Ouvrir le menu principal

Citadelle de Cambrai

citadelle à Cambrai (Nord)
Article connexe : Fortifications de Cambrai.
Citadelle de Cambrai
Cambrai - Cameracvm vulgo Cambray - Kamerijk (Atlas van Loon).jpg
Plan de la ville datant de 1649
Présentation
Type
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte du Nord
voir sur la carte du Nord
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La citadelle de Cambrai fut fondée par Charles Quint à l'emplacement de "l'Abbaye du Mont-des-Bœufs" où était inhumé saint Géry à Cambrai (Nord).

Cette citadelle connut la Guerre des Flandres de 1656 à 1677, date à laquelle Louis XIV et Vauban la prirent des mains du comte de Fuentes.

Sa porte a été classée monument historique en 1932[1].

OriginesModifier

La citadelle est bâtie sur le point le plus haut de la ville: le "Mont des Bœufs". C'est à cet endroit que saint Géry fonda l'église Saint Loup et Saint Médard qui devait devenir plus tard un lieu de pèlerinage autour de son propre tombeau. Pendant tout le Moyen Âge, cette abbaye participa à la renommée de Cambrai.

La constructionModifier

Charles Quint voulait s'imposer sur les territoires neutres entre le Royaume de France et son territoire. Il voulut alors bâtir une citadelle à Cambrai. Il fit venir des architectes italiens et décida de sacrifier l'Abbaye du Mont-des-Bœufs. Celle-ci et des centaines de maisons furent abattues pour laisser place à la forteresse formée par un quadrilatère et terminée par quatre bastions.

Les apports françaisModifier

Après la prise de la ville par les Français en 1677, Louis XIV confia à Vauban l'amélioration de la citadelle. Celui-ci ajouta des demi-lunes, des redoutes, améliora les bastions et fit ajouter des talus pour permettre une meilleure défense de la place.

Le démantèlementModifier

Lors du démantèlement des fortifications à la fin du XIXe siècle, la citadelle ne fut pas épargnée. La quasi-totalité des structures entourant l'endroit furent abattues ou enterrées. Aujourd'hui, la citadelle est amputée de ses bastions, et la plupart des bâtiments de caserne n'ont pas survécu.

Notes et référencesModifier