Ouvrir le menu principal

Colette Sénami Agossou Houeto

écrivain et éducatrice béninoise

Colette Sénami Agossou Houeto (née en 1939 à Porto-Novo) est une enseignante, une poète, une féministe, et une ministre béninoise.

ParcoursModifier

Elle effectue des études supérieures en Europe, à l'université de Strasbourg et puis à l'université Louis-et-Maximilien de Munich, ainsi qu’à Aix-en-Provence.

Revenue au Bénin, elle y est tout d’abord enseignante, professeur d’allemand, puis directrice de l'Institut national de formation et de recherche en éducation de 1977 à 1981. Elle écrit également un volume de poésie, publié en 1981, où elle exalte la lutte de libération du colonialisme, et les droits des femmes. De 1986 à 1991, elle travaille à la Banque africaine de développement (BAD) sur la participation des femmes au développement[1],[2],[3]. Puis elle travaille pour l’UNICEF dans le secteur de l’éducation, au bureau de Ouagadougou de cette organisation internationale, jusqu’en 2000[4].

Nommée ministre béninoise des Enseignements primaire et secondaire en avril 2006, elle est limogée en août de la même année pour avoir voulu imposer son choix de directeur de cabinet contre l’avis du président de la République, Thomas Boni Yayi. « Ce n’est pas à 67 ans qu’on apprend à faire des courbettes », précise-t-elle[5].

Principales publicationsModifier

  • L'Aube sur les cactus. Porto-Novo: INFRE, 1981. Poésie

RéférencesModifier

  1. Jean-Marie Volet, « Colette Senami Agossou Houeto », Université d'Australie-Occidentale,‎ (lire en ligne)
  2. Adrien Huannou, Anthologie de la littérature féminine d'Afrique noire francophone, Éditions Bognini, (lire en ligne), « Colette Sénami Agossou Houeto (Bénin) », p. 277-283
  3. Adrien Huannou, La littérature béninoise de langue française: des origines à nos jours, Éditions Karthala, , p. 270
  4. « Décoration à la Grande Chancellerie de l’Ordre National du Bénin. Quatre figures de renommée de l’Education faites ‘’Commandeur’’. Qui est Colette Agossou Houeto ? », Educ'Action,
  5. « Colette Houeto limogée pour avoir imposé son directeur de cabinet », Panapress,‎ (lire en ligne)