Ouvrir le menu principal

Chronologie des houillères de Ronchamp

La chronologie des houillères de Ronchamp rassemble toutes les dates qui ont marqué l'histoire des houillères de Ronchamp et de l'après-mine.

XVIIIe siècleModifier

XIXe siècleModifier

 
Le puits Saint-Louis.

XXe siècleModifier

 
Le puits Arthur-de-Buyer.
 
Le musée de la mine Marcel-Maulini.

XXIe siècleModifier

 
La galerie Datout en 2012.
  • 2001, six membres des amis du musée de la mine (AMM) aménagent l'entrée du fonçage Robert. La descente est désormais possible sur une quinzaine de mètres puis une grande grille permet d'admirer les vieux boisages[11].
  • 2002, un bas-relief rendant hommage au travail des mineurs est installé par Agnès Descamps sur un bâtiment de la place de l'église.
  • 2005, le mémorial de la mine représentant tous les puits de Ronchamp est construit[11].
  • 2007 et 2008, le puits de l’Étançon connait de nombreux aménagements[12].
  • 2008, le plan Grisey no III est aménagé pour la seconde fois, les vieux madriers de soutien sont remplacés par des nouveaux et l'entrée est réaménagée avec des pierres[11].
  • , les clauses de l’acte de donation de la collection du musée de la mine sont levées par un acte notarié et maintenant il est possible de la faire évoluer[13].
  • 2010, à la galerie 780, une grille plus grande est installée dans la maçonnerie reconstruite. À l'intérieur le boisage est aménagé sur une vingtaine de mètres avec deux berlines[11].
  • , les abords du puits Sainte-Marie sont valorisés dans le cadre d'un chantier international de jeunesse[14].
  • 2011 et 2012, la galerie Datout est aménagée, un mur en pierre est édifié et une grande grille permet de voir les cadres métalliques[11].
  • Septembre 2012, un monument décoratif rendant hommage aux premiers travaux miniers est construit à proximité de l'ancien puits Saint-Louis[15].
  • 2012 et 2013, la galerie Dubois est ouverte par une tranchée, puis est aménagée avec un tuyau d'accès en béton dont l'entrée est cadenassée. Elle est ensuite aménagée de façon similaire à la galerie Datout[16]. Les mêmes années, la grande rigole d'écoulement est découverte à proximité de l'ancienne décharge, puis est aménagée[17],[18]. L'entrée de la galerie 780 est davantage sécurisée grâce à des boisages[11] et des capteurs sismiques y sont installés ainsi qu'à la galerie Dubois[19].
  • 2018 : réhabilitation du sentier des affleurements de l'Étançon et du circuit des cités ouvrières.
  • Horizon 2021, restructuration et agrandissement du musée de la mine Marcel-Maulini[20].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Jacques Parietti, Les Houillères de Ronchamp vol. I : La mine, Éditions Comtoises, (ISBN 2-914425-08-2).  
  • Jean-Jacques Parietti, Les Houillères de Ronchamp vol. II : Les mineurs, fc culture & patrimoine, (ISBN 978-2-36230-001-1).  
  • Jean-Jacques Parietti, Les dossiers de la Houillère 1 : Le puits Sainte Marie, Association des amis du musée de la mine, 1999 (1) (lire en ligne)
  • Jean-Jacques Parietti, Les dossiers de la Houillère 2 : Le puits Arthur de Buyer, Association des amis du musée de la mine, 1999 (2) (lire en ligne)
  • Jean-Jacques Parietti, Les dossiers de la Houillère 3 : Le puits Saint Charles, Association des amis du musée de la mine, 1999 (3) (lire en ligne)
  • Jean-Jacques Parietti, Les dossiers de la Houillère 4 : Le puits d'Eboulet, Association des amis du musée de la mine, 1999 (4) (lire en ligne).  
  • Jean-Jacques Parietti, Les dossiers de la Houillère 5 : Le puits du Magny, Association des amis du musée de la mine, 1999 (5)