Description de cette image, également commentée ci-après
Jeu de Chatrang iranien en céramique du XIIe siècle. New York Metropolitan Museum of Art.
Données clés
Format plateau
Mécanisme stratégie combinatoire abstrait
Joueur(s) 2
Durée annoncée 10 minutes ou plus
habileté
physique

 Non
 réflexion
décision

 Oui
générateur
de hasard

 Non
info. compl.
et parfaite

 Oui

Le Chatrang ou Shatranj (persan : شَطْرَنْج) est considéré comme l'ancêtre du jeu d'échecs. Il est la version perse du jeu indien Chaturanga. À moins que ce ne soit le contraire car, à ce jour, les plus anciennes traces que l'on ait des échecs sont les mentions dans trois textes épiques perses[1], notamment le Wizârišn î chatrang ud nihišm î nêw-ardaxšîr (« l'explication des Échecs et l'invention du Nard », texte appelé aussi Mâdayân î chatrang ou encore Chatrang nâmag, « Le livre des échecs ») écrit probablement au VIe siècle[2].

RèglesModifier

  a b c d e f g h  
8                 8
7                 7
6                 6
5                 5
4                 4
3                 3
2                 2
1                 1
  a b c d e f g h  
Chatrang: Position de départ des pièces
Pièces de Shatranj
   Chah (Roi)
   Farzin (Conseiller)
   Roukh (Char ou Tour)
   Pīl (Eléphant)
   Faras (Cavalier)
   Baidaq (Pion)

Les règles du Chatrang sont très similaires aux échecs modernes. Le jeu se joue sur un plateau monochrome. La position initiale des pièces est la même qu'aujourd'hui, à l'exception près que la position du roi n'est pas fixée en fonction de sa couleur mais par les joueurs.

Le jeu se joue avec les pièces suivantes:

  • le roi (Châh, c'est lui qui donne son nom au jeu) se déplace d’un pas dans toutes les directions ;
  • le conseiller (Farzin ou Vizir) dont le mouvement est limité à une seule case en diagonale ;
  • l’éléphant (Fil, cf. sanskrit pīlu qui donnera "fou") avec un déplacement correspondant à un saut de deux cases en diagonale ;
  • le cheval (Faras), identique au cavalier moderne ;
  • le char (Roukh), identique à la tour actuelle.
  • le soldat (Baidaq, cf. sanskrit padāti : piéton, fantassin), l’équivalent du pion, mais dépourvu du double pas initial. Le soldat est promu en conseiller lorsqu'il arrive sur la 8e rangée de son adversaire.
         
         
         
         
         
Déplacement du roi
         
         
         
         
         
Déplacement du conseiller
         
         
         
         
         
Déplacement du cavalier
         
         
         
         
         
Déplacement de l'éléphant
         
         
         
         
         
Déplacement du char
         
         
         
         
         
Déplacement du soldat noir
         
         
         
         
         
Déplacement du soldat blanc

TabbiyyaatModifier

Tabbiyya Mujannah–Mashaikhi

Les ouvertures au chatrang, appelées tabbiyya (en arabe : تَعبِّيّة?) (pluriel : tabbiyyat). Le déplacement de la plupart des pièces du chatrang étant lent, l'ordre des premiers coups est peu important. Les joueurs jouaient donc directement à partir de certaines tabbiyyat.

Les œuvres de Al-Adli et As-Suli comprennent une compilation de tabbiyyat, habituellement présentées sur un demi-échiquier, sans que ne soient proposées de séquence de coup y menant. En revanche certaines configurations ont été analysées en détail, comme par exemple la Mujannah–Mashaikhi.

Notes et référencesModifier

  1. Petite histoire des échecs Collection Jeux & Stratégie
  2. (it) Antonio Panaino, La novella degli Scacchi e della Tavola Reale. Un'antica fonte orientale sui due giochi da tavoliere più diffusi nel mondo eurasiatico tra Tardoantico e Medioevo e sulla loro simbologia militare e astrale, Mimesis, , 268 p.