Ouvrir le menu principal

Combiné nordique aux Jeux olympiques de 1924

épreuve du combiné nordique lors des jeux olympiques de 1924
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Combiné nordique aux Jeux olympiques de 1924
Description de l'image Nordic combined pictogram.svg. Description de l'image Olympic rings.svg.
Généralités
Sport Combiné nordique
Organisateur(s) CIO
Éditions 1re
Lieu(x) Drapeau : France Chamonix
Date du
au
Nations 9
Participants 30 athlètes (30 hommes)
Épreuves 1
Site(s) Stade olympique de Chamonix (fond)
Tremplin du Mont (saut à ski)

Palmarès
Vainqueur Drapeau de Norvège Thorleif Haug (NOR)
Deuxième Drapeau de Norvège Thoralf Strømstad (NOR)
Troisième Drapeau de Norvège Johan Grøttumsbråten (NOR)
Plus médaillés Drapeau de la Norvège Norvège (3 médailles)

Navigation

L'épreuve de combiné nordique aux Jeux olympiques d'hiver de 1924 s'est tenue du 2 au 4 février 1924 au stade olympique de Chamonix pour la course de ski de fond et au tremplin du Mont pour le concours de saut à ski. Il s'agit de la première édition des Jeux olympiques d'hiver, et donc a fortiori de la première épreuve olympique de combiné nordique.

Les épreuves de combiné nordique consistent en une course de ski de fond de 18 km en style classique suivie d'un concours de saut à ski. Jusqu'à ce que l'ordre soit inversé à partir de l'édition de 1952, le ski de fond précède le saut dans les épreuves olympiques.

À l'issue de l'épreuve, l'ensemble des skieurs norvégiens engagés prennent les quatre premières places. Le « roi du ski » Thorleif Haug remporte sa troisième médaille d'or au cours de cette édition des Jeux olympiques.

OrganisationModifier

Lieux des épreuvesModifier

Articles détaillés : stade olympique de Chamonix et Tremplin du Mont.
 
Carte du 18 km

Le stade olympique de Chamonix est le lieu de départ et le lieu d'arrivée de l'épreuve de ski de fond de 18 km[1]. Elle a lieu en amont et en aval de Chamonix de chaque côté de l'Arve[2]. La boucle est dessinée pour la première partie en amont de Chamonix jusqu'à « crèmerie du Bouchet » avant de traverser l'Arve, de rejoindre les Frasses et d'emprunter le parcours de l'épreuve olympique de ski de fond de 50 km, disputée quelques jours plus tôt, jusqu'à l'arrivée[3].

Le parcours de la course, tout comme celui du 50 km, est étroit et accidenté[4],[5]. Il est jugé très difficile par les athlètes, à l'exception des Norvégiens[6].

La ville de Chamonix dispose depuis 1905 d'un tremplin[7]. Cependant, celui-ci n'est pas assez grand pour accueillir les épreuves olympiques, ce qui oblige à en construire un autre[8]. Le nouveau tremplin est construit « d'après les données les plus modernes » et doit permettre de battre tous les records mondiaux[9]. Le profil du tremplin est jugé proche de celui d'Holmenkollen[10]. La construction débute le [11] au lieu-dit « Le Mont ». La construction coûte environ 60 000 francs[11],[12],[13].

CalendrierModifier

La course olympique de ski de fond de 18 km fait en fait office d'épreuve de ski de fond du combiné nordique aux Jeux de Chamonix[14]. Cette épreuve débute le samedi et les concurrents s'élancent les uns à la suite des autres toutes les trente secondes[15]. L'épreuve de saut à ski a lieu le lundi à 12 h (soit quelques heures avant le concours olympique de saut)[16]. Les sportifs qui ont choisi de participer aux deux épreuves doivent donc effectuer quatre sauts en quelques heures[16]. Du fait de l'ordre des épreuves (fond puis saut), les résultats ne sont connus que le lendemain du saut (soit le )[17]. La cérémonie de remise de récompenses a lieu, en même temps que pour les autres épreuves, le sur la patinoire du stade olympique à 11 h[18].

Horaires de l'épreuve
Date Épreuve Horaire
Ski de fond 9 h 30
Saut à ski 12 h 00

Format de l'épreuveModifier

La course olympique du 18 km fait office d'épreuve de ski du combiné[19]. Certains participants sont engagés uniquement sur la course de ski de fond, d'autres uniquement pour la course combinée, d'autres pour les deux épreuves[19].

En ce qui concerne l'épreuve de fond, le concurrent arrivé premier obtient la note de 20[20],[19]. Ensuite toutes les deux minutes, la note est abaissé d'un point[20]. Pour le saut à ski, les points sont comptabilisés en additionnant la distance et la note de style (note comprise entre 0 et 20 qui juge le style du sauteur)[20]. Les deux sont comptabilisés et la note moyenne des sauts donne la note pour la partie saut du combiné[20]. Le classement final de l'épreuve est obtenu par la moyenne des notes de ski de fond et de saut[20].

JuryModifier

Le jury de l'épreuve de ski de fond est composé du major Setteberg (Suède), d'un certain Monsieur Arnaud (France) et de Mario Corti (alors président de la Fédération italienne des sports d'hiver (en)) (Italie)[20].

Le jury de l'épreuve du saut est composé de William Hirschy, président du comité olympique suisse, (Suisse), du Dr François Lacq (France)[21] et d'Axel Norling (Suède) pour le style du saut[20]. Les trois juges pour la longueur des sauts sont le lieutenant Olaf Helset (Norvège), le même Monsieur Arnaud (France) et Armas Palamaa (Finlande)[20].

ParticipantsModifier

RèglementModifier

Les comités nationaux olympiques ont jusqu'au pour s'inscrire aux différentes épreuves des Jeux de Chamonix[22]. Ils ont jusqu'au pour inscrire leurs athlètes à l'épreuve du combiné[22]. La modification des engagements est possible jusqu'au [22].

Chaque nation peut engager quatre athlètes par épreuve[22].

EngagementsModifier

Selon le rapport officiel des Jeux, trente-sept athlètes sont inscrits[23]. Sept athlètes inscrits n'ont pas pris le départ[23]. Il s'agit de : Armas Palamaa et Tuure Nieminen pour la Finlande[24], Pio Imboden qui est le champion d'Italie (it) du 18 km en ski de fond en 1924[25], Ebbe Schuman[26] pour la Suède, Charles Mackintosh[27] et Alexander Keiller[28] pour le Royaume-Uni et Henryk Mückenbrunn[29] pour la Pologne. Armas Palamaa, blessé, doit déclarer forfait. Il prendra part à ces Jeux olympiques en tant que porte-drapeau de la Finlande et en tant que membre du jury du saut à ski pour le combiné.

Les trente athlètes participants représentent les nations suivantes[23]:

Béla Szepes est l'athlète le plus jeune et Anders Haugen l'athlète le plus âgé[31].

Avant l'épreuveModifier

Les délégations commencent à arriver à Paris le [32]. Quelques jours plus tard, elles rejoignent Chamonix[32]. Les premiers entraînements ont lieu le [33]. Le , Kléber Balmat remporte le championnat de France de ski[34]. Cette compétition sert de sélection à l'équipe de France[35].

Des entraînements sur le tremplin ont lieu le [36] et le [37]. Lors de cet entraînement, un Tchécoslovaque se casse le bras[37] et Kléber Balmat saute à 46 m battant ainsi son record de France (36,5 m) qu'il avait réalisé quelques jours plus tôt lors des championnats de France à Briançon[38]. Le lendemain, Kléber Balmat saute à 48 m[39]. La presse rapporte qu'un sauteur à ski suédois aurait forcé le cadenas du tremplin pour s'entraîner à des horaires interdits[18],[40]. L'athlète se serait brisé le bras[18]. L'Union de ski suédoise (en) dément et affirme qu'aucun skieur suédois n'a forcé le cadenas et que l'athlète qui s'est blessé dans un entraînement régulier participe bien à la compétition[18].

La Norvège présélectionne cinq athlètes : Thorleif Haug, Johan Grøttumsbråten, Einar Landvik, Jon Mårdalen et Harald Økern[14],[41]. Thoralf Strømstad est ajouté à cette liste dans un second temps[42]. Thorleif Haug est le leader incontesté de l'équipe norvégienne[43],[44]. Âgé de 29 ans, il est en parfaite condition et a déjà remporté le 18 km d'Holmenkollen quatre fois, le combiné à trois reprises et le 50 km cinq fois[4]. Les autres athlètes norvégiens, et plus globalement nordiques, sont très attendus[45].

Lors des sélections américaines disputées à Minneapolis, Sigurd Overby remporte la course de ski de fond de 15 kilomètres le [46]. Le lendemain, Anders Haugen, Hans Hansen et Ragnar Omtvedt terminent aux trois premières places du concours de saut à ski et sont sélectionnés[47]. Quelques jours plus tard, le comité olympique suédois se plaint que ces trois derniers athlètes sélectionnés (Anders Haugen, Hans Hansen et Ragnar Omtvedt) aient été professionnels à un moment de leurs carrières, ce qui est contraire au règlement des Jeux olympiques[48]. Après investigations, Anders Haugen et Ragnar Omtvedt sont autorisés à concourir et Hans Hansen est remplacé par John Carleton qui est en Europe pour ses études[49],[50]. Malgré tout, les Américains viennent précédés d'une grande réputation[5].

Les athlètes français sont attendus près du podium par la presse française[15]. Pio Imboden, seul Italien engagé, est attendu entre la cinquième et la dixième place par la presse italienne[51]. Cependant, il se blesse lors d'un saut d'entraînement et doit donc déclarer forfait[51]. Le comité olympique suisse estime que les quatre athlètes qu'il a engagés peuvent obtenir de bons classements en ski de fond, en saut et « sortir victorieux dans l'épreuve combinée de ski »[52].

Déroulement de la compétitionModifier

Récit de l'épreuveModifier

 
Vue pendant les sauts de l'épreuve du combiné nordique

Soixante-quatre athlètes sont inscrits au départ de la course de ski de fond[53],[54]. Cependant, seulement cinquante-trois skieurs, dont trente participants à la compétition de combiné nordique, prennent le départ[53]. La course olympique du 18 km fait office d'épreuve de ski du combiné. Cela signifie que certains participants à cette course ne participent pas ensuite au concours de saut et qu'une médaille d'or est décernée à son vainqueur à l'issue des 18 km[23].

La course, malgré l'étroitesse du parcours, se joue sur un terrain bondé de spectateurs sous un temps froid et ensoleillé[4],[5],[53]. Harald Økern s'élance avec le dossard 2, il passe en tête aux différents points de passage et réalise le meilleur temps[53]. Il est ensuite devancé par Thoralf Strømstad et Johan Grøttumsbråten qui se sont élancés quelques dossards derrière lui[53]. Enfin, Thorleif Haug s’élance en 34e position de la course de ski et termine 8e avec le meilleur temps en h 14 min 31 s[55],[56]. Il remporte donc la médaille d'or du 18 km en ski de fond et se place en tête du classement intermédiaire de l'épreuve de combiné avant le saut à ski[53]. Vingt-six athlètes sont classés et les quatre premières places du classement échoient aux quatre Norvégiens engagés[53]. Le Tchécoslovaque, Josef Adolf, est cinquième devant le Suédois Axel-Herman Nilsson[53]. Les Américains sont perçus hors de forme et le meilleur d'entre eux est Sigurd Overby qui est douzième[53]. Avant le saut, le journal français L'Auto annonce que Thorleif Haug est le « vainqueur certain » de l'épreuve[19].

Lors du concours de saut, la piste d'élan est réduite pour que les sauts ne dépassent pas 50 m afin de préserver la santé des sauteurs[6]. Considéré comme l'épreuve la plus spectaculaire, le concours de saut attire 15 000 spectateurs[57]. Le concours du combiné disputé un peu plus tôt dans la journée n'attire que 2 702 spectateurs (1 431 payants et 1 268 non payants)[20]. La recette est de 13 195 francs[20]. En termes de distance, il y a peu d'écarts entre les concurrents[5]. Par contre, la pureté du style des Norvégiens leur permet de dominer également le concours de saut[5]. Harald Økern réalise le plus long saut avec une distance de 47 m[57],[58]. Anders Haugen tombe lors de son premier saut et réalise 46 m lors du second[59]. Le Norvégien Thorleif Haug réalise deux sauts à 42 et 44 mètres ce qui lui permet de dominer également le concours de saut de l'épreuve[60]. Il devance ses compatriotes, Thoralf Strømstad et Harald Økern[61]. Les Suisses et les Tchèques réalisent de bonnes performances ce qui leur permet de remonter au classement général[5]. Malgré tout, les quatre Norvégiens restent aux quatre premières places avec une marge importante[5],[61].

L'Américain Ragnar Omtvedt tombe en avant lors de la réception de son premier saut et se luxe le genou[57]. Béla Szepes chute également et se blesse à la tête[60].

BilanModifier

Le classement final est dominé par les quatre Norvégiens et 22 concurrents furent classés. Serge Lang, le président de l'Association internationale des journalistes du ski dans les années 1980[62], explique la domination norvégienne par ces mots :

« Le succès des Norvégiens était dû à une technique parfaite de l'utilisation du terrain ; à une poussée puissante des bâtons ; à une condition physique excellente ; à la qualité de leur matériel et de leur fartage[12] »

— Serge Lang, Le ski et les autres sports d'hiver

Les Suédois et Finlandais finissent loin des places qu'ils convoitaient[45]. Les 6e et 7e place des Tchécoslovaques Josef Adolf et Walter Buchberger tout comme la dixième place du Français Kléber Balmat sont des surprises pour les spécialistes[45]. Le comité national olympique suisse déclare que « [sa] position dans l'épreuve combinée est d'excellente moyenne ; nos hommes sont classés après les Scandinaves... »[63].

Après l'épreuve de saut, quelques sauts de démonstrations sont exécutés et Jacob Tullin Thams, qui remporte le concours olympique de saut à ski lors de ces Jeux, établit un record non officiel à 58,5 m[55]. Il devance Narve Bonna et Johan Grøttumsbråten[55],[64].

RésultatsModifier

Le tableau ci-dessous montre les résultats de la compétition avec les temps de parcours des participants à l'épreuve de fond, la longueur de leur premier et de leur deuxième saut et les points qu'ils ont remportés dans les deux épreuves. Le classement final est obtenu par la moyenne des deux épreuves. (T) signifie que le concurrent est tombé lors de son saut.

Résultats complets de l'épreuve de combiné nordique
Rang Athlète Ski de fond 18 km Saut à ski Total
Temps Points Saut Distance
(en m)
Style Notes sauts Points
(saut à ski)
  Suisse   Suède   France
1   Thorleif Haug (NOR) 1 h 14 min 31 s 20,000 1 42,5 16,875 18,125 16,875 17,291 17,812 18,906
2 44,0 18,250 18,500 18,250 18,333
2   Thoralf Strømstad (NOR) 1 h 17 min 03 s 18,750 1 46,0 17,000 18,250 17,250 17,500 17,687 18,219
2 45,5 17,625 18,375 17,625 17,875
3   Johan Grøttumsbråten (NOR) 1 h 15 min 51 s 19,375 1 44,5 15,875 17,125 16,125 16,375 16,333 17,854
2 39,5 15,875 16,875 16,125 16,291
4   Harald Økern (NOR) 1 h 20 min 30 s 17,125 1 44,5 16,375 17,625 16,375 16,791 17,395 17,260
2 47,0 17,500 18,500 18,000 18,000
5   Axel-Herman Nilsson (SWE) 1 h 31 min 17 s 11,625 1 42,5 16,125 17,375 15,875 16,458 16,500 14,063
2 40,5 16,375 17,125 16,125 16,542
6   Josef Adolf (TCH) 1 h 25 min 29 s 14,625 1 32,5 12,375 12,625 11,875 12,291 12,916 13,771
2 34,5 14,375 13,375 12,875 13,541
7   Walter Buchberger (TCH) 1 h 32 min 32 s 11,000 1 40,5 15,875 16,625 15,875 16,125 16,250 13,625
2 39,5 16,375 16,625 16,125 16,375
8   Menotti Jakobsson (SWE) 1 h 37 min 10 s 8,750 1 42,5 16,375 17,625 16,375 16,791 16,895 12,823
2 41,0 16,750 17,500 16,750 17,000
9   Verner Eklöf (FIN) 1 h 34 min 11 s 10,250 1 37,0 14,500 15,000 14,750 14,750 14,916 12,583
2 37,0 14,750 15,500 15,000 15,083
10   Kléber Balmat (FRA) 1 h 33 min 49 s 10,375 1 35,0 13,250 14,750 13,500 13,833 14,291 12,333
2 35,0 14,750 15,500 14,000 14,750
11   Sigurd Overby (USA) 1 h 34 min 56 s 9,875 1 40,0 14,500 14,750 14,250 14,500 14,562 12,219
2 39,5 14,625 15,125 14,125 14,625
11   Peter Schmid (SUI) 1 h 33 min 34 s 10,375 1 34,5 13,875 14,875 14,125 14,291 14,062 12,219
2 33,0 13,500 14,250 13,750 13,833
13   Josef Bím (TCH) 1 h 33 min 08 s 10,750 1 33,0 12,500 12,500 13,500 12,833 13,416 12,083
2 36,0 14,250 13,500 14,250 14,000
14   Alexandre Girard-Bille (SUI) 1 h 41 min 43 s 6,500 1 38,0 15,500 16,750 15,500 15,916 16,708 11,604
2 41,0 17,500 17,750 17,250 17,500
15   Hans Eidenbenz (SUI) 1 h 39 min 51 s 7,375 1 36,5 13,875 15,875 14,375 14,708 15,583 11,479
2 41,5 15,875 17,125 16,375 16,458
16   Sulo Jääskeläinen (FIN) 1 h 42 min 30 s 6,125 1 41,5 15,875 17,375 16,375 16,542 16,604 11,365
2 41,0 16,500 17,000 16,500 16,666
17   Xaver Affentranger (SUI) 1 h 36 min 36 s 9,000 1 33,0 12,500 13,250 13,000 12,917 13,375 11,188
2 34,0 13,750 13,750 14,000 13,833
18   Gilbert Ravanel (FRA) 1 h 35 min 33 s 9,500 1 31,0 11,500 12,500 11,500 11,833 12,625 11,063
2 33,0 13,250 13,500 13,500 13,417
19   Andrzej Krzeptowski (POL) 1 h 43 min 02 s 5,750 1 32,5 13,125 12,875 13,125 13,041 13,312 9,531
2 33,0 13,750 13,500 13,500 13,583
20   Adrien Vandelle (FRA) 1 h 43 min 58 s 5,375 1 26,0 10,500 10,500 10,000 10,333 10,958 8,167
2 28,0 11,750 11,750 11,250 11,583
21   Anders Haugen (USA) 1 h 55 min 04 s 0,000 1 (T) 7,000 6,000 4,000 5,667 11,500 5,750
2 46,0 16,750 17,750 17,500 17,333
22   John Carleton (USA) 1 h 45 min 49 s 4,375 1 (T) 6,000 7,000 7,000 6,666 5,833 5,104
2 (T) 4,000 7,000 4,000 5,000
-   Ragnar Omtvedt (USA) 2 h 05 min 03 s 0,000 1 Abandon 0,000 0,000
2 Abandon
-   Franciszek Bujak (POL) 1 h 42 min 13 s 6,250 Non partant -
-   Nils Lindh (SWE) 1 h 43 min 58 s 5,375 Non partant -
-   István Déván (HUN) 1 h 50 min 20 s 2,125 Non partant -
-   Aladár Háberl (sv) (HUN) Non partant 1 33,0 11,500 12,000 11,500 11,667 11,542 -
2 20,0 11,750 11,250 11,250 11,417
-   Béla Szepes (HUN) Abandon 1 39,5 15,125 15,620 14,125 14,956 10,478 -
2 (T) 5,000 6,000 7,000 6,000
-   Otakar Německý (TCH) Abandon - -
-   Martial Payot (FRA) Abandon - -

PodiumModifier

Épreuve Or Argent Bronze
Individuel
  Thorleif Haug (NOR) 18,906   Thoralf Strømstad (NOR) 18,219   Johan Grøttumsbråten (NOR) 17,854

Tableau des médaillesModifier

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1   Norvège 1 1 1 3
Total 1 1 1 3

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [PDF] (fr) Comité olympique français, Rapport Général du Comité Exécutif des VIIIe Jeux Olympiques, Paris, (lire en ligne)  
  • Pierre Vitalien, La mémoire des 1ers Jeux Olympiques d'hiver : Chamonix 1924, P.Vitalien, (ISBN 2-9520549-1-6)  
  • Johannès Pallière, Les premiers Jeux d'hiver de 1924 : La grande bataille de Chamonix, Histoire en Savoie, Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, , 167 p. (ISBN 978-2-9086-9704-9)  
  • (de) (fr) Julius Wagner et Guido Eichenberger, Die Olympischen Spiele Paris 1924, .  
  • (fr) (de) (en) (sv) Erich Kamper, Lexicon der olympischen winter spiele,  
  • (en) Ellen Phillips, The Olympic Century : VII Olympiad, Antwerp 1920 & Chamonix 1924, Los Angeles, World Sport Research & Publications Inc., (ISBN 1-888383-08-9).  
  • Thierry Terret et Pierre Arnaud, Le rêve blanc : Olympisme et sports d'hiver en France, , 261 p.  
  • (en) John Allen, « Nordic Bows to Alpine: The Great Transformation of American Skiing », Skiing Heritage Journal, International Skiing History Association, vol. 15 (4),‎ , p. 18-22 (ISSN 1082-2895, lire en ligne).  
  • (sv) På skidor 1924, (lire en ligne)
  • (en) The Ski Club of Great Britain (en), The British ski year book for 1924

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Vitalien 2004, p. 74.
  2. Vitalien 2004, p. 70.
  3. Pallière 1990, p. 71.
  4. a b et c Phillips 1996, p. 143.
  5. a b c d e f et g Wagner et Eichenberger 1924, p. 68.
  6. a et b Phillips 1996, p. 144.
  7. (en) « Le Mont », sur skisprungschanzen.com, Ski Jumping Hill Archive, (consulté le 20 juillet 2014).
  8. Terret 1993, p. 57.
  9. Terret 1993, p. 62.
  10. Claude Francillon, Chamonix 24, Grenoble 68, Albertville 92, le roman des Jeux, , p. 20.
  11. a et b Vitalien 2004, p. 5.
  12. a et b Terret 1993, p. 61.
  13. Terret 1993, p. 60.
  14. a et b « Sports d'hiver Chamonix Mont-Blanc 1924 : 25 janvier - 5 février : programme officiel », Comité d’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de 1924 à Chamonix,‎ , p. 12 (lire en ligne).
  15. a et b « Les Jeux d'hiver de Chamonix - La course de fond sera la principale épreuve », Le Petit Dauphinois,‎ , p. 4.
  16. a et b « Les sports d'hiver des VIIIe Jeux olympiques », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  17. « Les sports d'hiver des VIIIe Jeux olympiques », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  18. a b c et d « Les Jeux olympiques », L'Auto,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  19. a b c et d « Le tournoi olympique de Chamonix », L'Auto,‎ (lire en ligne).
  20. a b c d e f g h i et j Vitalien 2004, p. 85.
  21. « Ville de Nay », sur villedenay.fr, Ville de Nay, (consulté le 14 juillet 2014).
  22. a b c et d « Règlement des Jeux olympiques d'hiver de Chamonix », Comité d’organisation des Jeux olympiques d’hiver de 1924 à Chamonix ,‎ (lire en ligne).
  23. a b c et d CNOSF, Résultats de concours des Imes Jeux Olympiques d'hiver, (lire en ligne), p. 694.
  24. Vitalien 2004, p. 147.
  25. Vitalien 2004, p. 155.
  26. Vitalien 2004, p. 159.
  27. Vitalien 2004, p. 152.
  28. Vitalien 2004, p. 153.
  29. Vitalien 2004, p. 158.
  30. (fi) « Sélection finlandaise pour le combiné nordique des JO 1924 », sur urheilumuseo.fi (consulté le 20 juillet 2014).
  31. (en) « Nordic Combined at the 1924 Chamonix Winter Games », sur www.sports-reference.com, Sports Reference LLC (consulté le 20 juillet 2014).
  32. a et b « Les Jeux d'hiver de Chamonix - arrivée des équipes étrangères », Le Petit Dauphinois,‎ , p. 6.
  33. « Les Jeux d'hiver de Chamonix - avant l'ouverture », Le Petit Dauphinois,‎ , p. 2.
  34. « Les Jeux d'hiver de Chamonix - les futurs concurrents s'entraînent », Le Petit Dauphinois,‎ , p. 4.
  35. « Les épreuves nationales de ski qui viennent de se disputer à Briançon ont servi à désigner les concurrents français des Jeux de Chamonix », Le Miroir des sports,‎ (lire en ligne).
  36. « Les Jeux d'hiver de Chamonix - Entraînement des skieurs », Le Petit Dauphinois,‎ , p. 3.
  37. a et b « Le tournoi olympique de Chamonix », L'Auto,‎ (lire en ligne).
  38. « Les Jeux d'hiver de Chamonix - l'entraînement au tremplin du Mont », Le Petit Dauphinois,‎ , p. 2.
  39. « Les Jeux d'hiver de Chamonix - Balmat se distingue au tremplin du Mont en sautant 48 m », Le Petit Dauphinois,‎ , p. 4.
  40. Vitalien 2004, p. 86.
  41. (no) « De deltagende i vinterstevnet i Chamonix », Arbeiderbladet,‎ , p. 10 (lire en ligne).
  42. (no) « Sensation paa generalforsamlingen i Foreningen til skiidrættens fremme », Arbeiderbladet,‎ , p. 10 (lire en ligne).
  43. Phillips 1996, p. 142.
  44. « Les Jeux d'hiver de Chamonix - Le Norvégien Haug remporte la course grand fond », Le Petit Dauphinois,‎ , p. 3.
  45. a b et c Pallière 1990, p. 72.
  46. (en) « Overby wins ski race », The New York Times,‎ .
  47. (en) « Olympic ski team officially chosen », The New York Times,‎ .
  48. (en) « 3 U.S. Ski Stars found ineligible », The New York Times,‎ .
  49. John B. Allen 2003, p. 20.
  50. (en) « Protested skiers to represent U.S. », The New York Times,‎ .
  51. a et b (it) Rolly Marchi, « Olimpiadi invernali: Chamonix 1924 ».
  52. Francis-Marius Messerli, « Participation suisse aux concours organisées à Chamonix », Bulletin officiel du Comité olympique Suisse, no 4,‎ , p. 8.
  53. a b c d e f g h et i (no) « Ny Norsk skiløpertriumph i Chamonix lørdag », Aftenposten,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  54. CNOSF, Résultats de concours des Imes Jeux Olympiques d'hiver, (lire en ligne), p. 691.
  55. a b et c Kamper 1964, p. 36.
  56. « Thorleig Haug écrit sa légende au pied du Mont-Blanc », sur olympic.org.
  57. a b et c « Le tournoi olympique de Chamonix », L'Auto,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  58. (no) « Idett. Skiløperne vant i Chamonix », Arbeiderbladet,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  59. « Le concours de saut à saut a clôturé hier le tournoi olympique des sports d'hiver », Le Matin,‎ (lire en ligne).
  60. a et b « Les Jeux d'hiver de Chamonix - La course combinée », Le Petit Dauphinois,‎ , p. 3.
  61. a et b (no) « Vakker avslutning paa vore skiløperseire i Chamonix Norge seiret overlegent i begge hoprend igaar », Aftenposten,‎ , p. 2 (lire en ligne).
  62. « Lang, Serge (1920-1999) », sur catalogue.bnf.fr.
  63. Francis-Marius Messerli, « Après les Jeux de Chamonix », Bulletin officiel du Comité olympique Suisse, no 6,‎ , p. 2.
  64. (de) « Die Winter Olympiade », Sport Tagblatt,‎ , p. 5 (lire en ligne [PDF]).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 8 septembre 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 8 septembre 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.