Ouvrir le menu principal

Congo français

l.administration du Moyen Congo
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Congo et Moyen-Congo.
Congo français

1882–1910

Drapeau
Description de l'image French Congo.png.
Informations générales
Statut Protectorat français.
Capitale Libreville (1882-1906)
Brazzaville (1906-1960)
Monnaie Franc français
Superficie
Superficie ~ 600 000 km2
Histoire et événements
30 novembre 1882 Création.
1906 Détachement du Gabon en une colonie distincte.
1er mars 1910 Création du gouvernement général de l'Afrique équatoriale française.

Le Congo français (ou Moyen-Congo à partir de 1903[réf. nécessaire]) était une colonie composée de l'actuel Gabon et de la République du Congo de 1882 à 1906, puis uniquement de l'actuelle République du Congo. La capitale était Libreville jusqu'en 1904, puis Brazzaville.

CréationModifier

La Loi française du , approuve les traité et acte signés, les 10 septembre et , entre Pierre Savorgnan de Brazza, enseigne de vaisseau, et le roi Illoy Ier, Makoko, suzerain des Batekès (ou Tékés)[1].

En 1883 est créé pour Savorgnan de Brazza un commissariat du gouvernement dans l’ouest africain.

Ce commissariat est transformé en 1886 en un commissariat général au Congo dont relève un lieutenant-gouverneur pour le Gabon.

Le commissariat général est créé par le décret du 11 décembre 1888 qui réunit les établissements du Gabon aux Territoires du Congo, sous l'autorité du commissaire général du Gouvernement au Congo[2]. Le décret du 30 avril 1891 donne le nom de Congo français aux possessions du centre africain[3].

ÉvolutionModifier

 
Le Congo français en 1911.
 
« Congo français : Passage de M. l'Administrateur E. » (1905)

Aux termes du décret du 29 décembre 1903, portant organisation du Congo français et dépendances[4], le commissariat général comprend :

En 1906, la France a découpé cette colonie en deux :

Le commissariat général au Congo est devenu un gouvernement général du Congo français en 1909.

Substitution du gouvernement général de l'Afrique équatoriale françaiseModifier

Le décret du 15 janvier 1910, portant création du gouvernement général de l'Afrique équatoriale française, substitua celui-ci au gouvernement général du Congo français[5].

En 1911, à la suite de la seconde crise du Maroc, elle cède après un compromis avec l'Allemagne signé à Fès, la partie nord du Congo, qui sera rattachée au Cameroun allemand. Cette bande de territoire est récupérée durant la Première Guerre mondiale en 1914-1915.

NotesModifier

  1. Loi du 30 novembre 1882, Journal Officiel du 3 décembre 1882, n°330, p. 6513
  2. Décret du 11 décembre 1888, Journal Officiel du 13 décembre 1888, n°339, p. 5278
  3. Décret du 30 avril 1891, Journal Officiel du 3 mai 1891, n°120, p. 1981
  4. Décret du 29 décembre 1903, portant organisation du Congo français et dépendances, publié au Journal officiel de la République française du 24 janvier 1904
  5. Décret du 15 janvier 1910, publié au JOAEF du 1er mars 1910, p. 115

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • André Boucher (Mgr), Au Congo français. Les Missions catholiques, Téqui, Paris, 1928, 206 p.
  • Félicien Challaye, Le Congo français, E. Payen, Suresnes, 1906, 118 p.
  • Charles de Chavannes, Le Congo français : Ma collaboration avec Brazza (1886-1894). Nos relations jusqu'à sa mort (1905), Plon, Paris, 1937, 406 p.
  • Jules-Léon Dutreuil de Rhins, Le Congo français, avec une esquisse de l'ouest africain et les portraits de Brazza et de Makoko, E. Dentu, Paris, 1885, 64 p.
  • Marcel Guillemot, Notice sur le Congo français, J. André, Paris, 1900, 158 p.
  • Léon Guiral, Le Congo français : du Gabon à Brazzaville, Plon, Paris, 1889, 322 p.
  • (en) Maria Petringa, Brazza, A Life for Africa,  éd. AuthorHouse, Bloomington, IN, USA, 2006, 256 p. (ISBN 978-1-4259-1198-0).
  • Fernand Rouget, L'expansion coloniale au Congo français (avec une introduction par M. Émile Gentil), É. Larose, Paris, 1906, VIII-942 p.
  • Joseph Denis Antoine André Voulgre, Le Congo français : le Loango et la vallée du Konilou, Librairie Africaine & Coloniale, Paris, 1897, 206 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier