques et de santé, transfert de connaissance en revalidation physique, aide aux réfugiés et personnes handicapées, implication des personnes handicapées dans le processus de reconstruction
  • Caritas :
  • Sri Lanka (budget : 2 500 000 €) : constructions de maisons, « cash for work », enseignement
  • Aceh (Indonésie) (budget : 100 000 €) : eau potable et équipement sanitaire, soins de santé, rations alimentaires, vêtements et kits d’hygiène, soutien psychologique, construction de maisons, réparation des infrastructures, enseignements et orphelinats, projets de génération de revenus
  • Thaïlande (budget : 50 000 €) : identification post mortem et déblaiement, soins médicaux, rations alimentaires, vêtements et kits d’hygiène, support psychologique, construction de maisons, aide aux pêcheurs, enseignement et reconstruction et équipement d’une école
  • Inde (budget : 2 500 000 €) : Eau potable et équipement sanitaire, soins de santé, réparation des infrastructures, reconstruction de maisons, équipement de pêche, projets de génération de revenus
  • Croix Rouge :
  • Sri Lanka (budget : 6 890 000 €) : Déblaiement et nettoyage, construction de maisons et « cash for housing », soin psychologique, matériel médical
  • Indonésie (budget : 1 005 000 €) : Construction de bateaux de pêche
  • Rode Kruis :
  • Sri Lanka (budget : 6 375 800 €) : matériel d’urgence, construction de maisons, rétablissement de l’infrastructure médicale, développement des capacités de la Croix Rouge locale, soins de santé
  • Indonésie (budget: 2 723 233 €) : Construction de maisons, matériel d’urgence, eau potable et équipement sanitaire, rétablissement de l’infrastructure médicale

HAITI LAVI 1212Modifier

Moins de deux jours après le séisme terrible en Haïti (le 12 janvier 2010), le Consortium belge pour les situations d'urgence lançait un appel à la solidarité, "HAITI LAVI 1212". "Lavi" est le mot créole pour "la vie". Les médias francophones et néerlandophones ont immédiatement embrayé et contribué ainsi à créer rapidement un grand élan de solidarité dans le pays.

Le jeudi 21 janvier, RTBF et RTL-TVi, et VRT et VTM du côté flamand, ont organisé une soirée spéciale consacrée à la catastrophe et aux secours d'urgence. Radios et presse écrite ont largement relayé ce mouvement.

Le résultat de l'appel "Haïti Lavi 12-12" a dépassé les 23 millions d'euros.

Lien externeModifier