Ouvrir le menu principal

Classe Mini
Image illustrative de l’article Classe Mini
Mini 6.50 (FRA 435) en entraînement dans la baie de La Rochelle
Symbole de classe
Symbole de classe
Équipage
Équipage 1 ou 2
Caractéristiques techniques
Longueur 6,50 m max.
Maître-bau 3 m max.
Tirant d'eau 2 m max.

La classe Mini est l'association française qui réunit les utilisateurs d'un type de bateau à voile (monocoque de régate), appelé "Mini" dont la taille est limité à 6,50m. Ces petits bolides sont utilisés lors de courses au large et notamment pour la Mini Transat ou Transat 6.50 suivant les années. La classe Mini se partage entre bateaux de série et prototypes.

HistoireModifier

La classe Mini est née suite à l'organisation de la première Mini Transat en 1977 : cette nouvelle course au large en solitaire, créée par l'anglais Bob Salmon en réaction à la débauche de moyens des grandes courses traditionnelles, permet à des petits bateaux de 6,50 m maximum de traverser l'Atlantique en solitaire. La Transat est nommée Mini Transat pour faire référence à la très petite taille des bateaux engagés.

Article détaillé : Transat 6.50.

Progressivement, à mesure que les courses en voilier 6.50 se multiplient, les skippers s'organisent et créent en 1984 l'association loi de 1901 « Voiles 6,50 », qui regroupe les coureurs, définit les règles de jauge et organise le circuit des Mini : Mini-Transat (future Transat 6.50), Mini-Fastnet, Mini-Max, Transgascogneetc. L'association « Voiles 6,50 » est affiliée à la Fédération française de voile.

En 1994, l'association se scinde en deux entités : l'organisation des courses reste à « Voiles 6,50 », tandis que la gestion sportive est confiée à la classe Mini.

FonctionnementModifier

La classe Mini rassemble en 2009 environ 500 adhérents, dont une grande majorité de coureurs. Les adhérents sont tant des professionnels de la course au large que des amateurs.

Le conseil d'administration comporte onze membres, majoritairement coureurs ou anciens coureurs. L'association fixe les règles de course, les règles de sécurité et de jauge. Elle veille également à conserver les valeurs et spécificités de la course en 6.50.

Les bateauxModifier

Les bateaux de la classe Mini se partagent entre prototypes et bateaux de série. Généralement, les courses ont deux classements, un pour chaque type de bateau.

Les bateaux de série sont homologués lorsque, en plus de satisfaire à toutes les spécificités de la jauge Mini, ils proviennent d'une série de dix bateaux strictement identiques produits par le même maître d'œuvre et que le chantier de construction a été visité par des représentants de la classe Mini[1].

Les prototypes sont des bateaux satisfaisant aux exigences de la jauge, mais qui peuvent être améliorés et modifiés pour améliorer leurs performances. Cette ouverture à l'innovation a fait de la classe Mini un laboratoire constant des innovations en matière de course au large. De nombreuses améliorations des bateaux de la course au large en général (mâts en carbone, quilles pendulaires etc) ont été testées sur des minis avant d'être ensuite appliquées aux plus gros voiliers.

Types de bateaux de sérieModifier

 
Un 6.50 de série « Pogo » au départ de la Transat 6.50 (2009)
  • Coco, construit par le chantier Archambault (Vienne), architecte Philippe Harlé, depuis 1985 (105 exemplaires)
  • Pogo 6.50 ou Pogo 1, construit par le chantier Pogo Structures (Finistère), architecte Pierre Rolland, 1994-2002 (125 exemplaires)
  • Super Calin 6.50, construit par le chantier Magnan, architecte Jean-Pierre Magnan, depuis 1997
  • Naus, construit par le chantier Disegno Contrario, architecte Zancope, depuis 2000
  • Mistral 6.50, construit par le chantier AMC Marine, architecte Joubert & Nivelt, depuis 2002
  • Pogo 2 ou Finot Pogo, construit par le chantier Pogo Structures (Finistère), architecte Jean-Marie Finot, depuis 2003
  • Dingo 1, construit par le chantier Marée Haute (Finistère), architecte Pierre Rolland, depuis 2004
  • Tip Top 650, construit par le chantier Voiliers Bepox, architecte Sam Manuard Yacht Design, depuis 2005
  • Estarellas Zéro
  • Nacira 650, construit par le chantier FR Boating (France), architecte Alexis Muratet, 2007-2012 (18 exemplaires)
  • Azimut Ginto, construit par le chantier Azimut (Italie), architecte Sébastien Magnen, depuis 2007
  • Dingo 2 (ou D²), construit par le chantier Marée Haute (Finistère), architecte Pierre Rolland, depuis 2008
  • RG 650, construit par le chantier RioTecna (Argentine), architecte G Yacht Design, depuis 2011
  • Argo 650, construit par le chantier Andrés Durán Yachting S.L, architecte Marc Lombard, depuis 2012
  • Ofcet 6.50, construit par le chantier ofcet (Charente-Maritime), architecte Etienne Bertrand, depuis 2014 (17 exemplaires)
  • Pogo 3 ou Verdier Pogo, construit par le chantier Pogo Structures (Finistère), architecte Guillaume Verdier, depuis 2014
  • Maxi 6.50, construit par le chantier IDB Marine (Finistère), architecte David Raison, depuis 2018
  • Vector 6.5, construit par le chantier Yacht Service (Pologne), architecte Etienne Bertrand, depuis 2018

Principaux architectes de prototypes[2]Modifier

 
Un prototype plan Canivenc (2006)
  • Jean Berret (15 prototypes)
  • Groupe Finot (20 prototypes)
  • Marc Lombard (8)
  • Paul Lucas (11)
  • Jean Pierre Magnan (8)
  • Sébastien Magnen (6)
  • Sam Manuard (18)
  • Pierre Rolland (30)
  • Étienne Bertrand (8)

Les bateaux de la classe Mini sont référencés selon trois critères : le numéro de coque, le numéro de voile et la référence de l'architecte[3].

Notes et référencesModifier

  1. Jauge de la Classe Mini
  2. Liste des architectes de mini
  3. (fr) (en) « Histoire des Minis », sur www.histoiredeshalfs.com, (consulté le 10 septembre 2009)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externes Modifier