Ouvrir le menu principal

Conseil électoral supérieur (Turquie)

Conseil électoral supérieur
Logo de l'organisation
Situation
Création
Type Institution
Domaine Élections
Siège Ankara
Coordonnées 39° 54′ 51″ N, 32° 51′ 20″ E
Langue Turc
Organisation
Membres 11 (dont 4 suppléants)
Président Sadi Güven
Vice-président Erhan Çiftçi

Site web ysk.gov.tr

Géolocalisation sur la carte : Ankara

(Voir situation sur carte : Ankara)
Conseil électoral supérieur

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Conseil électoral supérieur

En Turquie, le Conseil électoral supérieur (en turc : Yüksek Seçim Kurulu, abrégé YSK), aussi appelé Haut-comité électoral[1], est la plus haute institution judiciaire qui gère et contrôle le bon déroulement des élections[2].

Sommaire

MembresModifier

Le conseil est composé de sept juges et quatre suppléants : six sont élus par la Cour de cassation et cinq par le Conseil d'État. Le président et le vice-président sont élus par les membres du conseil.

Nom Titre Juridiction Début du mandat Fin du mandat
Sadi Güven Président Cour de cassation En cours
Erhan Çiftçi Vice-président Conseil d'État En cours
Zeki Yiğit Membre Conseil d'État En cours
Refik Eğri Membre Conseil d'État En cours
Nakiddin Buğday Membre Conseil d'État En cours
Muharrem Akkaya Membre Cour de cassation En cours
Cengiz Topaktaş Membre Cour de cassation En cours
İlhan Hanağası Membre Conseil d'État En cours
Faruk Kaymak Membre Cour de cassation En cours
Yunus Aykın Membre Conseil d'État En cours
Kürşat Hamurcu Membre Cour de cassation En cours

ControversesModifier

Lors du référendum constitutionnel turc de 2017, le YSK a décidé d'accepter comme valides certains bulletins de vote ne comportant pas le tampon officiel. L'opposition a dénoncé une décision scandaleuse qui ouvre la voie à de la fraude. Le YSK s'est justifié en disant que ces bulletins ne devaient pas venir de l'extérieur pour être acceptés[3].

Dans le cadre des élections municipales de 2019, le YSK annule et ordonne le 6 mai 2019 la tenue de nouvelles élections à Istanbul, où Ekrem İmamoğlu était sorti vainqueur, en jugeant par un vote de sept contre quatre qu'il y avait eu des « irrégularités » le jour du scrutin selon une « requête extraordinaire » de l'AKP. L'opposition dénonce des pressions à l'encontre du YSK et une atteinte à la démocratie[4].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier