Commandant Birot

navire de guerre

Commandant Birot
Image illustrative de l’article Commandant Birot
Le navire en septembre 2003.
Type Aviso
Classe d'Estienne d'Orves
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Lancement
Armé
Statut En service
Équipage
Équipage 7 officiers, 58 officiers mariniers, 24 quartiers-maîtres et matelots
Caractéristiques techniques
Longueur 80,50 mètres
Maître-bau 10,30 mètres
Tirant d'eau 5,60 mètres
Tirant d'air 26 mètres
Déplacement 1100 t / 1350 t
Propulsion 2 diesel SEMT Pielstick 12PC2V400
Puissance 12.000 cv
Vitesse 24 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
  • 1 tourelle de 100 mm AA Mle 68
  • 2 canons de 20 mm AA F2
  • 4 mitrailleuses de 12,7 mm
  • 4 tubes lance-torpilles de 550 mm L 5 mod 4 (retirés)
  • 1 lanceur SIMBAD
  • 4 missiles Exocet MM40 (retirés)
Rayon d'action 4880 nq (9000 km) / 3000 nq (5500 km)
Carrière
Port d'attache Base navale de Toulon
Indicatif F796

Le Commandant Birot est un aviso de type A69 classe d'Estienne d'Orves de la Marine nationale qui est, en 2018, qualifié de patrouilleur de haute-mer. Son indicatif visuel est F796. Sa ville marraine est Pessac.

Il porte le nom de Roger Birot, Français libre, Compagnon de la Libération, commandant du Mimosa avec lequel il disparut lorsqu'il fut coulé par un sous-marin allemand, dans la nuit du 8 au 9 juin 1942.

MissionsModifier

La vocation principale d'origine de l'aviso est la lutte anti-sous-marine en zone côtière.

Il assure en outre certaines missions, telles que :

  • Soutien aux forces sous-marines stratégiques ;
  • Surveillance des approches maritimes ;
  • Service public (sauvetage, police des mers) ;
  • Instruction à la mer ;
  • Déploiement outre-mer.

Vie opérationnelleModifier

Le , le Commandant Birot est cité à l'ordre de la division pour s'être « distingué dans la conduite et la réussite de l’arraisonnement du Luna S », un navire rempli de cannabis arraisonné au large de l'Algérie du 8 au 13 septembre 2013[1].
En mai 2015, il participe à l'opération Triton[2]. Il recueille 217 naufragés le 2 mai[3]. Il sauve 297 migrants le 20 mai 2015[4].
Le 23 mai 2019, il participe, avec le patrouilleur Jean-François Deniau (DF P3), à la saisie de 7,4 tonnes de cannabis dans le cadre d'une opération conjointe entre la Douane et la Marine nationale au large de l’Algérie[5]. En novembre/décembre 2019, il patrouille en Mer Noire et effectue de la diplomatie militaire et de missions de renseignements[6].

ÉlectroniqueModifier

1 radar de veille surface-air basse altitude DRBV-51 A, 1 radar de navigation, DRBN-34 ou DRBV-38 (Racal Decca) ou 1007 (Kelvin Hugues), 1 radar de conduite de tir DRBC 32 E, 1 détecteur de radar ARBR-16, 1 sonar de coque DUBA-25, 1 lanceur SIMBAD, 1 bruiteur remorqué SLQ-25 Nixie, 1 système de transmission par satellite Inmarsat, 1 système de transmission par satellite Syracuse.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier