Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Combattant

espèce de poissons de la famille des Osphronemidae

Betta splendens

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Combattant (homonymie).

Le Combattant (Betta splendens) est une espèce de poissons de la famille des Osphronemidae. Il est originaire des eaux douces tropicales du Sud-Est asiatique (Thaïlande, Indonésie Cambodge, Viêt Nam, Laos et Malaisie). Cette espèce est très couramment élevée en captivité comme poisson d'aquarium un peu partout dans le monde. Des variétés domestiques existent dans différentes formes et couleurs. Dans ses pays d'origine, les mâles sont utilisés pour des combats d'animaux. En effet ils peuvent se montrer très belliqueux entre eux et livrer des combats parfois mortels, c'est pourquoi ils sont maintenus dans des aquariums séparés. Un aquarium cubique d'au moins 20L est necessaire ainsi que des plantes aquatiques et un chauffage pour aquarium, sa température doit rester comprise entre 25° et 28° ( dans son milieu naturel, la température varie entre 19 et 34° selon les saisons - Thaïlande, Indonésie, Malaisie ). Comme pour toutes espèces domestiques, les aquariums de type boule sont à proscrire, certains pays européens les ont d'ailleurs interdits.

Sommaire

Dans la natureModifier

Description du poisson sauvageModifier

 
Combattant femelle variété naturelle

Le combattant est une espèce qui chasse son adversaire pour protéger son territoire, il mesure en moyenne 4 cm de long. La forme sauvage a des nageoires courtes et est de couleur brunâtre. A l'origine, ce ne sont pas des poissons qui combattent jusqu'à la mort; la variété sauvage ne fait que s'intimider en paradant, pour impressionner leur congénaire et le faire fuir, contrairement à notre sélection de betta actuelle qui peut même aller jusqu'à tuer une femelle, à cause de la sélection humaine pour le combat.

Habitat et répartitionModifier

Ce poisson vit dans l'eau des rizières, pauvre en oxygène. Il apprécie les eaux tempérées voire chaudes (22°-28°), lentes et peu profondes.


Il est originaire de l'Asie du Sud-Est (Thaïlande, Indonésie Cambodge, Viêt Nam, Laos et Malaisie).

AlimentationModifier

Dans son milieu naturel, le combattant est un prédateur carnivore, il se nourrit de petites proies vivantes, comme les daphnies, artémias, vers de bananier...

Comportement et reproductionModifier

Le combattant fait partie de la famille des labyrinthidés (actuellement Osphronemidae), c'est-à-dire qu'il possède un labyrinthe qui lui permet de venir respirer l'air en surface(c'est pour cela qu'il vie dans des eaux pauvres en oxygène).

C'est un poisson très territorial, ce qui lui a valu le nom de Combattant du Siam ou simplement Combattant. Les mâles peuvent se montrer très belliqueux entre eux et se livrer à des combats violents, pouvant aller jusqu'à la mort du vaincu. Ceci est dû uniquement à la sélection de l'homme : nos bettas actuels ont un déficit en sérotonine, fixée génétiquement par l'élevage depuis des millénaires ( environ 6000 ans que nous les élevons dans de larges coupelles, en sélectionnant les plus beaux et surtout les plus agressifs ).

De ce fait, ils sont parfois très difficiles à reproduire, vu que les mâles sont capables de tuer également leurs femelles, faisant la confusion entre parader pour impressionner et attaquer, tuer; l'homme l'a condamné à la solitude, ceci dit, nous pouvons voir de plus en plus de bettas splendens au comportement plus souple, capables de vivre avec de petits poissons grégaires aux paramètres proches, le critère de combat étant délaissé petit à petit.

Les femelles sont dans l'ensemble plus ternes, même si de nos jours, on en rencontre de plus en plus colorées, très prisées par la sélection d'élevage. Leurs nageoires par contre restent plus courtes, même si certaines femelles de sélection commencent à avoir des voiles parfois presque aussi longues que celles de jeunes mâles.

Il existe une forme de mâle bêta à voiles courts appelé Plakat. Un novice peut ne pas faire la distinction entre mâle à voiles courts et femelle, la différence majeure pour distinguer un mâle à voiles courts d'une femelle, quelle que soit sa forme d'origine, est qu'un mâle plakat possède une pointe très visible à la fin de sa nageoire ventrale (dite aussi nageoire anale), alors que chez les femelles, en général, c'est beaucoup plus arrondi.

 
Le couple fraie sous un nid de bulles construit par le mâle. Celui-ci enlace la femelle et presse son ventre afin d'en expulser les œufs, tout en en relâchant de la semence dans l'eau pour les féconder.

La période de reproduction chez les bettas splendens est stressante et peut fragiliser le mâle et la femelle. Le mâle construit un nid de bulles en choisissant de préférence un endroit où il y a de la végétation. Lorsque la femelle est prête à pondre, les bandes sur les flancs deviennent verticales ( et non pas horizontales, signe de stress évident ), la papille génitale blanche est bien visible, la femelle nage en se dandinant en "S" et baisse la tête, donnant ainsi au mâle le signal que la parade nuptiale peut commencer.

L'accouplement a lieu généralement après une période de courses-poursuites avec de fréquentes morsures aux nageoires selon la réactivité des partenaires. Puis, le mâle va se montrer plus doux et va attirer la femelle sous le nid avant de l'enlacer pour expulser les œufs de son ventre. Les œufs coulent vers le fond et le mâle doit rapidement les récupérer dans sa bouche et placer dans le nid avant que la femelle ne tente de les dévorer. La ponte peut durer trois ou quatre heures, avec de multiples enlacements[1].

Dès la fin de l’accouplement le mâle chasse la femelle, considérée (avec raison) comme un danger pour la progéniture. Le mâle s'occupe seul du nid, mangeant les œufs non-fécondés ou morts et prenant soin des autres. Les œufs éclosent au bout de 36-48h d'incubation ; les nouveau-nés vont pendant les 3 à 4 premiers jours après leur éclosion résorber leur vésicule vitelline, incapables de nager, pendus la tête accrochée au nid de bulles et la queue vers le sol. Le mâle veillera sur eux et les récupérera s'ils coulent, jusqu'à ce que les petits atteignent la nage libre et s'éloignent du mâle avant qu'il ne prenne ses enfants pour des proies. Ils s'alimentent à leur tour de menues proies vivantes.

De la 3e à la 6e semaine de leur vie, le labyrinthe (organe de respiration auxiliaire des Osphronemidae) est en pleine formation chez les bébés. Ils sont alors très fragiles aux intempéries extérieures.

Après environ trois mois, les différenciations mâles/femelles sont distinctes et les combats pour conquérir leur territoire commencent entre mâles.

La durée de vie moyenne d'un combattant (espérance de vie) est de trois ans. S'il est robuste et dans de bonnes conditions, il peut même vivre jusqu'à environ 8 ans[2].

Le combattant et l'hommeModifier

DomesticationModifier

C'est un poisson qui est très apprécié dans son pays d'origine, où des combats entre mâles sont organisés de la même manière que des combats de coqs. Les races et variétés de cette espèce sont considérées comme domestiques, notamment en droit français. C'est l'un des premiers poissons à avoir été domestiqué, il y a plus de 6000 ans chez de riches propriétaires en Asie, qui les élevaient dans de larges coupelles, ce qui en a fait des poissons très familiers au contact de l'humain d'un point de vue éthologique. On peut même leur apprendre, dans une certaine mesure, à faire quelques tours simples (passage dans un cerceau, sauter pour atteindre de la nourriture, slalom...), ils sont très réceptifs et observateurs, et requièrent un environnement stimulant pour ne pas mourir d'ennui.

Les combattants sont aussi sujets de concours beauté. Les concours de beauté, ou plutôt de « conformité au standard » existent aux États-Unis depuis les années 1960 et depuis peu en Europe : en Suisse, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. Ces concours concernent le plus souvent les variétés issues d'élevage sélectif (les combattants sauvages à la base n'avaient pas de couleur aussi vives, leurs couleurs sont dues à la sélection artificielle), mais dans certains concours, les formes naturelles (Bettas sauvages) sont aussi jugés. Les éleveurs utilisent les concours pour s'échanger des poissons reproducteurs et de la nourriture vivante, parler des méthodes ou astuces de chacun, et bien sûr pour nouer et entretenir des amitiés.[3].

Maintenance et élevage en captivitéModifier

  Maintenance en aquarium
Note : Les informations figurant dans cet encadré sont données seulement à titre indicatif. Lire attentivement le texte.
Origine Asie du Sud-Est Eau eau douce
Dureté de l'eau jusqu'à 15 °GH pH 6.4-7.6
Température 25-28 °C Volume mini. 10 à 30l pour les voiles long et 20 à 40l pour les voiles cours et les femelles qui sont plus actifs[4].
Alimentation Nourriture vivante, granulés etc. Taille adulte 5-8cm
Reproduction Ovipare Zone occupée Surface & Milieu
Sociabilité territorial Difficulté facile

Aquarium et cohabitationModifier

Le combattant est très territorial et bagarreur. Les mâles sont capables de s'entretuer au cours de longs et violents combats. Ils nécessitent d'être maintenus dans des bacs séparés, c'est également le cas pour tout poisson ayant une morphologie similaire ou même des couleurs chatoyantes et de longs voiles, car il serait considéré comme un rival. Seuls les groupes d'individus composés uniquement de plusieurs femelles peuvent cohabiter dans un même aquarium s'il est grand et suffisamment planté; malgré tout certaines femelles peuvent se révéler très agressives. Le risque de combat violent diminue lorsque le groupe est plus nombreux, car la possibilité de fuite est plus grande. L'aquarium d'un combattant contient donc des plantes et de multiples cachettes. Attention toutefois à ne pas prendre des décors coupants et rugueux qui déchireraient leurs nageoires.

Dans un très grand bac communautaire, un seul individu peut vivre en bonne intelligence avec des espèces à la fois placides et d'apparence distincte, mais plusieurs bacs sont indispensables pour assurer sa reproduction avec succès. En compagnie d'espèces ovovivipares et très prolifiques comme le Guppy, le combattant est un bon régulateur des populations puisqu'il consomme des alevins.

Les couples ne seront formés qu'en période de reproduction, pour les quelques jours de parade nuptiale et le temps de la ponte.

Il faut prévoir plusieurs centimètres d'air à la surface de l'eau du bac pour que ce poisson puisse venir y respirer et il devra avoir le moins de courant d'eau possible, sous peine de ne faire qu'apercevoir ce poisson qui déteste les remous.

Si un combattant peut parvenir à survivre 2 ou 3 ans dans un petit bac ou un aquarium boule, son espérance de vie est toutefois notablement réduite dans de telles conditions d'ennui et il a peu de chances d'atteindre 6 ans, voire 8 ans, contrairement à ceux qui sont élevés dans de meilleures conditions[2].

Pour votre aquarium il est préférable de mettre une feuille de catappa (séchés) , ce sont des plantes reconnues et utilisées en Asie depuis des dizaines d'années. Elles se démocratisent de plus en plus en Europe et en France. Elles sont réputées pour avoir des propriétés extraordinaires pour un usage aquariophile.

Les avantages souvent cités sont:

- Renforce le système immunitaire, la santé et la vitalité des poissons

- Stimule la reproduction

- Permet aux nids de bulles d'être plus collants donc plus solides ( pour la reproduction)

- Couleurs plus vives des poissons

- Anti-stress

- Anti-mycotique

- Anti-bactérien

- Anti-parasitaire

- Réduit le pH de l'eau, adoucit l'eau.

- Simule les conditions de "l'eau noire", sans colorer excessivement l'eau[5]

Il vous faudra aussi des plantes pour votre Betta qui dans la nature vit dans des endroits avec beaucoup de plantes, en effet Le Betta appréciera l'ombrage des plantes flottantes, comme par exemple:

- Riccia,

- lentilles d'eau (Lemna minor),

- Salvinia natans...

Trois plantes qui peuvent être fixées sur de petites racines ou roches à l'aide de fil nylon.:

- Microssorium ptreropus (fougère de Java)

- Anubia nana (Anubia naine)

- Vesicularia dubyana (mousse de Java)

(L'aquarium d'un Betta doit toujours être couvert, ce sont de bons sauteurs !)[6]

Alimentation en captivitéModifier

Ce poisson a besoin d'une alimentation spécifique selon son stade de vie et de croissance. L'adulte accepte les petites proies congelées ou lyophilisées et les nourritures industrielles sèches ou de la viande rouge, mais il préfère la nourriture vivante tel que les daphnies, enchytréees, vers Grindall, drosophiles, larves de moustiques et artémias. Un alevin juste éclos se nourrit d'infusoires, de paramécies. À partir de la nage libre, celui-ci commence à se nourrir de nauplies d'artémias, plusieurs fois par jour, de micro vers et ce, jusqu'au stade adulte. À partir du stade adulte, le combattant peut recevoir uniquement des granulés spéciaux "combattant", des artémias, des vers de vase rouges. Il peut également se nourrir de beaucoup d'autres aliments, la liste n'étant pas exhaustive : le betta peut par exemple manger des alevins de guppys, ce qui permet une régulation de la population des guppys et un apport de nourriture vivante aux combattants. Il est important de varier la nourriture[7], toutefois les aliments de type flocon semblent à proscrire de son alimentation car ils gonflent dans l'estomac[7].

ÉlevageModifier

 
Femelle prête à pondre, dont la papille génitale est bien visible

Il est envisagé uniquement avec des individus robustes pour éviter tout problème de santé au cours de cette période stressante.

Le mâle et la femelle sont placés dans un petit aquarium de 20 litres à 27°c, et séparés par une vitre transparente ou un filet. Comme dans la nature (voir ci-dessus), le mâle construit un nid de bulles en choisissant de préférence un endroit où il y a de la végétation. Lorsque la femelle montre les signes qu'elle est prête à pondre en se dandinant en "S" et baisse la tête, la vitre de séparation est retirée. L'accouplement commence quelques heures ou quelques jours après la libération, généralement après une période de courses-poursuites avec de fréquentes morsures aux nageoires. Le moment venu, le mâle va attirer la femelle sous le nid avant de l'enlacer pour expulser les œufs qu'il met en lieu sûr dans le nid de bulles avant que la femelle ne tente de les dévorer. La ponte peut durer trois ou quatre heures[1].

Dès que le mâle chasse la femelle, elle est retirée de l'aquarium. Le mâle s'occupe alors seul du nid et des petits jusqu'à ce qu'ils nagent seuls. Le mâle est alors retiré de l'aquarium, avant qu'il ne prenne à son tour ses enfants pour des proies.

 
Alevins de 11 jours dans leur nid de bulles
 
Un alevin de 11 jours, infesté par des micro parasites d'Oodinium

Les alevins seront nourris avec des microvers, des anguillules, du vinaigre et des nauplies d'artémias; l'eau sera changée régulièrement pour diminuer la concentration de nitrites, nitrates, toxines et d'hormones de croissance produites par les alevins, qui ralentissent la croissance de leurs frères et sœurs.

De la 3e à la 6e semaine de leur vie, le labyrinthe (organe de respiration auxiliaire des Osphronemidae) est en pleine formation chez les bébés et est de fait très fragile. L'aquarium doit être placé dans un endroit chaud, pas trop sec et sans courants d'air; ou bien il doit être fermé d'un couvercle et n'être que rarement ouvert. Un courant d'air intempestif peut parfois être fatal à toute une portée d'alevins en asséchant l'air ou en provoquant un trop grand écart de température entre l'air et l'eau : les alevins qui viendront respirer de l'air à cet instant abîmeront leur labyrinthe, les condamnant à la mort par asphyxie.

Après environ 3 mois, les différenciations mâles/femelles sont distinctes, et lorsque les premières nageoires commencent à être abîmées, les mâles sont séparés de l'aquarium, les femelles pouvant rester en communauté. La séparation temporaire d'une femelle en vue de reproduction compromet sa position dans le groupe. À son retour elle risque de se faire tuer, car considérée comme une intruse. Il est donc préférable de la mettre à partir de ce moment dans un bac à part.

Maintenu dans de bonnes conditions, le combattant peut vivre environ 6 ans, et même plus[2].

Les variétés d'élevageModifier

Le combattant mesure généralement entre 5 et 8 cm de long en captivité, mais une variété appelée "Giant" peut atteindre jusqu'à 12 cm[réf. nécessaire].

Des concours de conformité aux standards (concours "de beauté") sont organisés de par le monde, entre autres sous l'égide de l'International Betta Congress, la référence mondiale d'élevage de Bettas, et notamment en France, par le Nord Betta Club, l'Association francilienne pour le Betta Splendens et l'Auvergne Betta Club, ainsi que par La Communauté Internationale pour les Labyrinthidés-l’International Betta Splendens Club.

Le betta splendens est catégorisé grâce aux formes de ses voiles, ayant chacune des standards pour concours. Les plus connus sont entre autres[8] :

  • le queue-de-voile (ou QDV), qui est caractérisé par sa longue nageoire caudale qui tombe, souvent de forme inégale ;
  • le halfmoon (ou HM), qui est caractérisé par sa nageoire caudale qui forme une demi lune à 180° (les spécimens possédant une ouverture de plus de 180° sont considérés comme over halfmoon ou OHM) ;
  • le rosetail (ou feather tail) qui est caractérisé par une nageoire caudale ayant l'apparence d'une rose;(sujet à polémique concernant la reproduction, les lignées de ces betta comportent souvent des tares)
  • le crowntail (ou CT), qui est caractérisé par ses nageoires terminées par des pics ;
  • le halfsun qui est un croisement encore peu travaillé entre des CT et HM ayant l’apparence d'un HM avec de fines dentelures sur les bords de la caudale;
  • le doubletail (ou DT), qui est caractérisé par une symétrie entre le haut et le bas du corps, et dont la nageoire caudale se divise en 2 ;
  • le queue-de-peigne (ou QDP), qui est caractérisé par des nageoires frangées sur quelques millimètres ;
  • les multiples formes des plakats (ou PK), qui sont caractérisées par des voiles courts.

Outre la forme des voiles et la couleur du poisson, les concours prennent en compte l'uniformité de la longueur des voiles, la courbe du dos, des défauts d'écaillure…

Le combattant le plus connu et représentatif de l'espèce, en animalerie, est certainement le queue-de-voile.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le combattant dans la cultureModifier

 
Démonstration de force entre deux mâles.

Il est l'un des emblèmes nationaux de la Thaïlande où il est élevé sélectivement depuis plus de 6 siècles. D'abord selon des critères d'agressivité car des paris sont organisés sur l'issue de combat entre mâles. Puis dans un second temps, les critères de sélection seront plus orientés sur la beauté du poisson, notamment ses couleurs et la longueur de ses nageoires, de cette deuxième sélection sont originaires les combattants destinés aux aquariums.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiquesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier