Ouvrir le menu principal

Chaudun (Hautes-Alpes)

ancienne commune française des Hautes-Alpes
Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune homonyme de l'Aisne, voir Chaudun.

Chaudun
Chaudun (Hautes-Alpes)
L'ancien village de Chaudun aux environs de 1880
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Hautes-Alpes
Arrondissement Gap
Canton Gap-4
Commune Gap
Statut Commune supprimée
Démographie
Population 98 hab. (1891)
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 36″ nord, 6° 01′ 15″ est
Historique
Date de fusion 1895
Commune(s) d’intégration Gap
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte administrative des Hautes-Alpes
City locator 15.svg
Chaudun

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

Voir sur la carte topographique des Hautes-Alpes
City locator 15.svg
Chaudun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Chaudun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Chaudun

Chaudun est une localité de Gap et une ancienne commune française, située dans le département des Hautes-Alpes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Elle est englobée dans le territoire de Gap depuis son rattachement en 1891.

SituationModifier

Chaudun occupait le vallon supérieur du Petit Buëch, au sud-est du massif du Dévoluy. Le village, situé entre 1300 et 1350 mètres d'altitude, se trouvait à la jonction des ruisseaux formant le Petit Buech, au centre d'un large vallon de forme circulaire —le « cirque de Chaudun »—, ceinturé de sommets dépassant les 2000 mètres, dont le Pic de Gleize à l'est.

Les accès à Chaudun sont particulièrement limités et difficiles, surtout en hiver : de Rabou, il faut remonter le défilé du Buech ou monter depuis la Rivière au col de Chabanottes (alt. 1664 m.) puis redescendre ; de Saint-Étienne-en-Dévoluy il faut passer le col de Rabou (1884 m.), du Noyer ou de Poligny le col de Chétive (1800 m.) — tous itinéraires exclusivement pédestres, souvent impraticables. Seul accès carrossable (sauf en hiver) : la route forestière depuis le col Bayard, par le col de Gleize (1696 m.), le col du Milieu et le col de Chabanottes.

HistoireModifier

Chaudun était connu comme Caudunum ou Chaudunum à la fin du XIIe siècle[1].

Au Moyen Âge, la paroisse de Chaudun faisait partie de l'archiprêtré de Gap. Au début de l'époque moderne, Chaudun constituait avec Rabou un mandement unique relevant de la châtellenie de Montalquier (Gap). Au XVe siècle, le Dauphin Louis II rattacha Chaudun au vibailliage de Gap.

Son église était dédiée à Saint Jacques. Reconstruite au XIXe siècle, la nouvelle paroisse fut dédiée à Notre-Dame[2].

Le village comptait 160 habitants en 1790[3], 127 en 1882[4]. Chaudun vivait quasiment en autarcie. Le vallon au-dessus du village était propice à quelques cultures et surtout au pâturage du bétail, mais Chaudun pâtissait de son isolement et de l'extrême difficulté des communications. On raconte qu'une jeune fille du village, envoyée chercher un médecin en hiver pour sa grand-mère, mourut en route. Une plaque commémorative est visible au bord du chemin du col de Gleize.

Découragés par la difficulté de vivre en ce lieu inhospitalier, les habitants de Chaudun offrirent à l'État de lui vendre leurs terres. La vente eut lieu en 1895 pour une somme de 186000 francs-or[5]. Une fois l'acte conclu, tous les habitants durent quitter le village, plusieurs émigrèrent, et le territoire de la commune vide d'habitants fut annexé à celui de Gap, qui lui était contigu au sud-est. L'église était encore debout dans les années 1930[6].

AdministrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         

DémographieModifier

Évolution démographique de Chaudun
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
168174176146167134137135125
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 -
11910712311712712611298-
Avant 1962 : Habitants.
(Sources : EHESS[7])

Histogramme
(élaboration graphique par Wikipédia)

 

ActualitéModifier

Le site est aujourd'hui géré par l'Office national des forêts, qui y a reconstruit deux maisons, dont il a fait une maison forestière et un gîte d'étape ouvert au public[8].

Chaudun est aujourd'hui un site de promenade ou d'excursion. La route forestière partant du col de Gleize est interdite à la circulation automobile mais facile pour les piétons. Des panneaux explicatifs sont posés à l'entrée. Par ailleurs, le sentier de grande randonnée GR 93 traverse le cirque du nord (col de Chétive) au sud-ouest (défilé du Buech) en passant par l'ancien village. Un « sentier de ronde » s'embranche sur la route forestière avant le col de Chabanottes, et fait le tour du cirque à mi-hauteur, rejoignant le GR sous le col de Chétive.

D'autres photos du site de Chaudun sur Wikimedia Commons

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Joseph Roman, Dictionnaire topographique du département des Hautes-Alpes, Imprimerie nationale, Paris, 1884, rééd. Lacour, Nîmes, 2000, (ISBN 2-84406-757-3).
  • Joseph Roman, Répertoire archéologique du département des Hautes-Alpes, 1888, rééd. Res Universalis, Paris, 1991, (ISBN 2-87760-716-X), (ISSN 0993-7129).
  • Adolphe Joanne, Dictionnaire des communes du département des Hautes-Alpes, rééd. par les éditions du Bastion, in Les Hautes-Alpes, 1992, (sans ISBN).
  • Richard Duchamblo, HistoireS de notre ville, Gap, ses hommes, ses rues, librairie des Hautes-Alpes, Gap, 1994, (ISBN 2-909956-10-5).
  • Robert Faure, dit Faure de Prégentil, Encyclopédie du Champsaur, imp. LouisJean, Gap, 2005, (ISBN 2-909956-49-0).

À lire aussi: "Le destin brisé d'un village français", de Pierre Bussière, éd. TDO. (ISBN 978-2-36652-228-0)

Notes et référencesModifier

  1. Roman, Dictionnaire, p. 37.
  2. Roman, Répertoire, p.102
  3. Duchamblo, HistoireS, p. 114
  4. Joanne, Dictionnaire, p. 90 ; Roman (Répertoire, p. LVII) en dénombre 126 en 1884.
  5. Faure, Encyclopédie, p. 138.
  6. R.Duchamblo, HistoireS, p. 114.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Chaudun », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 10 avril 2016)
  8. Le gîte de Chaudun sur le site de l'ONF