Ouvrir le menu principal

Charles de Merode (1824-1892)

politicien belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mérode.

Charles de Mérode
Illustration.
Portrait photogravé par Fabronius (Bruxelles)
Fonctions
Membre de la Chambre des représentants Drapeau de la Belgique
8e président du Sénat Drapeau de la Belgique
Prédécesseur Jules d'Anethan
Successeur Henri t'Kint de Roodenbeke-de Naeyer
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Everberg
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès Bruxelles
Nationalité belge
Parti politique Catholique
Diplômé de Université catholique de Louvain

Charles de Merode (1824-1892)

Charles Antoine Ghislain, comte de Mérode-Westerloo (né le , à Everberg - mort le , à Bruxelles), 10e marquis de Westerloo, 7e prince de Rubempré et 4e prince de Grimberghe, était un diplomate et un homme d'État belge de tendance catholique.

BiographieModifier

Charles de Mérode appartient à une illustre maison originaire de Rhénanie. Son grand-père paternel, également prénommé Charles (1762-1830), a été diplomate et homme d’État avant lui. Son père, Henri Marie Ghislain (1782-1847), est l’aîné de trois Mérode qui ont participé à la naissance de l’État belge : Félix (1791-1857), Frédéric (1792-1830) et Werner (1797-1840).

Ses noces avec la princesse Augustine Marie Nicolette d’Arenberg (1830-1905), fille de Pierre d’Alcantara Charles Marie (1790-1877) et d’Alix Marie Charlotte de Talleyrand-Périgord (1808-1842), ont été célébrées à Paris le [1].

De ce mariage sont nés trois enfants :

  • Alix Marie Thérèse Pie Ghislaine (1850-1922), épouse de Guillaume Louis Marie Casimir, comte de La Roche-Aymon (1851-1940) ;
  • Jeanne Charlotte Marie Thérèse Ghislaine (1853-1944), restée dans le célibat ;
  • Henri Charles Marie Ghislain (1856-1908), époux de Hedwige Constance Henriette Nathalie de Croÿ (1863-1957).

Grand propriétaire terrien, le comte de Mérode passe l’été dans son château de Westerlo, commune dont il est le bourgmestre de 1879 à sa mort et à la tête de laquelle lui succèdera son fils.

Sa carrière à l’échelle nationale débute avec une mission de ministre plénipotentiaire en Espagne accomplie au temps de sa jeunesse. En 1850, il est élu représentant de l’arrondissement de Turnhout. Il devient ensuite sénateur et préside la chambre haute de 1885 à 1892.

Grand d’Espagne de première classe et grand cordon de Charles III dans ce pays[2], le comte de Mérode est fait ministre d’État le 9 juin 1890.

RéférencesModifier

  1. Henri FREBAULT notice « Charles Antoine Ghislain de Mérode » sur GeneaNet.
  2. Charles POPLIMONT, La Belgique héraldique (…), t. VII : M, Paris, Imprimerie de Waldor, 1866, 437 pp., spéc. p. 292.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier