Citroën Acadiane

automobile

Citroën Acadiane
Citroën Acadiane

Marque Citroën
Années de production 1978 - 1987
Production 253 393 exemplaire(s)
Classe Utilitaire léger
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) Moteur boxer bicylindre:
602 cm3
Puissance maximale 31 ch (22,8 kW)
Transmission Traction avant
Boîte de vitesses Manuelle 4 rapports, identique Dyane 6 AYCB et ami 8
Poids et performances
Poids à vide 680 kg
Vitesse maximale 100 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Fourgonnette 2,27 m³
Châssis Cabine avant Dyane
Dimensions
Longueur 4 030 mm
Largeur 1 500 mm
Hauteur 1 825 mm
Empattement 2 535 mm
Volume du coffre 2 270 dm3
Chronologie des modèles

L'Acadiane est un petit véhicule utilitaire de charge utile 475 kg produit par Citroën. Il est dérivé de la Dyane et remplace la 2 CV fourgonnette à partir de mars 1978 jusqu'en 1987.

Son nom, qui est un clin d'œil à un territoire de Louisiane, est né de l'association de Dyane et de AK (dénomination des fourgonnettes chez Citroën). Elle est l'ultime représentante d'une lignée de fourgonnettes qui commence avec le lancement de la 2 CV AU en mars 1951. L'Acadiane (type AY CD) concurrence les fourgonnettes Renault 4 F4 et F6.

CaractéristiquesModifier

 
Une Acadiane en France

Équipée dès le début du « moteur boxer bicylindre » développant 31 ch DIN type M28/1 en variante AM2A, elle atteint une vitesse de 100 km/h grâce à une aérodynamique plus favorable que la 2 CV fourgonnette AKS 400. Le freinage est amélioré : les freins avant sont désormais à disques.

L'Acadiane, dont la plateforme dérivée des 2CV est allongée de 0,135 mètre pour un empattement de 2,535 mètre au lieu de 2,400 mètre pour toutes les autres petites Citroën dérivées de la 2CV, reprend peu ou prou la partie postérieure de la 2 CV AKS 400 avec 66dm3 de volume de chargement en plus et dispose d’une charge utile de 480kg. Elle se distingue à l'arrière par les butoirs en caoutchouc, des charnières invisibles et les feux des camionnettes Peugeot 404, 504 et Peugeot J7 de seconde génération. Elle est équipée en série de vitres arrière latérales. La cellule avant est identique à celle des berlines Dyane, excepté le pare-chocs gris au lieu de chromé, la hauteur du toit et bien sûr l'absence de système de capotage. En progrès par rapport à la 2 CV, l'intérieur de la cabine possède un tableau de bord repris de la Dyane avec aérateurs orientables et cendrier, un siège passager escamotable (en option), un réglage des sièges permettant un recul de 10 cm en plus, des ceintures à enrouleurs, des panneaux de portes avec accoudoirs et vide-poches en skaï, ainsi que des vitres descendantes comme sur toutes les Dyane fabriquées en Espagne. Dans ce pays où elle est construite, à Vigo, à compter de 1978 et au Portugal, l'Acadiane est commercialisée sous l'appellation « Dyane 400 ». Une version baptisée Mixta équipée d'une banquette arrière et d'un siège passager basculant verra le jour et sera également vendue au Benelux.

Pour le millésime 83 en juillet 1982, des sigles arrière en relief noir remplacent les autocollants gris. En février 1982 le capot perdait sa casquette de grille d'aération et les manivelles de vitres issues des ID furent remplacées par d’autres rappelant celles de la GS en janvier 1981 . Les modèles 1978 ont été équipés d'un voyant de feux de route, portant le total des voyants à 5 (comme les Méhari 4x4). Dès l'année suivante, ce voyant bleu disparaîtra et les Acadiane n'auront plus que 4 voyants de tableau de bord, jusqu'à la fin de fabrication. À noter que les modèles sortis de chaîne de à sont équipés de raccords de freinage en 10 mm (étriers, maître-cylindre, et cylindres de roues) puis seront standardisés en 8 mm, jusqu'à fin de fabrication. Octobre 1979 verra l’adoption d’un limiteur de freinage arrière. Le logement de roue de secours des modèles 1978 ne comporte pas de plancher et les panneaux latéraux possèdent une encoche dans le bossage pour permettre le passage du cric. Pendant toute sa carrière, elle conservera le volant Quillery en plastique noir à deux branches, commun avec la 2cv6 Spécial ainsi que le garnissage des sièges en skaï noir. Jusqu'à la fin de fabrication, elle ne connaîtra plus aucun changement et survivra plus de 4 ans à la berline dont elle est issue.

La finModifier

En 1984, Citroën lance la fourgonnette C15 bien plus moderne et avec l'avantage d'une motorisation diesel. L'Acadiane, avec son faible moteur essence, est rapidement dépassée. En conséquence, sa production ne tarde pas à s'effondrer, malgré des prix inférieurs de 10 000 francs par rapport au C15. À l'été 1987, l'Acadiane, qui n'existait plus qu'en beige Atlas (référence ECF), n'est plus fabriquée. Toutefois, elle est vendue sur stock jusqu'en avril 1988 alors que la Dyane a disparu depuis juin 1983.

Les ventes de l'Acadiane paraissent faibles comparées à celles des 2 CV fourgonnettes AU, AZU et AK vendues à 1 250 000 unités. Cependant, elles ont été satisfaisantes pour un véhicule dont l'origine de la conception remontait à plusieurs décennies, et qui a subi la concurrence interne du C15 sur ses trois dernières années de production.

ProductionModifier

 
Dyane 400 espagnole

La production totale d'Acadiane, tous pays confondus, est de 253 393 unités. Ci-dessous, le détail année par année :

Année Production
1977 141
1978 37 787
1979 49 679
1980 45 438
1981 30 881
1982 36 054
1983 20 377
1984 12 756
1985 8 429
1986 7 915
1987 3 936

CouleursModifier

L'Acadiane fut produite essentiellement en beige (Impala (1983 à 1985), Nevada (1978 à 1981), Colorado (1980 à 1984) et enfin Atlas (1985 à 1987)), en bleu (Myosotis (1977 à 1979), Uzès (1985 à 1988), Céleste (1987), Azurite (1980 à 1982) et Lagune (1974 à 1984)) et en blanc (Alaska (1978 à 1984) et Meije (1978 à 1987)). En Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas d'autres nuances sont également diffusées (jaune, vert et rouge).

Conception particulièreModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier