Classe Argo

Classe Argo
Image illustrative de l'article Classe Argo
Profil de la Classe Argo.
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin de moyenne croisière
Longueur 63,145 m
Maître-bau 6,899 m
Tirant d'eau 4,459 m
Déplacement En surface: 809,798 tonnes
En immersion: 1 018,732 tonnes
Propulsion 2 moteurs Diesel FIAT
2 moteurs électriques CRDA
2 hélices
Puissance Moteurs Diesel: 3 000 cv (2 200 kW)
Moteurs électriques: 800 cv (588 kW)
Vitesse 14 nœuds (25,9 km/h) en surface
8 nœuds (14,8 km/h) submergé
Profondeur 100 m
Caractéristiques militaires
Armement 6 tubes lance-torpilles (4 à l'avant et 2 l'arrière) de 533 mm
8 torpilles
1 canon de pont de 100 mm OTO 100/47
2 mitrailleuses anti-aériennes Breda Model 1931 de 13,2 mm
Rayon d’action En surface: 10 176 milles nautiques (18 846 km) à 8,5 nœuds
En immersion: 100 milles nautiques (190 km) à 3 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 4 officiers, 36 sous-officiers et marins
Histoire
Constructeurs Cantieri Riuniti dell'Adriatico (CRDA), Monfalcone - Italie
A servi dans Flag of Italy (1861-1946) crowned.svg Regia Marina
Période de
construction
1936
Période de service 1937–1943
Navires construits 2
Navires perdus 1
Navires démolis 1

La classe Argo est une classe de 2 sous-marins de moyenne croisière construits pour la Regia Marina ayant servi pendant la Seconde Guerre mondiale.

Tous les sous-marins de cette classe ont été construit par le chantier naval Cantieri Riuniti dell'Adriatico (CRDA) de Monfalcone en Italie.

Les unités, initialement commandées par la marine portugaise, ont été achetées par la marine italienne lors de la construction en 1935[1]. C'étaient des unités solides avec de bonnes performances, prises comme modèle pour développer la classe Tritone[1].

Conception et descriptionModifier

Les sous-marins de la classe Argo déplaçaient 809,798 tonnes en surface et 1 018,732 tonnes en immersion. Les sous-marins mesuraient 63,15 mètres de long, avaient une largeur de 6,9 mètres et un tirant d'eau de 4,46 mètres. Leur équipage comptait 40 à 46 officiers et hommes d'équipage[2].

Pour la navigation de surface, les sous-marins étaient propulsés par deux moteurs diesel FIAT de 750 chevaux (559 kW), chacun entraînant un arbre d'hélice. En immersion, chaque hélice était entraînée par un moteur électrique CRDA de 400 chevaux-vapeur (298 kW). Ces moteurs électriques étaient alimentés par une batterie d'accumulateurs au plomb composée de 108 éléments. Ils pouvaient atteindre 14 nœuds (26 km/h) en surface et 8 nœuds (15 km/h) sous l'eau. En surface, la classe Argo avait une autonomie de 10 176 milles nautiques (18 846 km) à 8 noeuds (15 km/h); en immersion, elle avait une autonomie de 100 milles nautiques (190 km) à 3 noeuds (5,6 km/h)[3].

Les sous-marins étaient armés de six tubes lance-torpilles internes de 53,3 centimètres (21 pouces), quatre à l'avant et deux à l'arrière, pour lesquels ils transportaient un total de 10 torpilles. Ils étaient également armés d'un seul canon de pont de 100 millimètres OTO 100/47, à l'avant de la tour de contrôle, pour le combat en surface. L'armement antiaérien léger était constitué de deux mitrailleuses Breda Model 1931 de 13,2 mm[2].

Navires de la classeModifier

Navire Lancement Mis en service Fait
Argo 24 novembre 1936 31 août 1937 Sabordé le 11 septembre 1943, récupéré par les allemands comme barge, puis démoli après guerre.
Velella 18 décembre 1936 31 août 1937 Coulé par le sous-marin HMS Shakespeare (P221) le 7 septembre 1943.

HistoriqueModifier

ArgoModifier

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été employé à la fois en Méditerranée, où il a effectué 14 missions offensives et 17 missions de transfert, et dans l'Atlantique (de septembre 1940 à octobre 1941), où il a accompli un total de cinq missions de guerre.

Il a remporté quelques succès, comme le naufrage dans l'Atlantique du navire à moteur Silverpine (5 066 tonneaux de jauge brute ou tjb) et en Méditerranée du navire antiaérien Tynwald (2 376 tjb) et du navire à moteur Awatea (13 482 tjb), mais déjà réduit à l'état d'épave par des attaques aériennes, ainsi que les graves avaries, dans l'Atlantique, du destroyer NCSM Saguenay (D79).

Après l'armistice du 8 septembre 1943 (armistice de Cassibile), il a sabordé à Monfalcone. Récupéré par les Allemands et utilisé comme bettolina, il a été mis au rebut après la guerre.

VelellaModifier

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, son activité de guerre a été très similaire à celle de son navire-jumeau (sister ship): il a opéré à la fois en Atlantique (de novembre 1940 à août 1941), avec 4 missions, et en Méditerranée, avec 17 missions offensives et 14 missions de transfert.

Il n'a pas obtenu de résultat concret, même si dans l'Atlantique il aurait pu toucher un pétrolier de 7 000 tjb et un vapeur de 3 200 tjb.

Le 7 septembre 1943, il est torpillé par le sous-marin HMS Shakespeare (P221) au large de Punta Licosa et coula avec tout son équipage.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Giorgio Giorgerini, Uomini sul fondo. Storia del sommergibilismo italiano dalle origini ad oggi, pag. 162
  2. a et b Chesneau, p. 308
  3. Bagnasco, p. 157

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Erminio Bagnasco, Submarines of World War Two, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-962-6)
  • (en) Conway's All the World's Fighting Ships 1922–1946, Greenwich, UK, Conway Maritime Press, , 456 p. (ISBN 0-85177-146-7)
  • (en) Jürgen Rohwer, Chronology of the War at Sea 1939-1945 : The Naval History of World War Two, Annapolis, Maryland, Third Revised, , 532 p. (ISBN 1-59114-119-2)
  • (it) Giorgio Giorgerini, Attacco dal mare. Storia dei mezzi d'assalto della marina italiana, Mondadori, 2007, (ISBN 978-88-04-51243-1).
  • (it) Giorgio Giorgerini, Uomini sul fondo. Storia del sommergibilismo italiano dalle origini ad oggi, Milan, Mondadori, 1994, (ISBN 88-04-33878-4).

Liens externesModifier