Confédération des Sedangs

Confédération des Sedangs

18891897

Drapeau
Devise Union, liberté, indépendance
Informations générales
Statut Confédération et Protectorat français
Capitale Kon Tum
Langue Français
Monnaie monnaie sedang et franc
Histoire et événements
1889 Fondation
1897 Disparition
Prince dynastique
1889-1897 Khải Định
Ministre-gouverneur
1889-1897 Jules Harmand

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Confédération des Sedangs est une union entre différentes tribus d'Indochine. Cette confédération fut en place de 1889 à 1897. Elle succède au royaume des Sedangs, fondé par un officier français, Marie-Charles David de Mayrena. La confédération est annexée en 1897 dans l'Indochine française. Son territoire se situe dans l’arrière-pays de l’Annam.

HistoireModifier

En 1888, un officier français du nom de Mayrena, au service de l'Indochine française, unifia quelques tribus à l'extrémité de l'Annam. Ses tribus portaient le nom des Sedangs. Fortement apprécié auprès des Sedangs, Mayrena rédige une constitution qui instaure le royaume des Sedangs dont il est proclamé roi sous le nom de Marie Ier. Son règne prend fin après qu'il fut contraint de quitter son royaume après une intervention française en 1889. Cependant, l'union des tribus Sedangs ne prend pas fin avec la chute de Mayrena. Le territoire des Sedangs devient alors une confédération qui, pour éviter l'annexion, doit accepter un protectorat français. L'empereur d'Annam, Thành Thái, étant alors au service des Français après la mise en place du protectorat d'Annam, accepte qu'un membre de sa famille devienne « prince dynastique » de cette confédération. C'est le prince Khải Định, ex-héritier d'Annam, qui est choisi pour assumer ce titre. Comme la confédération est un protectorat français, le pouvoir administratif est réservé au ministre-gouverneur français de la Confédération qui est Jules Harmand.

La confédération prend fin en 1897, date à laquelle le territoire des Sedangs est annexé au protectorat d'Annam, lui-même attaché à l'Indochine française.

RéférencesModifier

BibliographieModifier