Colibri à gorge rubis

espèce d'oiseaux

Archilochus colubris

Archilochus colubris
Description de cette image, également commentée ci-après
Archilochus colubris mâle
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Apodiformes
Famille Trochilidae
Genre Archilochus

Espèce

Archilochus colubris
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 22/10/1987

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après
vert : zone de nidification

bleu : zone d'hivernage

jaune : voie migratoire

Le Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris) est une espèce d'oiseau-mouche du genre Archilochus.

DescriptionModifier

Les adultes ont un plumage vert iridescent sur le dessus tandis qu'ils sont blanc grisâtre sur le dessous. Ils ont le bec long, droit et très mince. Le mâle adulte a la gorge iridescente de couleur rouge rubis et la queue échancrée. La femelle a une queue arrondie et foncée avec l’extrémité blanche. Elle n’a pas de zone colorée sur la gorge. Elle se distingue très difficilement de la femelle du Colibri à gorge noire. L’immature est semblable à la femelle.

ComportementModifier

Le colibri à gorge rouge est solitaire. Les adultes de cette espèce ne sociabilisent pas (ou seulement quelques minutes). Aussi bien les mâles que les femelles, sont agressifs envers les autres oiseaux-mouches. Ils défendent leur territoire et chassent les autres oiseaux-mouches qui y pénètrent. Les femelles défendent aussi leur progéniture.

AlimentationModifier

 
Femelle se nourrissant du nectar de la monarde

Ces oiseaux se nourrissent du nectar d’une trentaine d’espèces de fleurs grâce à une longue langue extensible, ou capturent des insectes en vol. Dans certaines parties de l’aire d’hivernage, des individus arrivent alors que les sources de nectar sont encore rares, et dépendent des insectes pour s’alimenter, jusqu’à ce que la floraison associée à la saison sèche se produise. Même quand les fleurs nectarifères sont disponibles, les insectes peuvent représenter jusqu’à 14 % du régime hivernal.

Répartition et habitatModifier

Cette espèce, que l'on rencontre au sud du Canada et dans la zone orientale des États-Unis, est migratrice et passe la plus grande partie de l’hiver au Mexique ou en Amérique centrale. Les colibris y fréquentent une large gamme de forêts tropicales, principalement les forêts sèches de plaine et les forêts secondaires jusqu’à 1 900 m d’altitude. La majeure partie de la population suit une route migratoire longue de 800 kilomètres qui contourne le golfe du Mexique, aussi bien en automne qu’au printemps.

ReproductionModifier

Ce colibri niche dans les forêts caducifoliées et mixtes, les parcs et les jardins, à travers la plus grande partie de l’Est des États-Unis et du Sud du Canada. Les mâles arrivent sur les sites de nidification de début avril à fin mai, une semaine avant les femelles. La nidification s’étend jusqu’en juillet, exceptionnellement en août. La parade nuptiale consiste en une démonstration aérienne élaborée au cours de laquelle le mâle effectue des va-et-vient en vol près de la femelle, décrivant un demi-cercle de 2 ou 3 mètres de rayon.

La construction du nid commence de mi-avril à début juin, et est réalisée principalement par la femelle en 4 ou 5 jours. Ce nid est une coupe de 2,5 cm de diamètre, composée d’éléments végétaux, de lichens et de toiles d’araignées ; l’extérieur est tapissé de lichens et l’intérieur est garni de duvet végétal. Le nid est placé à 4 ou 5 mètres de haut sur une branche horizontale. Les mâles sont polygames, ne s’associant habituellement avec une femelle que le temps de la parade et de la ponte. La ponte se compose de 2 œufs. C’est la femelle seule qui nourrit et prend soin des jeunes. Elle les nourrit une à trois fois par heure par régurgitation. Lorsqu'ils ont de 18 à 22 jours, les juvéniles quittent le nid. Il arrive souvent qu’une couvée de remplacement ait lieu si la première a échoué, mais les secondes nichées sont rares. Le mâle défend avec agressivité les places d’alimentation situées dans son territoire.

Longévité et mortalitéModifier

Le plus vieux colibri à gorge rubis connu est une femelle qui a vécu 9 ans et un mois. Presque tous les oiseaux-mouches de 7 ans ou plus sont des femelles, les mâles survivent rarement plus de 5 ans. La haute mortalité des mâles est due à leur perte de poids importante durant la saison de reproduction car ils doivent défendre activement leur territoire, ce qui leur demande beaucoup d'énergie

 

Chants et appels

Enregistrement 1 :

CinémaModifier

Le personnage de Flit, dans le dessin animé Pocahontas, est un colibri à gorge rubis.

GalerieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Projet de recherche sur le Colibri à gorge rubis au Québec