Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Triton.

Triton géant

Charonia tritonis, communément nommé Triton géant, est un mollusque gastéropode prosobranche pectinibranche de grande taille et à longue coquille spiralée. Cette coquille est représentée aux lèvres des dieux marins à qui elle servait de trompe et est utilisée comme telle par des peuples de marins (voir aussi corne d'abondance). Il existe différentes sous-espèces de tritons : Charonia tritonis tritonis ou triton du Pacifique - triton conque (Linné 1758) et Charonia tritonis variegata ou triton de l'Atlantique (Lamarck 1816), aussi connu sous l’appellation Charonia tritonis sequenzae (Aradas & Benoit 1870) en Méditerranée.

Sommaire

DistributionModifier

Le Triton géant (Charonia tritonis tritonis) est répandu, bien que rare, dans toute la région Indo-Pacifique, Mer Rouge incluse[1]. Il est également présent au Sud-Est de la Floride, aux Antilles et au Brésil (Charonia tritonis variegata)[2].

DescriptionModifier

Comme tous les mollusques, les tritons possèdent un pied ventral musculeux, souvent cilié, qui joue un rôle dans la locomotion. Ils ont un manteau qui enveloppe la masse viscérale dorsale et qui sécrète la coquille composée principalement de carbonate de calcium. La coquille de la plupart des individus est dextre, c’est-à-dire que son enroulement se fait dans le sens des aiguilles d'une montre lorsqu’on la regarde par le sommet. Les adultes peuvent atteindre une taille exceptionnelle de 50 cm[3].

HabitatModifier

Le triton géant affectionne les récifs coralliens peu profonds et les zones sablonneuses[4].

AlimentationModifier

Carnassier, il se nourrit de mollusques, de crustacés et d'étoiles de mer, qu'il tue avec son aiguillon venimeux avant de les digérer entiers[5]. Il est notamment connu pour être un des seuls (et le principal) prédateurs de l'Acanthaster pourpre, espèce invasive d'étoile de mer venimeuse, prédatrice du corail[5]. Il est important de noter toutefois que cette Acanthaster ne constitue pas la proie principale du triton mais juste une proie potentielle qu'il mangera uniquement s'il la rencontre, préférentiellement les juvéniles. Étant donné qu'il met plus d'une semaine à digérer un seul individu, l'utilité de ce mollusque pour enrayer les invasions de plusieurs milliers d'étoiles est très faible.

 
Triton photographié à Guam.

MusiqueModifier

Au Japon, la coquille de ce mollusque est utilisée pour confectionner un instrument de musique traditionnelle appelé Horagai, nom vernaculaire du coquillage.

Dans les Îles Marquises, ce coquillage a été utilisé comme trompe de guerre, appelée « pu », il est décoré de cheveux humains et d'objets en os sculptés appelés « tiki ». Un exemplaire de pu est conservé au musée des Beaux-Arts de Dunkerque.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. http://eol.org/pages/403845/details#distribution
  2. Gert Lindner, Guides des coquillages marins. Plus de 1000 espèces des mers du monde., Paris, Delachaux et Niestlé, , 319 p. (ISBN 978-2-603-01821-7), p.226-227
  3. http://eol.org/pages/403845/details#diagnostic_description
  4. http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=2116
  5. a et b (en) Christopher Mah, « Snails that eat Starfish : Predation in the tropical Indo-Pacific », sur Echinoblog,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :