Ouvrir le menu principal

Citadelle de Bayonne

citadelle à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)

Citadelle de Bayonne
Image illustrative de l’article Citadelle de Bayonne
La citadelle, sa porte royale et ses glacis,
vue depuis l'Adour
Type Citadelle
Architecte Vauban
Fin construction fin du XVIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1929)
Coordonnées 43° 29′ 53″ nord, 1° 28′ 25″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Province / Pays (territoire) Labourd / Pays basque
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Commune Bayonne

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Citadelle de Bayonne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Citadelle de Bayonne

La citadelle de Bayonne, baptisée « Citadelle général Georges-Bergé » le 15 septembre 1999, est un ouvrage fortifié dessiné par Vauban en 1680 et construit à la fin du XVIIe siècle, à la demande de Louis XIV qui désirait fortifier la ville de Bayonne.

PrésentationModifier

 
Plan de Bayonne par Vauban en 1680 : Détail de la Citadelle

Elle est construite au nord de l'Adour sur une colline surplombant le quartier de Saint-Esprit.

Depuis le 12 octobre 1929, elle est inscrite aux monuments historiques de France[2]. Elle fait partie des 22 monuments inscrits et/ou classés de Bayonne.

La citadelle comprend un carré de 480 mètres de côté avec quatre grands bastions à orillons, trois demi-lunes, des tenailles dans les fossés des courtines pour faciliter les sorties.

Actuellement, la Porte de l'Adour dite Porte Royale est fermée, son ancien poste de garde abrite des bureaux. La Porte de Secours sur la façade nord est désormais la seule entrée.

Après avoir été une prison sous la Révolution française et le Premier Empire, la citadelle est redevenue un camp militaire pour différents régiments. Le 1er RPIMa y tient garnison depuis la création de celui-ci en 1960.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier